Aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques des traumatismes obstétricaux du nouveau-né reçus à l'HGOPY

NGWANOU Dany Hermann (danyher2005@yahoo.com)
pédiatrie, université de Yaoundé I
October, 2014
 

Abstract

RESUME

Introduction : Le traumatisme obstétrical du nouveau-né est l’ensemble des perturbations locales et ou générales engendrées par une lésion produite sur une portion de l’organisme au cours de la parturition. Sa fréquence varie d’un pays à un autre et a été estimée à 20 à 30 pour 1000 naissances vivantes en 2003. L’objectif de notre étude était de décrire les aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques des traumatismes obstétricaux du nouveau-né, afin de proposer des moyens adéquat de prévention, à l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé (HGOPY).

Patients et méthode : il s’agissait d’une étude descriptive avec collecte des données rétrolective, portant sur les dossiers des nouveau-nés atteint de traumatisme obstétrical reçus dans les services de pédiatrie, chirurgie pédiatrique et kinésithérapie de l’HGOPY sur une période de 11 (onze) ans. Les variables étudiées étaient maternelles (âge, parité, mode d’accouchement, lieu d’accouchement,) et néonatales (poids de naissance, les signes fonctionnel et présentation clinique, le délai diagnostic, les examens para cliniques et le traitement).

Résultats : Sur les 14284 nouveau-nés qui ont été reçus pendant la période d’étude, 263 présentaient un traumatisme soit une fréquence hospitalière de 1,84%. L’âge moyen des nouveau-nés était de 12,49 ± 9,39 jours, avec un sex-ratio de 1,22. Les facteurs favorisants connus et retrouvés étaient : L’âge maternel avancé (28,14 ± 5,27 ans), la pauciparité (59,9%), l’accouchement par voie basse (97,3%), l’accouchement instrumental (5,3%), la macrosomie (41,7%). Les accouchements étaient réalisés par des infirmiers (44,3%), le centre de santé était le principal lieu d’accouchement (42,8%). Les signes fonctionnels ont été retrouvés dans 50,8% des cas par les parents. Les principales présentations cliniques: la paralysie obstétricale du plexus brachial (70,6%), la fracture de la clavicule (22,5%) et la fracture de l’humérus (4,80%) avec un délai diagnostique moyen de 12 jours. La radiographie standard était le principal examen complémentaire (74,9%). Le traitement consistait en une kinésithérapie (67,4%) et un traitement orthopédique (23,5%).

Conclusion : Les traumatismes obstétricaux du nouveau-né sont relativement fréquents en consultation à l’HGOPY. La majorité des nouveau-nés avec traumatisme obstétrical sont nés dans les centres de santé et les accouchements étaient surtout réalisés par des infirmiers. Le diagnostic est tardif faute d’examen correct du nouveau-né en salle d’accouchement. Les fractures obstétricales sont bénignes avec une guérison sans séquelles. La paralysie obstétricale du plexus brachial est la lésion la plus fréquente. L’examen systématique du nouveau-né à la naissance serait un moyen fiable pour la détection et la prise en charge précoce de cette pathologie.

Mots-clés : Traumatisme obstétrical, Nouveau-né, Yaoundé.


********************************************************************************************