Evaluation de l'état nutritionnel et du statut immunitaire des PVVIH sous TARV avec supplémentation en Moringa oleifera lam.

Diana Monjap Victorine Mfondoum (yone.vicky@yahoo.com)
Ophtalmologie, orl et stomatologie, Université de Yaoundé I
June, 2018
 

Abstract

INTRODUCTION : Pour obtenir des résultats thérapeutiques antirétroviraux efficaces, l'adhésion à un traitement antirétroviral et une bonne réponse immunométabolique sont essentielles. L'insécurité alimentaire peut constituer un véritable obstacle à l'adhésion à ces deux facteurs. De nombreuses personnes vivant avec le virus de l'immunodéficience humaine (PVVIH) et traitées par antirétroviraux au Cameroun sont confrontées à des problèmes nutritionnels. Une proportion significative est affectée par la sous-nutrition, ce qui conduit fréquemment à un échec thérapeutique. Certains établissements de prise en charge du VIH en République Démocratique du Congo (RDC) recommandent une supplémentation en poudre de feuilles de Moringa oleifera (M.O.) Lam. pour lutter contre les carences nutritionnelles marginales et majeures.

OBJECTIFS : Cette étude vise à évaluer l'impact de la supplémentation en poudre de feuilles M.O. Lam. par rapport à un conseil nutritionnel, sur l'état nutritionnel et immunitaire des PVVIH traitées par ARV.
METHODOLOGIE : Une étude prospective a été réalisée sur une cohorte de PVVIH d’Octobre 2017 à Mai 2018 à l’Hôpital du Jour de l’Hôpital Central de Yaoundé. Cinquante patients adultes aux stades cliniques du VIH/SIDA 1 et 2 selon la classification de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), et qui suivaient un traitement antirétroviral, ont été recrutés.
Après une répartition aléatoire par tirage au sort ; les 30 patients du groupe d'intervention thérapeutique au moringa (MG) ont reçu en plus de quelques conseils nutritionnels, de la poudre de feuilles de M.O. Lam. quotidiennement pour 3 mois. La posologie était d’une cuillère à soupe rase trois fois par jour, équivalent à 30g par jour, soit 10g trois fois par jour. Les 20 autres patients du groupe témoin (CG) n’ont reçu que des conseils nutritionnels au cours de la même période. Les variations des paramètres anthropométriques en l’occurrence l'indice de masse corporelle (IMC) et des paramètres biologiques devaient être mesurées tous les mois jusqu’à la fin de l'étude pour les patients des deux groupes, puis comparées entre elles.

RESULTATS: Les deux groupes d'étude étaient similaires en termes d'exposition nutritionnelle à long terme, de caractéristiques sociodémographiques, socioéconomiques, cliniques et biologiques à l’admission. A la fin du premier mois de suivi, les patients du groupe moringa (MG) ont montré une augmentation significativement plus importante des taux d'IMC et de calcium sanguin que ceux du groupe contrôle (CG). Les interactions entre les caractéristiques sociodémographiques, cliniques et biologiques des patients des deux groupes n'étaient pas significatives, à l'exception de l'activité professionnelle. Les changements dans le taux de lymphocytes T-CD4 et la charge virale étaient non-significatifs à la fin du premier mois.

CONCLUSIONS: Sous surveillance médicale, la supplémentation en poudre de feuilles M.O. Lam. peut représenter une solution locale facilement disponible et efficace pour améliorer l'apport nutritionnel et l'état nutritionnel des PVVIH sous traitement antirétroviral. Néanmoins, plus amples investigations demeurent nécessaires afin de pouvoir ressortir scientifiquement l’action positive du M. O Lam sur les lymphocytes T-CD4 et la charge virale du VIH.


********************************************************************************************