Aspects Cliniques des Complications des Mutilations Génitales Féminines à l'Hôpital Fousseyni Daou (Kayes)

S Dembele, B Macalou, M Diassana, K Ndaou, A Sidibe, A Bocoum, S Fane, Y Traore, I Teguete

Abstract


RÉSUMÉ
Introduction.  Les mutilations génitales féminines (MGF) constituent une pratique néfaste sur la santé reproductive des filles et des femmes avec ses multiples complications. Le but de cette étude était d'étudier les complications des MGF à l'hôpital Fousseyni Daou De Kayes. Méthodologie. Il s'agit d'une étude transversale, prospective et descriptive sur les aspects épidémiologiques et cliniques des complications des MGF à l'hôpital Fousseyni Daou De Kayes menée du 1er août 2016 au 31 juillet 2018. Elle avait porté sur tous Les nourrissons, les fillettes et femmes ayant subi l’excision avec des complications et/ou séquelles liées à cette pratique. Les données ont été recueillies à partir des registres de consultation, des dossiers des victimes de MGF et du registre de compte rendu opératoire. Résultats. Nous avons enregistré, sur 5983 femmes reçues avec une forme de MGF, 77 avaient des complications nécessitant une prise en charge. Prévalence d’excision 92,8% Fréquence de complication 1,2%. La majorité de nos patientes avaient subi l’excision à un âge moins de 6 mois (84,4%), avec un maximum à 5 ans, l'âge moyen des victimes était de 3 ans. Les Peulhs et les Bambaras étaient les ethnies les plus concernées avec une fréquence de 27, 3% chacune. La dysurie a été le premier motif de consultation avec une fréquence de 42, 9%. L'infection urinaire a été retrouvée dans 51, 9% des cas. Le type II était le type d’excision le plus rencontré (66,23%), Suivi du type III (23,38%) et du type I (10,39%). La désinfibulation a été réalisée dans 70,7% des cas. Conclusion. Les mutilations génitales féminines demeurent un problème de santé publique. Elles constituent une pratique très fréquente dans la région de Kayes et émaillées de multiples complications sur la santé des filles et des femmes. Un travail de communication, d'éducation et surtout de sensibilisation auprès des autorités et de la population associée à une subvention totale de la prise en charge de ses séquelles sont indiquées pour espérer gagner la lutte contre cette pratique.
ABSTRACT
Introduction.  Female genital mutilation (FGM) is a harmful practice on the reproductive health of girls and women with its multiple complications. The aim of this study was to study the complications of FGM at the Fousseyni Daou hospital in Kayes. Methods.  This is a cross-sectional, prospective and descriptive study on the epidemiological and clinical aspects of FGM of Fousseyni Daou de Kayes hospital conducted from July 1st, 2016 to July 31, 2018. It covered all infants, young girls and women who underwent excision with complications and / or sequel linked to this practice. The data were collected from consultation registers, files of victims of FGM and the operational report register. The data have been analyzed by SPSS version 20. Software, anonymity and confidentiality have been respected. Results.  We recorded 77 complications in treatment from 5983 women received with FGM. The prevalence of excision was 92.8% and The percentage of complications was 1.2%. Most patients (84.5%) had undergone excision at an age less than 6 months with a pike at 5 years. The average age of the victims was three years. Fulani and Bambara were the most concerned ethnic groups (27.3% each). Dysuria was the first reason for consultation (42.9%). Urinary tract infection was found in 51.9% of cases. Type II was the most common type of excision (66.23%) followed by type III (23.38%) and type I (10.39%). Desinfibulation was performed in 70.7% of cases. Conclusion. FGM is still a public health problem in The region of Kayes, because of the high prevalence and because of the number of complications. Communication, education and above all awareness-raising work with the authorities and the population, associated with a total subsidy for the treatment of the after-effects, can yield desirable results in the fight against practice.

Keywords


Mutilations génitales féminines (MGF), complications, séquelles, Hôpital de Kayes

Full Text:

PDF

References


Camara N. Les lésions traumatiques au cours de l’accouchement à l’hôpital Nianankoro Fomba de Ségou. Thèse de médecine 2006.

Cellule de planification et des statistiques du ministère / Direction nationale des statistiques et de l’information internationale.2002

Coulibaly M. Etude de la fistule vesico-vaginale à l’hôpital Nianankoro Fomba de Ségou. Thèse de Med 2009.

EDS V-Mali. Enquête démographique et de santé phase V. CPS/MS. Macro-international. 2012.

ATJI F. Aspect socio sanitaire au Mali à propos de 1000 cas au service de gynéco-obstétrique du Point-G. Thèse : Med BKO 2006 – 2007.

Kanda K. Thèse : Prise en charge des séquelles liées à l’excision à l’Hôpital Nianankoro Fomba de Ségou. Thèse de médecine 2012. 143p.

Millogo G et Collaborateurs. Plastie vulvaire à propos de 3 cas au CHU de Kodosso (Burkina Faso). SAGO 2008 pag 223.

OMS. Female Genital Mutilation. Report of a technical working Group; Genève, 1996.

Samaké S. Perception et attitude des étudiants maliens face à l’excision. Mémoire FLASH Bamako 2002. 40p.

Touré M et AZAD H. Excision et santé de la femme. UNFPA Mali Décembre 2003.

Traoré B. Déchirure des parties molles au cours des accouchements à la maternité du CS Réf C VI du district de BKO. Thèse de MED 2008.

UNICEF 2013. MGF : Bilan statistique et dynamiques de changement.

UNICEF. Rapport de campagne de lutte contre les MGF. Mali 2017.

OMS. Projet Abandon des MGF au Tchad, 2011.

UNICEF. Mutilations génitales féminines


Refbacks

  • There are currently no refbacks.


Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License.

********************************************************************************************