Dépistage des manifestations oculaires du diabète de type 1 chez les patients du centre national d’obésité à l’aide d’un smartphone

Ghislaine Marie Konde Kinyock
Médecine Interne, Université de Yaoundé I
July, 2018
 

Abstract

Selon la Fédération internationale du diabète, la prévalence du diabète de type 1 est en constante augmentation, notamment dans les pays en voie de développement. Le diabète induit de nombreuses complications, majorées par le retard diagnostique, l’insuffisance du contrôle glycémique et des facteurs de risque associés. L’atteinte ophtalmologique est fréquente, et le diagnostic tardif du fait de : l’éloignement des centres spécialisés, l’insuffisance numérique de spécialistes et d’un matériel de diagnostic onéreux, fragile et non accessible. Il est donc important d’envisager des alternatives reposantes sur des outils de diagnostics simples, accessibles, aisés, validés et opérationnels.
Objectif : l’objectif général de cette étude est de décrire les résultats d’une stratégie de dépistage reposant sur le smartphone, des pathologies oculaires du patient diabétique de type 1 suivi dans le programme « changing diabetes in children ».
Méthodes : nous avons effectué une étude transversale descriptive à l’Hôpital Central de Yaoundé, auprès des patients diabétiques de type 1, suivi dans le cadre du projet ̏ changing diabetes in children˝. Après un interrogatoire, chaque participant a bénéficié d’un examen ophtalmologique comprenant, une mesure de l’acuité visuelle de loin grâce à l’application PEEK Acuity, l’examen des paupières et de l’oculomotricité et, la prise de photos rétiniennes avec un smartphone, couplé à une caméra rétinienne (Miiretcam) et ceci après dilatation pupillaire. Les images ont été interprétées par l’enquêteur, confirmés par un ophtalmologiste et les résultats ont et comparés par le test Kappa de Cohen.
Résultats : nous avons examinés 89 patients, soit 178 yeux. Leur âge moyen était de19, 4 ± 4 ans, le sexe ratio H/F de 1,17, la durée moyenne du diabète de 4,8 ± 4,1 ans, le taux d’HbA1c moyen était de 8,65 ± 2,41% et l’IMC était de 21,7 ± 3,4kg/m². L’acuité visuelle moyenne à l’œil droit était de 7,6/10e ± 3,1, à l’œil gauche de 7,7/10e ± 3,0 et l’acuité visuelle bilatérale était de 7,6/10e ± 3,0.
Trente-neuf (41,6%) patients avaient une pathologie oculaire. Parmi les 178 yeux examinés, 35 présentaient un trouble de la réfraction, 02 une rétinopathie diabétique dont une proliférant et une non proliférante modérée ; 16 une suspicion de glaucome et dans un œil on observait une atrophie optique unilatérale. La concordance enquêteur - ophtalmologue était de 0,90.
Conclusion : le dépistage délocalisé des affections oculaires au cours du diabète par un personnel non ophtalmologue entrainé est faisable, avec un rendement satisfaisant, à l’aide d’outils technologique simple et accessible.


********************************************************************************************