Activités de l’IADE dans la prise en charge de l’IIA de l’enfant de 0-5 ans : cas de deux hôpitaux de référence de la ville de Yaoundé

Arielle Myriam Mopia Foubi (mopiafoubimyriam@yahoo.fr)
Anesthésie-Réanimation, Université de Yaoundé I
June, 2013
 

Abstract

Introduction
L’invagination intestinale aiguë (IIA) est une affection grave du tube digestif pouvant
entrainer le décès. Une prise en charge multidisciplinaire reste primordiale pour un bon
pronostic. L’infirmier anesthésiste aux côtés d’autres collaborateurs y contribuera également
par la réalisation des activités relevant de son rôle propre et de son rôle délégué d’où la
question de recherche suivante:
« Comment la prise en charge des enfants de 0-5 ans souffrant d’IIA est-elle faite par
l’infirmier anesthésiste dans deux hôpitaux de référence de la ville de Yaoundé ? ». C’est
pour apporter notre contribution dans l’amélioration de la prise en charge de ces enfants que
nous avons mené cette étude intitulée : « Activités de l’Infirmier Anesthésiste Diplômé
d’État dans la prise en charge de l’Invagination Intestinale Aiguë de l’enfant de 0-5 ans :
cas de deux hôpitaux de référence de la ville de Yaoundé ».

Objectifs
L’objectif général de cette étude était d’évaluer la prise en charge par l’infirmier
anesthésiste des enfants de 0-5 ans souffrant d’invagination intestinale aiguë dans deux
hôpitaux de référence de la ville de Yaoundé. Spécifiquement, il s’agissait d’identifier les
activités de l’IADE en période préopératoire chez les enfants de 0-5ans souffrant d’IIA, de
décrire les activités de l’IADE dans la prise en charge peropératoire des enfants avec IIA, de
répertorier les différentes activités réalisées par les IADE en période postopératoire,
d’identifier les points forts et les points faibles de cette prise en charge infirmière par les
IADE dans la perspective de leur amélioration.
Matériel et Méthodes
Il s’agissait d’une étude prospective descriptive réalisée dans les services d’anesthésie-Réanimation de l’HGOPY et de l’HCY durant une période de 6 mois allant de Novembre
2012 à Avril 2013. Les données ont été collectées en veillant à réduire au maximum les biais
et en respectant les normes d’éthique de la recherche. La collecte de données s’est effectuée
au moyen d’un questionnaire et d’une grille d’observation standards pré-testés et validés.
Nous avons procédé à un échantillonnage exhaustif ce qui nous a permis d’avoir une taille
d’échantillon de 23 infirmiers anesthésistes répondant à nos critères d’inclusion. La collecte
terminée, les données ont été vérifiées puis saisies grâce au logiciel EpiData version 3.1 et analysées grâce au logiciel STATA version 10.1. Les résultats obtenus ont été présentés sous
forme de tableaux et de figures grâce aux logiciels Microsoft Office Excel 2010, puis saisies à
l’aide du logiciel Microsoft Office Word 2010.

Résultats
Notre étude a porté sur 23 IADE et il en ressort que :
- En période préopératoire : Les activités suivantes n’ont pas été réalisées par les IADE : la
participation à la consultation d’anesthésie, la prise des paramètres (PA: pression artérielle,
T° : température, SpO2 :
saturation en oxygène). Par contre, ils ont tous participé à la visite
préopératoire et procédé à la préparation psychologique des parents et/ou des enfants.
- En période peropératoire : Tous les IADE ont mené les activités ci-après : vérification et
préparation du plateau des drogues d’anesthésie et d’urgence, accueil et installation de
l’enfant, prévention de l’hypothermie, participation à la phase d’induction et de surveillance
peropératoire. Par ailleurs, 16 (78,3%) n’ont pas utilisé la check-list pour l’ouverture de la
salle d’opération et aucun n’a pris la pression artérielle, la température.
-En période postopératoire : Tous les IADE ont participé à la phase de réveil et
d’extubation. Le matériel de surveillance et de suppléance respiratoire (plateau d’intubation,
ambu avec masque adapté à la taille de l’enfant, scope multiparamétrique avec alarmes
réglées, aspirateur fonctionnel…), la prise des paramètres (FC, FR, PA, T°, SpO2
), la
surveillance de la plaie opératoire et des différents sondages (urinaire et nasogastrique),
l’évaluation de la douleur et l’utilisation du score de réveil n’ont pas été réalisées par les
IADE en SSPI.
- Forces : Les IADE ont tous accomplies les activités suivantes : visite préopératoire,
préparation psychologique, préparation du plateau des drogues d’anesthésie et d’urgence,
accueil, prévention de l’hypothermie, mise en place du stéthoscope en précordiale, prise des
paramètres (FC, FR), participation à la phase d’induction, à la surveillance peropératoire, à la
phase de réveil et d’extubation.
- Faiblesses : La participation à la consultation d’anesthésie, la préparation du matériel de
surveillance et de suppléance respiratoire, la prise des paramètres (FC, FR, PA, T°, SpO2
), la
surveillance de la plaie opératoire, des différents sondages (urinaire, nasogastrique),
l’évaluation de la douleur et l’utilisation du score de réveil n’ont pas été réalisées par les
IADE.
Conclusion
Au terme de notre étude il ressort que, la prise en charge des enfants de 0-5 ans souffrant
d’IIA n’est pas maximale pour un certain nombre d’activités en période pré-, per-, et
postopératoire. Par ailleurs, l’absence de ressources matérielles adéquates et adaptées ainsi
que les ressources humaines limitées ont constitué les principaux freins à la réalisation de
certaines activités. Donc, une dotation des services d’Anesthésie-Réanimation de ces
formations sanitaires en matériels et en ressources humaines permettraient d’accroître le
nombre d’activités réalisées et d’améliorer la qualité des soins administrés à ces enfants dans
l’optique d’une PEC optimale.


********************************************************************************************