Apport de l’échographie dans le diagnostic étiologique des algies pelviennes aigues gynécologiques de la femme en activité génitale à Yaoundé

LEWIS KAZE FOFOU (kflewis@ymail.com)
Imagerie Médicale et Radiothérapie, Yaounde I
July, 2018
 

Abstract

Introduction : La douleur pelvienne aigue est un motif de consultation en urgence chez la femme en activité génitale. Ses nombreuses étiologies rendent le diagnostic clinique difficile. Les étiologies gynécologiques sont fréquentes, certaines mettant en péril la fertilité et le pronostic vital d’où la nécessité d’un diagnostic et d’une prise en charge précoces. L’échographie pelvienne s’est révélée d’une sensibilité et d’une spécificité élevées dans cette indication d’où l’intérêt de cette étude.

Objectif : Evaluer l’apport de l’échographie dans le diagnostic étiologique des algies pelviennes aigues gynécologiques de la femme en activité génitale à Yaoundé. Spécifiquement nous avons caractérisé les douleurs pelviennes hyperaigues et aigues, déterminer les fréquences des étiologies utérines et annexielles, comparer les trouvailles échographiques des douleurs pelviennes hyperaigues et aigues, déterminer la concordance entre les indications cliniques et les diagnostics échographiques.

Matériels et méthodes : Nous avons réalisé une étude transversale descriptive de Février 2018 à Mai 2018 dans quatre institutions sanitaires de Yaoundé, où nous avons obtenu 80 patientes. Pour chacune des patientes, nous avons effectué une évaluation clinique basée sur l’interrogatoire. Ensuite, réaliser une échographie pelvienne. Les données ont été notées sur une fiche technique préétablie. Les examens échographiques étaient réalisés par les médecins radiologues avec les échographes Hitachi Aloka, SonoScape SSI-8000, MINDRAY DC-8, LOGIQ C3 Premium, LOGIQ V5 Expert, VOLUSON 730, VOLUSON E8, munis des sondes convexes de 3,5Mhz et endocavitaires de 7,5 Mhz. Les variables quantitatives étaient testées avec les tests de Student et de Wilcoxon-Mann-Whitney. Les associations entre variables qualitatives étaient testées avec les tests Exact de Fisher et de Khi2 de Pearson. La concordance était évaluée par le coefficient Kappa de Cohen.

Résultats : Les extrêmes d’âges étaient 16 et 57 ans. L’âge médian était de 30 (25,5-34) ans. Les douleurs pelviennes hyperaigues et aigues étaient retrouvées respectivement dans 27,5%(n=22) et 72,5%(n=58) cas. La durée médiane des douleurs était de 3(1-5) jours. Le mode d’installation des douleurs était brutal chez 60%(n=42) et progressif chez 40%(n=38) de cas. Les localisations des douleurs étaient de 41,3%(n=33) à la fosse iliaque droite, 18,8%(n=15) diffuses, 17,5%(n=14) à la fosse iliaque gauche, 13,8%(n=11) hypogastriques et 8,8%(n=7) bilatérales. Les douleurs intenses, modérées et légères étaient respectivement 52,5%(n=42), 43,5%(n=35) et 3,8%(n=3). Il y avait une différence significative entre les modes d’installations (p=0,004) et les intensités (p=0,023) des douleurs pelviennes hyperaigues et aigues. Les symptômes (95%), prédominaient parmi les indications cliniques. Nous avons retrouvé 114 étiologies dont 100(87,7%) annexielles, 13(11,4%) utérines et 1(0,9%) collection particulaire dans le pelvis. Dans les étiologies annexielles, les épaississements tubaires (28,9%) étaient les plus nombreuses suivis des kystes ovariens (23,7%) ; tandis que les myomes utérins en nécrobioses (5,3%) et les endomètres hétérogènes (3,5%) prédominaient parmi les étiologies utérines. Les myomes utérins en nécrobiose et les torsions de myome utérins étaient plus fréquents dans les douleurs hyperaigues ; tandis que les pathologies génitales hautes d’origine inflammatoire et les grossesses extra-utérines, prédominaient dans les douleurs pelviennes aigues. Nous avons trouvé une concordance médiocre (k=14,3% ; p=1) entre les indications cliniques et les diagnostics échographiques.

Conclusion : L’analyse des résultats obtenus montre l’importance de l’échographie dans la détermination des étiologies gynécologiques des douleurs pelviennes aigues car les symptômes sont non spécifiques.


********************************************************************************************