Profil de l'électrophorèse de l'hémoglobine chez les donneurs de sang au Centre Hospitalier et Universitaire de Yaoundé

Gérard Gilles Monoveng Biyon (monoveng_gerard@yahoo.fr)
Microbiologie, hématologie et maladies infectieuses, Université de Yaounde I
June, 2013
 

Abstract

La transfusion sanguine est une thérapie substitutive qui consiste à administrer par voie intraveineuse à un patient les éléments du sang qui lui font défaut, en raison d’une maladie, d’un traumatisme ou d’une intervention chirurgicale. Ces éléments sont obtenus d’un individu appelé donneur pour un autre appelé receveur. Il s’inscrive en Afrique subsaharienne et notamment au Cameroun dans un contexte de forte prévalence d’hémoglobines anormales. Le don de sang par le sujet hétérozygote est donc un champ d’investigation non négligeable pour l’amélioration de la sécurité transfusionnelle. L’étude actuelle est importante puisqu’elle va aider a apprécier l’ampleur des hémoglobinopathies dans ce groupe de personnes et définir des stratégies de sélection médicale lors du don de sang.
Ainsi, l’objectif général est de déterminer les hémoglobines anormales observées chez les donneurs de sang.

METHODOLOGIE
Cette étude descriptive prospective s’est déroulée sur une période de 5 mois (de septembre 2012 à avril 2013), le recrutement des patients fait au laboratoire d’hématologie et de transfusion sanguine du CHUY. Pour chaque patient retenu, 5ml de sang ont été collectés dans un tube contenant de l’EDTA pour l’analyse au laboratoire de biochimie de l’HGY.
Nous avons effectué pour chaque échantillon une électrophorèse à pH acide sur agar, et une électrophorèse à pH acide sur acétate de cellulose. Les hémoglobines ainsi fractionnées ont été dosées au densitomètre.

RESULTATS.
Notre échantillon était constitué de personnes venues au CHUY pour effectuer un don de sang. Nous avons recruté 152 donneurs constitués de 115 hommes et 37 femmes. L’âge des patients variait de 18 à 57 ans, avec une moyenne de 29,14 ans.
Les hémoglobines A1 A2 , S et C ont été observées, correspondant aux phénotypes AA, AS, et AC. La fréquence des phénotypes hétérozygotes était de 18,72%.



CONCLUSION

Il ressort de notre travail que la prévalence des hémoglobines anormales chez les donneurs de sang était de 18,72%; et que parmi eux, les hémoglobines anormales observées étaient les hémoglobines S et C, correspondant aux phénotypes AS et AC.


********************************************************************************************