Profil épidémiologique clinique et thérapeutique des hémorragies du post-partum dans trois hôpitaux de référence de Yaoundé

Emy Ségolhène Moneze (emy.moneze@yahoo.com)
Gynécologie-obstétrique, Université de Yaoundé I
June, 2018
 

Abstract

Introduction
L’hémorragie du post-partum est la complication la plus fréquente de l’accouchement. Elle constitue la première cause de mortalité maternelle dans la plupart des pays en voie de développement. Au Cameroun, la fréquence de l’hémorragie du post-partum est de 4,1% des accouchements.
Objectif
L’objectif de notre travail était d’étudier le profil épidémiologique, clinique et thérapeutique des hémorragies du post-partum dans trois hôpitaux de référence de Yaoundé.
Méthodologie
Il s’agissait d’une étude transversale incluant toutes les accouchées qui ont présenté une hémorragie du post-partum et qui ont consenti à participer à l’étude à l’Hôpital Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé, l’Hôpital Central de Yaoundé et le Centre Hospitalier Universitaire de Yaoundé ; durant la période du 20 Décembre 2017 au 30 Avril 2018. Les données socio-démographiques, cliniques, thérapeutiques et évolutives ont été analysées à l’aide des logiciels Epi info version 7 et Microsoft Excel.
Résultats
Au terme de la période d’étude, 78 femmes ayant présenté une hémorragie du post-partum ont été recrutées.
La fréquence des hémorragies du post-partum dans notre étude était de 3,8%. La moyenne d’âge était de 29,04(±7.9) ans. Les primipares étaient les plus représentées à 29,5%. Les antécédents obstétricaux les plus retrouvés étaient la déchirure génitale antérieure et le curetage. L’antécédent médical le plus retrouvé était l’hépatite virale B avec un taux de 7,7%. Une à trois consultations prénatales étaient faites pour 30,8% des patientes et 3,8% n’en avaient faite aucune. La prise de fer durant la grossesse n’a pas été effective pour 9% des patientes recrutées. Le déclenchement du travail a été fait chez 3,8% des femmes et nous avons constaté que 2,6% des patientes recrutées ont provoqué le début de leur travail avec des produits de la pharmacopée africaine. La durée moyenne du travail était 17 (±9,5) heures. Les accouchements prématurés étaient à un taux de 12,8%. Au moment du diagnostic d’hémorragie du post-partum, 19,2% des femmes étaient en hypotension artérielle et 3,8% avaient une tension artérielle imprenable. Nous avons constaté que 79,4% des femmes présentaient une pâleur et des vertiges. L’obésité était retrouvée chez 23,1% des femmes. Les étiologies les plus retrouvées étaient : l’atonie utérine (52,6%), les lésions de la filière génitale (51,3%) et la rétention placentaire (42,3%). La pratique de la gestion active de la troisième période de l’accouchement n’était pas connue dans 27,3% des cas. Les manœuvres obstétricales les plus pratiquées après le diagnostic étaient le massage utérin (83,3%) et la révision utérine (78,2%). Le traitement médical incluait l’administration d’ocytocine dans 96,2% des cas, l’administration des dérivés de l’ergot de seigle dans 42,3% des cas et l’administration du misoprostol dans 70,5% des cas. Par ailleurs, l’administration d’oxygène a été faite dans 3,8% des cas et la transfusion sanguine a intéressé 51,3 % des patientes. La suture d’une lésion génitale a été faite pour 48,7% des femmes. Il n’y a que 2,6% des patientes qui ont bénéficié d’une hystérectomie d’hémostase avec ligature artérielle pour arrêter l’hémorragie. Malgré la prise en charge initiale, 53,8% des patientes ont présenté des complications. Les complications les plus présentes étaient le choc hypovolémique (53,8%), la coagulation intra-vasculaire disséminée (9%) et le syndrome septique (6,4%). Durant cette étude nous avons enregistré quatre de décès soit 5,1% des patientes.
Conclusion
Ce travail a permis d’observer que les hémorragies du post-partum restent fréquentes. Le diagnostic est souvent difficile avec une survenue de complications très prononcée. La prise en charge en urgence est délicate et pluridisciplinaire. L’hémorragie du post-partum engage le pronostic vital de la patiente et peut conduire au décès.
Il est donc nécessaire d’encourager la mise en place de séminaires pour sensibiliser à la fois le personnel médical et les patientes sur l’importance de la prévention et de la prise en charge des hémorragies du post-partum.


********************************************************************************************