Rage Humaine au Centre Hospitalier et Universitaire du Point G de Bamako : à Propos de Cinq Observations

JP Dembélé, I Konaté, Y Cissoko, A Fofana, M Soumaré, YT Mfupa, AA Oumar, A Doumbia, F Bougoudogo, S Dao

Abstract


RÉSUMÉ
Objectif. La rage humaine, maladie à déclaration obligatoire au Mali, est la dixième cause de mortalité par maladie infectieuse dans le monde. C’est en 2013 que des cas de rage humaine ont été hospitalisés pour la première fois au service des maladies infectieuses du CHU du Point « G » de Bamako. L’objectif de ce travail était de décrire les aspects épidémiologiques, diagnostiques et évolutifs de cas de rage humaine. Population et Méthodes. L’étude s’est déroulée dans le service des maladies infectieuses du Centre Hospitalier Universitaire du Point G de Bamako au Mali. Il s’agissait d’une étude transversale et descriptive allant du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2013. Ont été inclus dans l’étude les patients ayant présenté des signes cliniques compatibles avec la rage suite à une morsure de chien. Résultats. Sur 432 hospitalisations en 2013, cinq cas de rage humaine ont été enregistrés soit une fréquence hospitalière de 1,16%. Trois patients étaient de sexe masculin et deux de sexe féminin. Les lésions de morsure siégeaient au niveau des membres supérieurs. Deux patients ont consulté un centre de santé après l’exposition de risque mais n’ont pas bénéficié d’une prise en charge adéquate. Tous les patients sont décédés. Conclusion. La rage humaine est une réalité en milieu hospitalier au Mali. Le plateau technique ne permet pas un diagnostic étiologique.
.
ABSTRACT
Objective. Human rabies, a mandatory notifiable disease in Mali is ranking as the tenth leading cause of infectious disease mortality worldwide. It was in 2013 that cases of human rabies were hospitalized for the first time at the Infectious Diseases department of the University teaching hospital of Point "G" Bamako. The goal of our study was to describe the epidemiological, diagnostic and clinical features of human rabies cases. Population and Methods. Data was collected prospectively and the diagnosis was based on clinical and anamnesis. Results: From January to December 2013 five (5) patients were included in the cohort, from which three were male and two females. Dog bite was the animal causative agent and the lesions were located in the upper limbs of patients. After exposure to dog bites two patients consulted a health center for risk assessment, but they didn’t receive appropriate care. They came late at the hospital and all patients died. Conclusion. Human rabies is a reality in hospitals in Mali. The technical platform does not allow an etiological diagnosis.


Keywords


Rage humaine Bamako

Full Text:

PDF (Français)

References


KNOBEL DL, CLEAVELAND S, COLEMAN PG, FEVRE EM, MELTZER M, MIRANDA ME, et al. Réévaluation de la charge que représente la rage en Afrique et en Asie. Bull OMS 2005;83(5):360–8. [2] BOURHY H. Évolution de l’épidémiologie de la rage et nouveaux variants de Lyssavirus. Méd Mal Infect, 2001, 31,188-192.

PATEY O. Actualités sur les vaccinations spécifiques du voyageur : méningocoque, rage, encéphalite japonaise, encéphalites à tiques, hépatite A, diphtérie. Let infect, 1999, 19, 249-257.

CLEAVELAND S, APPEL MG, CHALMERS WS, CHILLINGWORTH C, KAARE M, DYE C. Serological and demographic evidence for domestic dogs as a source of canine distemper virus infection for Serengeti wildlife. Vet Microbiol 2000 ; 72 : 217-27.

OUATTARA SI, CISSE H, KOUAKOU G, DIAFOUKA-PRATT, DOUMBIA A, YOKOUE D. et al. Rage humaine à Abidjan (Côte d’Ivoire) : Nouvelles observations. Med Santé Trop 2012 ; 22 : 157-161.

S.A. DIOP, N.M. MANGA, N.M. DIA, C.T. NDOUR, M. SEYDI, M. SOUMARE, et al. Le point sur la rage humaine au Sénégal de 1986 à 2005. Med Mal Infect 2007 ; 37 : 787-91.

ROTIVEL Y, GOUDAL M. La rage : nouveaux aspects d’une vieille maladie. Path inf 2006 ; 8 :114-122.

DAO S, ABDILLAHI AM, BOUGOUDOGO F, TOURE K, SIMBE C. Aspects épidémiologique de la rage humaine en milieu urbain à Bamako, Mali, Bull Soc Pathol Exol 2006 ; 99(3) :183-6.

I. TIEMBRE, S. DAGNAN, A. DOUBA, E.V. ADJOGOUA, H. BOURHY, L. DACHEUX et al. Surveillance épidémiologique de la rage humaine dans un contexte d’endémie de rage canine en Côte d’Ivoire. Med Mal Infect 40 (2010) 398–403

DODET B, ADJOGOUA EV, AGUEMON AR, AMADOU O H, ATIPO A L, BABA B A et al. Fighting rabies in Africa: the Africa Rabies Expert Bureau (Afro REB). Vaccine 2008; 26(50):6295-8

LAMBERT L. Interventions de la santé publique visant la prévention de la rage humaine: l’exemple de Montérégie en 1995. Med Vet Que 1998; 3 :127-139.

CLEAVELAND S, FEVRE EM, KAARE M, COLEMAN PG. Estimating human rabies mortality in the United Republic of Tanzania from dog bite injuries. BullWorld Health Organ 2002; 80(4):304–10.

RAKOTOMALALA W, RAKOTONJANABELO AL, RAKOTO-ANDRIANARIVELO M, ROUX JF, ZELLER HG. La rage humaine à Madagascar (1996-1997). Arch. inst pasteur 1998 ; 64Ci 2 :77-80.

SOW P.S, DIOP B.M, N’DOUR CT, SOUMARE M, NDOYE B, FAYE MA, et al. La ponction aspiration sous occipitale : technique de prélèvement cérébrale post-mortem pour le diagnostic virologique de l’encéphalite rabique humaine à Dakar. Mali Medical 1996; 26:534

DUTTA JK, DUTTA TK. Rabies in endemic countries. BMJ 1994; 308: 488-9.

TIEMBRE I, AkA-KONE DM, KONAN YE, AKA J, ODEHOURI P, N’CHO DS et al. Observance du traitement vaccinal antirabique chez les sujets exposés à la rage à Abidjan (côte d’ivoire). Santé publique 2009 ; 21 : 595-603.

SELLY –ESSIS A, CHAW E, DADOU G, ANGBA A, EDOH V, EHOUNAN A. Aspects épidémiologique de la rage dans le département d’Abidjan. Publ Med Afr 1991 ; 116 : 11-6.


Refbacks

  • There are currently no refbacks.


Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License.

********************************************************************************************