Indications de la ponction lombaire systématique dans les convulsions en contexte de fièvre chez les enfants de 6 mois à 5 ans

Arnaud Lionel DANG ODI
Pédiatrie, Université de Yaoundé I
June, 2018
 

Abstract

Introduction : Les convulsions en contexte de fièvre sont un motif fréquent de consultation aux urgences pédiatriques, les convulsions fébriles (CF) étant la première étiologie dans plus de 90% des cas. Néanmoins, Les méningites restent l’urgence médicale la plus grave surtout chez les enfants de moins de 5 ans. De nombreuses études dans le monde ont montré une nette réduction de l’incidence des méningites bactériennes depuis l’introduction des vaccins anti-pneumoccociques et anti-haemophilus influenzae b (Hib). Ainsi, les indications et l’intérêt de la ponction lombaire restent controversés dans la prise en charge des convulsions en contexte de fièvre ; d’où l’intérêt de cette étude.
Objectif : Déterminer l’intérêt de la ponction lombaire systématique dans les convulsions en contexte de fièvre chez les enfants âgés de 6 mois à 5 ans.
Méthodologie : Nous avons réalisé une étude prospective dans le service de pédiatrie de l’Hôpital Gynéco-obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé et au Centre Mère-Enfant de la Fondation Chantal Biya pendant une durée de 04 mois. Nous avons retenu 209 patients âgés de 6 mois à 5 ans admis pour convulsions dans un contexte fébrile dont l’analyse cytobactériologique et chimique du liquide céphalorachidien (LCR) était faite systématiquement. Les données collectées étaient : le sexe, l’âge, les caractéristiques de la crise, la température lors de la convulsion, prise ou non d’une antibiothérapie, les antécédents personnels et familiaux, le statut vaccinal. L’analyse cytobactériologique et chimique du LCR, la numération formule sanguine et la goutte épaisse et/ou un TDR paludisme ont été systématiquement réalisés chez tous les patients. Selon l’orientation clinique, nous avons demandé d’autres examens complémentaires : examen cytobactériologique des urines, radiographie pulmonaire, échographie cardiaque, échographie abdominale, scanner cérébral et coproculture. Dans notre étude, toute convulsion associée à un paludisme était considérée comme critère de gravité du paludisme, l’état de mal convulsif a été défini comme une crise convulsive de durée supérieure à 30 min ou une série de crises convulsives entre lesquelles il n’y avait pas de reprise de conscience. Nous avons obtenu le consentement éclairé des parents. L’analyse statistique a été effectuée en utilisant le logiciel Epi Info 3.5.4. Le test de Khi² était utilisé pour la comparaison des pourcentages, le test de Student pour la comparaison des moyennes, et le Odd ratio pour les associations avec un intervalle de confiance à 95% et un seuil de significativité pour valeur p < 0 ,05.
Résultats : Au total 3320 patients ont été hospitalisés dans les deux services de pédiatrie, 209 (6,3%) inclus dans notre étude dont 135 garçons pour 74 filles pour un sex-ratio de 1,8. L’âge moyen était de 24,6 mois, la majorité des cas ayant entre 12 et 18 mois. Un antécédent familial de CF était présent chez 13,6% des patients. Dans 36% des cas, les patients ne dormaient pas sous MILDA. La température moyenne lors des convulsions était de 39,4°C. Les crises tonico-cloniques généralisées étaient prédominantes (64,6%) suivies des crises toniques (25,4%), et un état de mal convulsif retrouvé dans 10,7% de cas. Le paludisme grave (63,1%) était la principale cause des convulsions suivi des CF (32,1%). Les CF étaient simples dans 53,7% des cas et complexes dans 46,3%. Les infections ORL (56,7%) représentaient la principale étiologie des CF. Dans notre étude, 4,3% (09) des cas avaient une méningite dont 04 cas entre 6-12 mois, et 05 cas entre 25-60 mois. Dans 05 cas, un germe a pu etre isolé (02 streptococcus pneumoniae, 02 Mycobacterium tuberculosis, 01 Cryptoccocus neoformans). Les facteurs statistiquement significatifs avec la présence méningite étaient : l’hypotonie, les signes d’irritation méningée, une durée du coma post critique supérieure à 30 min (p < 0,05).
Conclusion : Le paludisme et les CF (95,2%) sont de loin les principales causes de convulsion en contexte de fièvre. Sur 209 ponctions lombaires réalisées, seuls 09 LCR étaient pathologiques. La ponction lombaire devrait être systématique sauf contre-indication chez tout enfant avec convulsions en contexte de fièvre s’il présente des signes d’irritation méningée, une hypotonie, une durée du coma post critique ≥ 30 min, un terrain d’infection au VIH.


********************************************************************************************