Devenir des nouveau-nés nés par césarienne d'urgence dans trois hôpitaux de la ville de Maroua

Priscile Lolita Nana Lowe (priscilelolita@yahoo.fr)
pédiatrie, Université de Yaoundé 1
June, 2013
 

Abstract

Introduction
La mortalité néonatale à l’extrême nord du Cameroun représente le 3ème taux le plus élevé à l’échelon national. Par ailleurs la césarienne qui est un geste salvateur est très peu pratiquée particulièrement dans la région de l’Extrême-nord qui a le plus faible taux au Cameroun. Plusieurs études ont montré que la césarienne est généralement pratiqué en urgence césarienne ceci bien quelle présente un risque de complication materno-fœtal plus élevé qu’un accouchement normal. Peu de travaux ont été faits pour évaluer le devenir des nouveau-nés dans le contexte de l’urgence.

Objectifs
Évaluer le devenir des nouveau-nés nés par césarienne d’urgence pendant la période néonatale précoce.

Méthodologie
Il s’agissait d’une étude de cohorte menée dans trois hôpitaux de référence de la ville de Maroua (l’Hôpital Régional de Maroua, l’Hôpital de Meskine et l’Hôpital de la CNPS) pendant une période de 2 mois.

Résultats
Un total de 418 accouchements ont été réalisés dans ces trois hôpitaux de la ville de Maroua parmi lesquels 60 césariennes. Parmi ces césariennes 50 (83,3 %) ont été réalisées en urgence contre 10 (16,7 %) programmées. L’âge moyen des participantes était 25,8 ans (± 6,37) avec des extrêmes de 14 ans et 42 ans. Les parturientes appartenant au groupe des césariennes d’urgence étaient dans 48 % des cas référées et utilisaient pour la plus part une motocyclette comme moyen de transport pour se rendre dans les formations sanitaires de référence. La durée moyenne pour le transfert était de 4 h(± 2h30).Le travail n’avait pas été suivi par un partogramme dans 56 % des cas. Une rupture prolongée des membranes a été enregistré dans 31% des cas (9 cas). La durée moyenne entre la prise de décision et l’intervention était de 3 h 20(± 1h40). La disproportion céphalo-pelvienne (DCP) était l’indication de césarienne la plus fréquente (46 %) dans le groupe des césariennes d’urgence. Nous avons enregistré 31 cas de complications néonatales. Parmi ces complications nous avons eu 22 cas (71%) d’asphyxies néonatales, 6 cas (19,3 %) d’infections materno-fœtales et 2 cas (6,4%) d’ictère néonatal. Tous les décès ont été enregistrés dans le groupe des césariennes d'urgence. Ce qui correspondait à une mortalité périnatale de 26 %. Les mort- nés représentaient 8 % et la mortalité néonatale précoce était de 18 %. La majorité des décès sont survenus le premier jour (67 %).

Conclusion
Les indications de césarienne les plus retrouvée étaient la disproportion cephalo-pelvienne dans le groupe de césarienne d’urgence DCP et utérus cicatriciel dans le groupe césarienne élective. La césarienne d’urgence était associée a une grande proportion d’asphyxie néonatale et une mortalité néonatale précoce élevé. Les facteurs de risque retrouvés étaient, le nombre insuffisant de CPN ; un suivi non adéquat du travail au niveau des structures périphériques ;un transfert tardif ; une prise en charge tardive

Recommandations
À la fin de notre étude, nous recommandons, de sensibiliser les femmes, d’améliorer les compétences du personnels des centres de santé, d’optimiser la référence avec l’ambulance, une meilleure collaboration entre les opérateurs de la césarienne et les anesthésistes.


********************************************************************************************