Facteurs prédictifs de grossesse chez les femmes stimulées au cours de l’AMP au CHRACERH

Jean Salomon BAHA (bahajeansalomon@yahoo.com)
Médecine Générale, Yaounde I
June, 2018
 

Abstract

INTRODUCTION: L’infertilité est définie comme étant l’incapacité pour un couple d’obtenir une grossesse après des rapports sexuels réguliers pendant un an et en l’absence de contraception. Il s’agit d’un problème de santé publique. La prévalence globale est comprise entre 6,9–9,3% dans les pays développés, de 30 à 40 % dans certaines régions subsahariennes. Au Cameroun la prévalence de l’infertilité varie de 20 à 30 %. L’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) est une modalité thérapeutique de choix pour les couples avec des problèmes d’infertilités non résolus par les moyens médicaux et chirurgicaux. Parmi les femmes stimulées pour le recueil ovocytaire, l’âge des ovocytes a souvent été décrit comme facteur important indépendant pouvant influencer les chances de grossesse. Seulement nous observons plusieurs femmes jeunes qui n’aboutissent pas à une grossesse après plusieurs tentatives. Tout ceci a motivé la réalisation de ce travail.

OBJECTIF : Améliorer les résultats de l’Assistance Médicale à la Procréation au CHRACERH chez les femmes stimulées par l’identification des facteurs prédictifs de grossesse.
METHODOLOGIE : Nous avons réalisé une étude transversale rétrospective et analytique sur une durée de 8 mois allant du 1er octobre 2017 au 31 mai 2018. Elle portait sur les patientes de moins de 40 ans stimulées au CHRACERH du 1er Août 2016 au 31 janvier 2018. Les patientes ont été recrutées au moyen des dossiers médicaux, des fiches de stimulations et des registres d’AMP au CHRACERH et reparties en 2 groupe. Le groupe I était constitué de femmes ayant eu une grossesse et le groupe II constitué de femmes stimulées n’ayant pas eu de grossesse. La collecte des données s’est faite à l’aide d’une fiche technique d’exploitation pré-testée et validée (Annexe 2). L’échantillonnage était consécutif et non exhaustif. Les données recueillis à l’aide CS pro version 7.1 et de Microsoft Excel et analysés par SPSS version 23. Les variables quantitatives ont été présentées en moyenne et écart type, avec les valeurs minimales et maximales. Les variables qualitatives ont été présentés en effectifs et en pourcentages. L’association entre les variables discontinues a été faite par le test de Khi-2 et les variables continues avec le test t de Student. Une valeur P inférieure à 0,05 était considérée statistiquement significative.

RESULTATS: Au total, nous avons recruté 263 femmes parmi lesquelles 68 avaient un test de β HCG plasmatique positif, soit une prévalence de grossesse de 26.2 %. L’âge moyen était de 33 ± 4.4 ans avec un minimum de 23 et un maximum de 39 ans. La tranche d’âge la plus représentée était de] 30 -35] ans soit 36.5 % de patientes. Nous avons retrouvé une association significative entre l’âge (p : 0.043), la taille (p : 0.001), le nombre d’embryons (03) (p : 0.027) et la survenue de grossesse. L’association entre la qualité de transfert (facile) et la survenue de grossesse était significative et indépendante (p :0,030).

CONCLUSION: Les facteurs prédictifs de grossesse chez les femmes stimulées de moins de 40 ans au CHRACERH sont la tranche d’âge entre] 25- 30] ans, la qualité du transfert, le nombre d’embryons transférés. Parmi ceux-ci le transfert facile était le seul facteur prédictif indépendant.


********************************************************************************************