Prévalence, déterminants et comorbidités de la surcharge pondérale(surpoids et obésité) chez les enfants et adolescents scolarisés : Etude comparative en milieux semi-urbain et urbain au Cameroun

Patrick Yvan Tchebegna
Santé Publique, Université de Yaoundé I
June, 2018
 

Abstract

Introduction : Les maladies non transmissibles représentent la première cause de décès dans le monde. À l'échelle mondiale, on observe une augmentation des taux de plusieurs maladies non transmissibles telles que l’hypertension artérielle, les dyslipidémies et le diabète de type 2 avec l'épidémie du surpoids/obésité infantile. Cependant, la surcharge pondérale et ses comorbidités chez les enfants et adolescents en milieux urbain et semi-urbain au Cameroun restent encore peu étudiées et sous-évaluées.
Objectif : Déterminer et comparer la prévalence, les déterminants et les comorbidités de la surcharge pondérale chez les enfants et adolescents scolarisés en milieux urbain et semi-urbain au Cameroun.
Méthodologie : Etude transversale analytique, qui s’est déroulée de Décembre 2017 à Mai 2018 dans 22 établissements scolaires primaires et secondaires tirés au sort après sondage stratifié sur le niveau des frais de scolarité : 12 de la ville de Yaoundé (milieu urbain, Centre du Cameroun) et 10 de la Commune de Mbouda (milieu semi-urbain, Ouest du Cameroun).
Ont été inclus, tous les élèves âgés de 3 à 19 ans ayant donné leur assentiment et dont les parents (ou tuteurs légaux) avaient signé un consentement éclairé. La collecte des données s’est faite à partir de questionnaires individuels et anonymes remplis par les élèves et leurs parents. Les données collectées étaient : la taille, le poids, le tour de taille, le tour de hanche, les circonférences du poignet et du bras, la pression artérielle, l’analyse de la composition corporelle par impédancemétrie bioélectrique et chez les adolescents en surpoids ou obèses : la glycémie à jeun et les marqueurs biochimiques du profil lipidique.
Nous avons considéré les références de l’Organisation Mondiale de la Santé (2007) pour définir le surpoids/obésité et ceux de la Fédération Internationale du Diabète pour définir le diabète et le syndrome métabolique. Les logiciels utilisés pour la saisie et l’analyse des données étaient CS Pro 7, SPSS 20 et Excel 2013, le seuil de significativité était fixé à 5%.
Résultats : Nous avons inclus et examiné 2538 élèves dont 1460 (57,5%) en milieu urbain et 1078 (42,5%) en milieu semi-urbain. L’âge moyen était de 13,9 ± 4 ans (13±4,3 en milieu urbain et 14,9±3,3 en milieu semi-urbain). La prévalence de la surcharge pondérale était de 24,3% en milieu urbain (surpoids : 18,8% ; obésité : 5,5%) contre 16,2% en milieu semi-urbain (surpoids : 13,9% ; obésité : 2,3%). Le fait de résider en milieu urbain était significativement associé au risque de surcharge pondérale [OR=1,66 IC95 (1,3-2) P<0,001]. Les principaux facteurs de risque de la surcharge pondérale retrouvés étaient : le sexe féminin [OR=1,82 IC95 (1,4-2,2) ; P<0,001], la scolarisation dans un établissement public [OR =1,4 IC95 (1,13-1,72) P=0,01], le poids de naissance supérieur à 3 Kg [OR =1,3 IC95 (1-1,7) P=0,037] , la consommation de bière [OR =1,4 IC95 (1,1-1,2) P<0,001] et le fait d’avoir une mère en surcharge pondérale [OR =2,2 IC95 (1,57-3) P<0,001]. Par contre, l’âge inférieur à 6 ans, la pratique d’activité sportive scolaire et extrascolaire, la marche à pieds et un nombre de repas journalier inférieur à 4 étaient des facteurs protecteurs. Lorsque nous ajustions l’OR pour tous les facteurs de confusion possibles, le milieu urbain demeurait un facteur de risque de la surcharge pondérale mais de manière non statistiquement significative [OR =1,1 IC95 (0,63-1,87) P=0,756].
Nous n’avons pas noté d’association entre le milieu de vie et la prévalence du diabète de type 2 qui était de 1,8% en milieu urbain et de 1,8% en milieu semi-urbain [OR=1 IC95 (0,16-4,89) P=0,9].
Les dyslipidémies étaient plus fréquentes en milieu semi-urbain. Hypercholestérolémie totale: 7,8% en milieu urbain contre 23,2% en milieu semi-urbain [OR=0,28 IC95 (0,12-0,66) P<0,01]. Taux de LDL-Cholestérol élevé:11,2% en milieu urbain contre 25,5% en milieu semi-urbain [OR=0,37 IC95 (0,17-0,8) P<0,01]. Hypertriglycéridémie:48,3% en milieu urbain contre 73,2% en milieu semi-urbain [0,34 IC95 (0,19-0,61) P<0,001]. Les taux de HDL-Cholestérol anormalement bas étaient significativement plus fréquents en milieu urbain: 71,9% en milieu urbain contre 58,1% en milieu semi-urbain [OR= 1,84 IC95 (1,02-3,32) P<0,05]. La prévalence de l’hypertension artérielle chez les sujets en surcharge pondérale était de 31,3% (P=0,029). Les enfants et adolescents semblaient être plus hypertendus en milieu urbain (33,8% contre 27% en milieu semi-urbain), mais cette différence n’était pas statistiquement significative. Le milieu urbain apparaissait clairement comme un facteur protecteur pour le syndrome métabolique qui, cependant n’y était pas rare : prévalence de 10,8% contre 35,5% en milieu semi-urbain [OR : 0,22 IC95 (0,12-0,4) P<0,001].
Conclusion : La surcharge pondérale est plus fréquente en milieu urbain au Cameroun. Elle l’est un peu moins en milieu semi-urbain où elle est surtout associée à des anomalies cardio-métaboliques chez les adolescents. D’autres études devraient se concentrer spécifiquement sur le devenir à l’âge adulte de ces comorbidités graves déjà présentes pendant l’enfance dans ces deux milieux d’étude.


********************************************************************************************