Profil épidémiologique bucco-dentaire de la femme enceinte en milieu rural: cas de l'arrondissement d'Ombessa

Pierre silvère MENDEH DANDAM (mendelpierre128@yahoo.fr)
Chirurgie buccale, maxillo-faciale et parodontologie, Université de Yaoundé I
July, 2015
 

Abstract

INTRODUCTION
Les pathologies bucco-dentaires sont fréquentes au Cameroun. Chez la femme enceinte elles sont sources de diverses conséquences entravant l’épanouissement de cette dernière et l’évolution normale de la grossesse. La grossesse et la santé bucco-dentaire sont liées par des rapports complexes d’ordre biologiques, comportementaux et sociaux. Cependant le tableau clinique de ces pathologies semble aggraver par les habitudes culturelles, la situation socio-économique des populations rurales du fait de leurs faibles revenus économiques et d’une absence totale de motivation concernant leur santé bucco-dentaire. Il est donc important d’étudier ces affections dans le contexte rural camerounais afin d’aider les décideurs dans une prise en charge plus efficace de ces pathologies relativement au contexte environnemental.
OBJECTIFS
Nos objectifs étaient d’identifier et classer les pathologies bucco-dentaires des femmes enceintes qu’elles soient muqueuses ou dentaires par ordre de fréquence, d’évaluer leurs habitudes d’hygiène bucco-dentaire et d’évaluer leurs besoins en traitements dentaires et parodontaux.

METHODOLOGIE
Nous avons réalisé une étude transversale, descriptive et analytique. L’étude s’est déroulée de Février à Avril 2015 au service de maternité du centre médical d’arrondissement d’Ombessa. L’étude a été menée auprès des femmes enceintes et des femmes non enceintes qui remplissaient les critères d’inclusion préalablement fixés.

RESULTATS
L’étude a porté sur 110 individus, soit une répartition de 55 femmes enceintes et 55 femmes non-enceintes. Les sujets étaient âgés entre 16 et 36 ans avec une moyenne d’âge de 25,6 ans. Chez les femmes enceintes tous les groupes d’âge de grossesse ont été représentés selon la répartition suivante : 22% pour le premier trimestre, 45% pour le deuxième et 33% pour le troisième. La proportion des patientes qui se brossaient une fois par jour était plus élevée que celle des patientes qui effectuaient deux brossages quotidiens (76,4% pour les femmes enceintes contre 67,3% pour les femmes non-enceintes). L’examen endobuccal des sujets montrait que 47,7 % des femmes enceintes présentaient des hyperplasies gingivales (dont 89,7% étaient localisées et 10,3% généralisées), 27,3% présentaient l’hypersialorhée contre 0% dans le groupe des femmes non-enceintes (différence significative au seuil de 5%, P=0,002). De même 5,5% des femmes enceintes présentaient des épulis gingivaux contre 0 pour celles non -enceintes. Les résultats des examens dentaires montraient qu’aucune femme non-enceinte ne souffrait d’érosion dentaire contre 5,5% de patientes enceintes (différence significative au seuil de 10%, P=0,079). L’indice CAO de l’échantillon global était de 3,7. L’indice CAO du groupe des femmes enceintes était sensiblement égal à celui des femmes non-enceintes (3,6 contre 3,8). Le pourcentage des patientes exempt de toute maladie parodontale était nul quel que soit le groupe. De plus, une plus grande proportion de femmes enceintes présentait des saignements (21,82% contre 9,09% chez les femmes non-enceintes), la différence étant significative (P = 0,04). Concernant les besoins en traitements dentaires, toutes les femmes de l’échantillon (100%) avaient besoin d’un traitement dentaire par obturation, 12% de femmes enceintes et 11% de femmes non-enceintes avaient besoin de réhabilitation prothétique. Dans les deux groupes, toutes les patientes (100%) avaient besoin d’instruction de prophylaxie, tandis que 78,18% des patientes avaient besoin de détartrage dans le groupe des femmes enceintes contre 90,91% dans le groupe des femmes non-enceintes concernant les besoins en traitements parodontaux.
Au terme de ces résultats, nous formulons les recommandations suivantes :
• Au personnel médical des zones rurales et urbaines : l’orientation systématique dans des services d’odontostomatologie en cas de plainte bucco-dentaire de la part des femmes enceintes lors des consultations prénatales ;
• Aux chercheurs : de mener des études à plus grande échelle afin de mieux définir les pathologies bucco-dentaires de la femme enceinte en milieu rural ;
• Aux pouvoirs publics :
- Ouvrir des services d’odontostomatologie dans les centres médicaux des zones rurales dans le but de faciliter l’accès aux soins des populations et de réduire la prévalence de maladies bucco-dentaires dans notre pays;
- Organiser des campagnes de sensibilisation autant que possible en matière de santé bucco-dentaire.

Mots clés: pathologies bucco-dentaires, grossesse, milieu rural.


********************************************************************************************