Épidémiologie des traumatismes vertébro-médullaires en milieu hospitalo-universitaire à Yaoundé

Armelle Ariane DONGMO TCHEMEZA
CHIRURGIE, Université de Yaoundé I
October, 2014
 

Abstract

Introduction : Les traumatismes vertébro-médullaires (TVM) sont source de séquelles invalidantes : fonctionnelle, psychosociale et économique. Leur incidence, en augmentation dans tous les continents, est importante pour la planification des soins de santé et les recherches épidémiologiques.
Objectif : Nous voulions déterminer la fréquence hospitalière et les aspects épidémiologiques des traumatisés du rachis admis dans les services des urgences de l’hôpital Central de Yaoundé et l’hôpital Général de Yaoundé au Cameroun, afin de contribuer à l’amélioration de la prévention et de leur prise en charge.
Méthodologie : Il s’agissait d’une étude observationnelle transversale, réalisée du 1er octobre 2013 au 1er avril 2014. Nous avons inclus 68 patients. Nous avons étudié : leur profil socio démographique, le mécanisme lésionnel, la sévérité des lésions neurologiques, le niveau lésionnel, les lésions associées et leur évolution en phase aiguë.
Résultats : La fréquence des TVM représentait 3,7% des admissions du service des urgences. La prédominance était masculine, avec un sex-ratio égal à 2,1. L’âge médian était de 38,5 ans. La tranche d’âge la plus concernée était celle comprise entre 20 et 29 ans. Les accidents de la voie publique (60,3%), les chutes (29,4%), les accidents d’abattage (7,3%), les agressions et les bagarres (2,9%) constituaient les principales étiologies. Les cultivateurs (15/68), les techniciens (11/68), les ménagères (9), les conducteurs (9), les élève et étudiants (8), les fonctionnaires (4), les agents de sécurité et d’entretien (4), les commerçants (3), les sans-emplois (2), comptable (1), pasteur (1) et chargeur (1) étaient les plus concernés. Une prise en charge pré-hospitalière médicalisée a été assurée dans 2,9% des cas. 69,1% des traumatisés étaient secondairement transférés dans les hôpitaux de référence. Ils étaient initialement suivis dans des structures sanitaires non spécialisées pour leur prise en charge. Le délai médian de référence était de deux jours. Les lésions neurologiques étaient de grade Frankel A (18/47), Frankel B (11/47), Frankel C (11/47), Frankel D (7/47), Frankel E (21). Le niveau lésionnel était cervical (47 fois), thoracique (12) ou lombo-sacré (15). Les luxations représentaient la principale forme radiologique. 29, soit 42,6% patients présentaient des lésions associées, notamment des traumatismes crâniens dans 34,6% des cas. Aucun des patients, devant bénéficier d’un traitement chirurgical, n’a été opéré dans les 72 heures après le traumatisme. 16/46 (34,8%) patients en attente de chirurgie sont sortis contre avis médical. 44,1% des patients présentaient au moins une complication en cours d’hospitalisation. Il s’agissait surtout d’escarres. Le taux de décès à trente jours d’hospitalisation était de 16,2% (11/68).
Conclusion: Les TVM constituent une pathologie fréquente et grave, rencontrée dans notre environnement. La population jeune masculine est la plus touchée. Les accidents de la voie publique et les chutes représentent les principales étiologies. Ces étiologies sont associées aux professions et au niveau lésionnel. La prise en charge pré-hospitalière est quasi inexistante. Les facteurs de risque de décès sont : le grade Frankel A, le niveau lésionnel cervical, le score GAP (Glasgow coma scale, Age, systolic blood Pressure) faible et la présence de complications aigües.
Mots clés : Traumatisme vertébro-médullaire, épidémiologie, fréquence hospitalière, prévention, Yaoundé.



********************************************************************************************