Déterminants de l'anémie chez les nouveau-nés prématurés et leur devenir immédiat au Centre Mère et Enfant de la Fondation Chantal Biya

Ornelia JIENDEU
Pédiatrie, Université de Yaoundé I
June, 2018
 

Abstract

Introduction : L’anémie se définit par un taux d’hémoglobine de moins de deux déviations standards (-2DS) par rapport à la valeur moyenne d’hémoglobine pour l’âge. C’est un problème de santé fréquent et grave surtout chez les nouveau-nés prématurés. L’étude des déterminants de l’anémie chez les prématurés et leur devenir immédiat permet d’améliorer la prise en charge de ces enfants, et de réduire le taux de mortalité néonatale.

Objectifs : L’objectif de cette étude était d’identifier les déterminants de l’anémie chez les nouveau-nés prématurés au Centre Mère Enfant (CME) de la Fondation Chantal Biya (FCB-Cameroun) et les facteurs influençant le devenir hospitalier des prématurés anémiés.

Méthodologie: Il s’agissait d’une étude transversale analytique menée au CME-FCB. Etaient inclus, tous les prématurés ayant effectué au moins un hémogramme et admis au CME-FCB entre le 1er Janvier 2013 et le 31 Décembre 2017. Les données concernant les variables maternelles et néonatales ont été recueillies à partir des dossiers médicaux. Celles-ci ont été documentées sur un questionnaire préétabli et enregistrées dans une base de données conçue grâce au logiciel Epi Info 7.2. L’analyse statistique a été faite à l’aide du logiciel SPSS 20. Nous avons utilisé le test de Chi-2 et le rapport de côte avec intervalle de confiance à 95% pour apprécier l’association entre les différentes variables. Toute différence était considérée comme statistiquement significative pour p< 0,05.

Résultats : Parmi les 1075 prématurés admis en néonatalogie, 655 ont été inclus dans notre étude. Nous avons exclu 228 prématurés (33 sortis contre avis médical et 195 ayant des dossiers médicaux incomplets). Parmi les 425 prématurés retenus, 140 étaient anémiés, soit une prévalence de 32,9%. La majorité des prématurés anémiés étaient des filles (58,6%) avec un sex-ratio de 0,70. La plupart ont été admis en néonatalogie durant les premières 24 heures de vie (77,9%). La tranche de poids prédominante était celle des prématurés pesant entre 1500 et 2499g (68,6%). La majorité des prématurés anémiés (69,3%) avaient un âge gestationnel compris entre 32 et 36 SA. La plupart des mères avaient entre 20 et 34 ans (82,9%), étaient sans emploi (67,9%). La plupart d’entre elles étaient des primipares (57,9%), avaient effectué moins de quatre consultations prénatales (62,1%) et avaient reçu les prophylaxies antianémique et antipalustre durant leur grossesse (70,7% et 69,3% respectivement). Le paludisme était la pathologie maternelle la plus représentée (24,3%). Les seuls facteurs de risque d’anémie retrouvés chez ces prématurés étaient l’âge d’admission supérieur à 24 heures [OR ajusté=0,56(0,39-0,80) ; p=0,002] et l’âge gestationnel inférieur à 32 SA [OR ajusté=2,38(1,53-3,69) ; p<0,001].
Sur 140 prématurés anémiés, 14 sont décédés soit un taux de décès de 10%. Le sexe féminin [OR=4,80(1,03-22,33) ; p=0,030], le poids de naissance inférieur à 1500g [OR=3,33(1,08-10,28) ; p=0,029] et l’âge gestationnel inférieur à 32 SA [OR=3,46(1,12-10,71) ; p=0,024] étaient des facteurs de mortalité hospitalière. Les principales causes de morbidité étaient la détresse respiratoire (78,6%), augmentant de façon significative le risque de décès chez les prématurés anémiés. Les principaux signes cliniques augmentant significativement le risque de décès incluaient : la pâleur (71,4%), la tachycardie (57,1%), la tachypnée (64,3%), l’apnée (28,6%), les signes de détresse respiratoire (78,6%), les convulsions (14,3%) et la bradycardie (28,6%). Parmi ces signes, seule la bradycardie était un facteur de mortalité indépendant [OR ajusté=14,05(1,17-168,13 ; p= 0,037]. Les prématurés anémiés ayant une thrombopénie (57,1%) avaient 4,04 fois plus de risque de décéder. Parmi les prématurés anémiés, 41,4% avaient été transfusés. Les prématurés transfusés avaient cinq fois plus de risque de décès [OR=5,95(1,58-22,44) ; p=0,004] tandis que la mise sous oxygène multipliait ce risque par 7,66 [OR=7,66(2,24-26,16) ; p<0,001].

Conclusion : La prévalence hospitalière de l’anémie chez les prématurés était de 32,9%. Un prématuré anémié sur dix sont décédés en cours d’hospitalisation. La surveillance hospitalière des prématurés anémiés doit tenir compte des facteurs de mortalité incluant : le sexe féminin, le poids de naissance inférieur à 1500g, l’âge gestationnel inférieur à 32 SA, la présence de certains signes cliniques (pâleur, tachypnée, tachycardie, apnée, convulsions, bradycardie), la détresse respiratoire, la thrombopénie, le besoin en oxygène et en transfusion sanguine.


********************************************************************************************