Gestion des approvisionnements et des stocks d’antirétroviraux dans sept structures sanitaires de Yaoundé

Zakari ABOUBAKAR
Médecine Interne, Université de Yaoundé I
June, 2014
 

Abstract

Introduction
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, en 2011, seulement 54 % de personnes admissibles à la thérapie antirétrovirale dans les pays à revenu faible et intermédiaire bénéficiaient du traitement. Elle rapporte aussi qu’au moins 50% des pays d‘Afrique sub-saharienne ont connu des ruptures de stock d’antirétroviraux. Le Cameroun avec 131 531 patients sous traitement antirétroviral, n’a pas été épargné par ces ruptures de stocks. Pour comprendre l’origine de ces ruptures de stock, nous avons mené une étude donc l’objectif était d’améliorer la qualité de la gestion des approvisionnements et des stocks des ARV.

Méthodologie
Il s’agissait d’une étude transversale descriptive et évaluative, réalisée sur une période allant du 05 février au 25 avril 2014 à Yaoundé.
Nous avons soummis des questionnaires aux responsables de la gestion des antirétroviraux au niveau du Comité National de Lutte Contre le SIDA (CNLS), de la Centrale National d’Approvisionnement en médicament et Consommables Médicaux essentiels (CENAME), du Centre Régional d’Approvisionnement Pharmaceutique de la Région du Centre (CAPR-C), de quatre formations sanitaires : Hôpital Central de Yaoundé (HCY), Hôpital Militaire de Yaoundé (HMY), Hôpital de District de la Cité-verte (HDCV) et Hôpital Protestant de Djoungolo (HPD). Pour l’évaluation de la qualité des services, nous avons administré des questionnaires à 150 PVVIH venant chercher leur TARV.
Les données collectées à l’aide du questionnaire ont été analysées grâce au logiciel Epi info 7.1.3.10, Microsoft Excel 2010. La comparaison des variables a été réalisée grâce au test de Chi carré, et au test de Fisher. Le seuil de signification statistique était P < 0,05.

Résultats
Le CNLS utilisait le Système National d’Approvisionnement en Médicaments Essentiels pour ses approvisionnements. Cette acquisition se faisait après fourniture des caractéristiques des ARV à acheter par le CNLS. Le Fonds Mondial quant à lui utilisait ses propres services à travers le mécanisme VPP pour l’acquisition des produits issus des subventions dont bénéficiait le Cameroun à cet effet. De nombreuses ruptures de stock d’ARV ont été rapportées au niveau du CAPR-C dont la plus important était celle du protocole TDF + 3TC + NVP qui a duré 74 jours au total de janvier 2013 à mars 2014. Ces ruptures de stocks ont été la principale raison d’inobservance au TARV évoquée par les personnes vivant avec le VIH, soit 59 fois sur les 77 raisons (76,62%). Lors de ces ruptures de stock, les CTA/UPEC suspendaient le TARV de 91,23% des PVVIH sous TARV jusqu’à réapprovisionnement. Trois des PVVIH dont le protocole de TARV, était en rupture ont eu recours aux ARV achetés dans le circuit informel. Une insuffisance des ressources accordées à l’achat des ARV (57,54% de recouvrement du budget prévisionnel) a été constatée. Aucune relation statistiquement significative entre la qualité de service et l’observance du traitement n’avait été retrouvée, et, la majorité des PVVIH trouvaient la qualité de service satisfaisante. Parmi les 150 PVVIH interrogées, seulement 25 (16, 67%) étaient disposées à contribuer à l’achat des ARV. Les ARV étaient distribués selon le système d’allocation, avec un plan de distribution établi par le CNLS.

Conclusion
Nous concluons au terme de notre étude que les scores de la GAS étaient bon pour la CENAME et le CAPE-C, moyen pour l’HMY et HDCV, et médiocre pour l’HCY et l’HPD. En terme de qualité de services (accueil, temps d’attente, confidentialité, conseils pharmaceutiques en début de traitement), les meilleurs scores étaient attribués à l’HDCV, suivi de l’HMY, suivi de l’HPD et enfin de l’HCY. Nous n’avons pas trouvé de relation statistiquement significative entre la qualité des services et l’observance. La réalisation d'une étude sur l'ensemble du territoire national devient une nécessité.


********************************************************************************************