Aspect clinico-épidémiologiques du vitiligo chez les patients dans cinq formations sanitaires camerounaises de 2012 à 2017

Blandine OMONO AMBIANA (ambiana1991@gmail.com)
Médécine interne, Université de Yaoundé I
June, 2018
 

Abstract

Le vitiligo est une pathologie acquise appartenant au groupe des leucodermies, dans laquelle apparaissent des plaques circonscrites de dépigmentation. C’est une affection qui touche autant les femmes que les hommes, et sa fréquence est estimée à 1% dans la population mondiale.
Méthodologie :
Nous avons mené une étude rétrospective transversale à but descriptif d’une durée de 6 mois sur une période allant de Janvier 2012 à Décembre 2017. Etude réalisée dans les services de dermatologie, et menée dans le strict respect des règles de l’éthique, à l’hôpital général de Douala, au centre universitaire et hospitalier, à l’hôpital de district de Biyem-assi et au Centre médical d’Arrondissement d’Elig-essono à Yaoundé.Nous avons inclus dans notre étude tous les patients présentant le vitiligo dans la période d’étude diagnostiqué cliniquement et ayant un dossier médical présentant au minimum l’âge et le sexe le type de vitiligo. Les paramètres sociodémographiques et cliniques ont été notifié. Les données recueillies ont été saisi dans le logicielCS PRO 6.0 et l’analyse statistique a été effectuée à l’aide du logicielR version 3.3.
Résultats :
La prévalence du vitiligo en milieu hospitalier était de 1,52% et la médiane des âges des patients était de 25ans. Le patient le moins âgé avait 1an et le plus âgé 85 ans, avec un sexe ratio H/F de 0,89. Le secteur des étudiants et des élèves était le plus représenté avec 58,3% des cas. L’âge médian d’apparition de la maladie était de 21ans et le type de vitiligo le plus fréquemment rencontré était le vitiligo généralisé (56%) suivi du vitiligo segmentaire (17,9%) et du vitiligo Mixte (3%). Les macules de vitiligo étaient surtout situées au niveau du visage (34,1%), des membres supérieurs (17,9%) et des membres inférieurs. L’aspect trichrome était majoritaire avec 69% des cas, et on notait l’atteinte cutanée dans 77,27% des cas marquée par les dermatoses inflammatoires (22,72%). Les anomalies thyroïdiennes, de la glycémie à jeun et de la numération formule sanguines étaient plus marqués parmi les bilans demandés

Conclusion :
Notre étude a montré une prévalence hospitalière de 1,52 du vitiligo, une atteinte cutanée du visage en majorité et une prédominance du vitiligo généralisé dans les formes cliniques.


********************************************************************************************