Étiologies des Atteintes Méningées dans le Service des Maladies Infectieuses du CHU-Point-G (Bamako)

DS Coulibaly, D Samake, M Traore, D Goita, Y Cissoko, S Dao

Abstract


RÉSUMÉ
Introduction. Les atteintes méningées d’origine bactérienne demeurent un problème de santé publique dans le monde et particulièrement en Afrique dans  la ceinture méningitique de Lapeyssonnie. Notre étude avait pour but d’identifier les étiologies des atteintes méningées dans un service de maladies infectieuses au Mali. Matériels et méthodes. Il s’agit d’une étude transversale descriptive rétrospective qui a concerné les malades hospitalisés dans le service de maladies infectieuses et tropicales du CHU du Point G entre le 01 Janvier 2011 et 31 Décembre 2014. Les variables étudiées étaient les données sociodémographiques, les aspects cliniques, l’analyse bactériologique du liquide céphalorachidien, la sérologie HIV et les lésions scanographiques. Résultats. Sur un total de 1697 hospitalisations durant la période d’étude, nous avons recensé 122 cas de méningite (7,2%). Un antécédent d’infection ORL a été retrouvé chez 28 patients (23%). Une infection à VIH était diagnostiquée chez 45,9% des patients. La notion de prise d’antibiotiques avant la ponction lombaire a été retrouvée dans 58,2% des cas. Le LCR avait un aspect trouble dans 63,1% des cas. Les étiologies retrouvées étaient  bactériennes dans 33,6% de cas, fongiques de 13,1% de cas, mycobactériennes dans 3,3% des étiologies bactériennes et non déterminées dans 53,3% de cas. Neisseria meningitidis serogroupe W135 a représenté 67,6% des étiologies bactériennes. La sérologie VIH positive et un taux de CD4 ≤ 100 cellules/mm3 a été observée dans les méningites à Cryptocoque. Le taux de guérison global était de 76%. Le taux de mortalité était de 24%. Conclusion. Les bactéries sont la première cause de méningites et le méningocoque serogroupe W135 est le germe le plus retrouvé. En relation avec l’immunodépression à VIH, la cryptococcose est également fréquente.

ABSTRACT
Introduction. Bacterial meningitis is a public health issue in Africa in the "meningitis belt" of Lapeyssonnie. The aim of our study was to describe the etiologies of meningitis in a hospital setting in Mali. Materials and methods. This was a transversal retrospective study carried out in patients admitted in infectious Diseases department of the Point G University Teaching Hospital, between January 1st 2011 and December 31st 2014. Our study variables were sociodemographic data, clinical presentation, CSF bacteriology, HIV serology and CT findings. Results. Out of 1697 inpatients during the study period, 122 cases (7.2%) of meningitis were recorded. A past history of ENT infection was found in 28 patients (23%). HIV infection was diagnosed in 45.9% of patients. History of absorption of antibiotics prior to lumbar puncture was found in 58.2% of cases. In 63.1% of cases, the CSF was cloudy. The etiology of meningitis was bacterial in 33.6% of cases, fungal in 13.1% of cases, mycobacterium in 3.3% of cases and unknown in 53.3% of cases. Neisseria meningitidis (serogroup W135) represented 67.6% of the bacterial etiologies. Positive HIV serology and a CD4 cell count ≤ 100 cells/mm3 were present in all cryptococcal meningitis. The overall cure rate was 76% and the mortality rate was 24%. Conclusion. Bacteria (mostly N. meningitidis W135) are the main causes of meningitis in the infectious diseases department of Point G teaching Hospital. Cryptoccoccal meningitis is also frequent, and is always related to severe immunosuppression by HIV.

 


Keywords


Étiologies, Atteintes méningées, CHU-Point G, Bamako, Mali.

Full Text:

PDF (Français)

References


Pulcini C. Maladies infectieuses, 4eme Edit. Paris: Vernazobres Grego, 2010; 371p.

Soumaré M, Seydi M, N'dour CT, et al. Profil épidémiologique, clinique et étiologique des affections cérébro-méningées observées à la clinique des maladies infectieuses du CHU de Fann à Dakar. Med Mal Infect .2005; 35:383- 9.

Van de Beek D, Gans J, Tunkel AR, Wijdicks EF. «Community-acquired bacterial meningitis in adults». N Engl J Med. 2006 janv; 354:44–53.

Tunkel AR, Hartman BJ, Kaplan SL, et al. Whitley, «Practice guide lines for the management of bacterial meningitis». Clin Infect Dis. 2004 nov; 39:1267–84.

Institut National de Recherche en Santé Publique. Rapport épidémiologique de la méningite. 2006 Dec, 34p.

Cissé SM. Profil épidémiologique étiologique et pronostique de la méningite : Place de l’infection par le VIH à l’Hôpital du Point G, Bamako, Mali. Thèse Med, Université de Bamako, 2008.

Eholie SP, Adou-Brynh D, Damoua K, Kakou A, Ehui E, Gouamene A et al .Méningites lymphocytaires non virales de l’adulte à Abidjan (Côte d’Ivoire). Bull Soc Pathol. Exot. 2000 ; 93 : 50-4.

Sanou A. Méningites bactériennes (MB) : Aspects épidémiologie, cliniques, bactériologiques et évolutif au Centre hospitalier Universitaire Souro Sanou de Bobo Dioulasso (CHUSS). Thèse Med, Université de Ouagadougou. 060 – 2004

M’Belesso P, Tatomgba - Bakozo A, Fikouma V. Les méningites bactériennes de l’adulte en milieu hospitalier centrafricain. Manuscrit N° :2842 santés publiques, Bangui. 261-63.


Refbacks

  • There are currently no refbacks.


Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License.

********************************************************************************************