Aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques des cellulites cervico-faciales odontogènes dans la ville d'Ebolowa

THEOPHANE NTONGA NGOUANKA (theophantonga1@gmail.com)
Médecine Bucco-dentaire, Yaoundé I
June, 2018
 

Abstract

INTRODUCTION : Les cellulites cervico-faciales odontogènes sont des infections des tissus cellulo-adipeux de la face et du cou. C’est une infection polymicrobienne, pouvant être extensive et dont l’évolution peut engager le pronostic vital surtout dans les zones en manque d’infrastructures sanitaires. Elles nécessitent une prise en charge urgente et appropriée. Au Cameroun, le niveau économique bas et les caractéristiques socio-culturelles dans les régions exposent plus les populations aux complications infectieuses d’origine dentaire.
METHODOLOGIE : Il s’agissait d’une étude descriptive prospective, qui s’est déroulée dans les services de stomatologie de l’Hôpital Régional et du Centre Médical de la Police de la ville d’Ebolowa. Elle a eu lieu du 18 décembre 2017 au 30 avril 2018 et concernait tout patient présentant une cellulite odontogène ayant donné son consentement éclairé. Les données ont été collectées à l’aide d’une fiche d’enquête et traitées par le logiciel CS.pro 7.1 de mars 2018 avant d’être analysées.
RESULTATS : Parmi les 378 consultations en odontostomatologie, 49 cas de cellulites cervico-faciales odontogènes ont été diagnostiquées, soit une prévalence de 12,9%. L’étude comportait 29 femmes (59,2%) et 20 hommes (40,8%) pour un sex-ratio H/F de 0,69 dont l’âge varie entre 8 ans et 78 ans, avec une moyenne de 28,5 ans. La tranche d’âge la plus touchée était celle allant de 20 à 30 ans (34,7%). Les élèves étaient les plus atteints (34,7%).
Les patients venaient majoritairement des zones urbaines et n’avaient pas d’antécédents, 33 patients (63,7%) présentaient une tuméfaction cervico-faciale douloureuse évoluant depuis plusieurs jours. Les facteurs favorisants ces cellulites étaient la mauvaise hygiène bucco-dentaire (75,5%), la prise d’AINS (71,3%), le traitement traditionnel (16,2%), la consommation de tabac (18,4%) et d’alcool (28,6%), le VIH (8,2%) et le diabète (2%).
Les molaires mandibulaires étaient les plus touchées (81,6%), avec la carie dentaire comme la principale cause (79,6%) et le trismus était présent (87,7%). Concernant les formes évolutives, 46 cellulites étaient aigues circonscrites (93,9 %) et les formes graves étaient représentées par trois cellulites diffuses (6,1%).
Une antibiothérapie probabiliste associant amoxicilline-métronidazole et des antalgiques a été la règle chez la majorité des patients, associés ou non aux bains de bouche. L’extraction dentaire était réalisée dans 87,7% des cas et une incision-drainage était nécessaire en cas de collection purulente. Le taux de guérison était de 89,8% et deux patients (4,1%) sont décédés.
CONCLUSION : Les cellulites cervico-faciales sont fréquentes dans la ville d’Ebolowa. Les principaux facteurs favorisants étaient la mauvaise hygiène bucco-dentaire, le retard de consultation dû à la prise inappropriée d’AINS et de produits traditionnels.
Ces affections de par leur évolution représentent une réelle urgence où le pronostic vital du patient peut être engagé, pouvant occasionner des décès. Le traitement qui doit être médico-chirurgical a été difficile à réaliser chez tous les patients à cause des difficultés économiques de ceux-ci. Les moyens disponibles ont permis la guérison de 89,8% de cas.


********************************************************************************************