Apport de la téléauscultation dans le dépistage des cardiopathies de l'enfant en milieu scolaire à Yaoundé

Doualla Fred-cyrille GOETHE
Médecine interne et spécialités, Université de Yaoundé 1
July, 2017
 

Abstract

Introduction: Les maladies cardiovasculaires telles que les cardiopathies rhumatismales, touchent 2,4 millions d'enfants âgés de 5 à 14 ans dans le monde. L’échocardiographie est un outil qui permet de détecter précocement les cardiopathies de l’enfant, mais l’absence d’infrastructures et de personnels qualifiés pour l’utiliser perdure dans les pays en développement. Une auscultation médiate bien conduite à l’aide d’un stéthoscope électronique couplée à une télétransmission serait une alternative moins coûteuse. Il est donc important d’évaluer l’apport d’un outil de dépistage utilisable à distance, et qui peut être déployé en toute sécurité avec le moins de personnel possible, tout en apportant une expertise là où elle est nécessaire.

Méthodologie : Nous avons mené une étude transversale descriptive en deux phases. La première phase avait pour but de valider le protocole de téléauscultation, la seconde étant la phase de dépistage. Elle a eu lieu dans 2 écoles primaires de la ville de Yaoundé. Nous avons inclus tous les enfants des deux sexes âgés de 5 à 15 ans, régulièrement inscris dans les écoles primaires sélectionnées et disposant d’une autorisation parentale à prendre part à l’étude. Les cardiopathes connus et les enfants sans une autorisation parentale valide ont été exclus. Les sujets retenus ont été auscultés par un étudiant en médecine, en utilisant un stéthoscope électronique de marque Littmann 3200. Les bruits du cœur ont été enregistrés et les fichiers audio obtenus ont été stockés dans un ordinateur portable puis transmis via une plateforme de télémédecine à un cardiologue pour être évalués à des fins diagnostiques. Les écoliers dont les auscultations ont été déclarées anormales ont été adressés à un cardiologue pour une évaluation clinique et une échographie cardiaque de confirmation

Résultats : Phase de validation : la concordance entre les conclusions en clinique et les conclusions via la téléauscultation était satisfaisante (kappa=0,615). Il n'y avait pas de différence significative entre les deux méthodes d'auscultation (p=0,7). Ceci nous a permis de passer à la phase de dépistage en milieu scolaire. Phase de dépistage : nous avons ausculté et enregistré 566 élèves. 52,4% des sujets était de sexe masculin, et 47,6% de sexe féminin soit un sex-ratio homme /femme de 1,1. L’âge moyen était de 9,3 ± 1,8 ans. 1,1% de nos enregistrements ont été jugés pathologiques. Les anomalies les plus retrouvées étaient des souffles systoliques. Ces souffles ont été perçus aux foyers aortique et pulmonaire dans la majorité des cas. Nous avons invité les parents des enfants dont les enregistrements avaient été jugés anormaux par le cardiologue. Aucun de ces parents n’a honoré le rendez-vous qui a été pris. Cependant, la sémiologie des trouvailles pathologiques nous a fait évoquer les diagnostics de communication interventriculaire, de prolapsus valvulaire, et de sténose pulmonaire parmi ces sujets.

Conclusion : La téléauscultation peut être utilisée comme outil de dépistage des cardiopathies chez les enfants en milieu scolaire à Yaoundé.

Mots clés : Télémédecine ; Téléauscultation ; Dépistage ; Cardiopathies ; Enfant ; Milieu scolaire ; Cameroun ;


********************************************************************************************