Manifestations dermatologiques chez les patients hémodialysés chroniques à Yaoundé

joel Tameyi Tatsa (joel.tameyi@gmail.com)
Dermatologie, Nephrologie, Université de Yaoundé I
October, 2014
 

Abstract

INTRODUCTION
La maladie rénale chronique terminale est greffée de complications multi-viscérales diverses parmi lesquelles les symptômes cutanés ne sont pas à négliger. La peau est à l’avant-scène d’une souffrance rénale chronique qui retentit sur tous les organes. Les manifestations dermatologiques chez les patients hémodialysés chroniques pourraient indiquer l’existence d’un problème systémique grave, ayant un taux de morbidité et ou de mortalité élevés. Nous avions pour objectif de déterminer le profil épidémiologique des principales manifestations dermatologiques rencontrées chez le patient hémodialysé chronique à Yaoundé.
METHODOLOGIE
Nous avons mené une étude transversale descriptive et analytique sur la période du 24 Février au 12 Mai 2014. Les patients étaient recrutés de manière consécutive dans les centres de dialyse du Centre Hospitalier Universitaire de Yaoundé et de l’Hôpital Général de Yaoundé. Etait inclus dans l’étude, tout patient hémodialysé pour une maladie rénale chronique terminale et acceptant de participer à l’étude. Pour chaque patient, un interrogatoire et un examen dermatologique étaient réalisés. Les valeurs biologiques étaient issues du bilan du suivi mensuel des patients hémodialysés chroniques.
L’analyse des données a été faite grâce aux logiciels EPI INFO version 7.0.1, IBM SPSS version 20.0, et Microsoft Excel 2010. Les différences entre les groupes ont été analysées par le test de Khi-2, et la comparaison entre les moyennes a été déterminée par le test de Student et équivalents. Les valeurs de probabilités p < 0,05 ont été considérées comme statistiquement significatives.
Nous avons demandé une clairance éthique au près du comité institutionnel d’éthique et de la recherche de la faculté de médecine et des sciences biomédicales.

RESULTATS
Au total nous avons recruté 112 patients. Il s’agissait d’une population à majorité masculine (sex-ratio H/F= 2,3) avec un âge moyen de 48,6 ± 13 ans (allant de 15 à 82 ans) et une durée moyenne en dialyse de 39 mois ± 33 mois. Il existait au moins une atteinte dermatologique chez 83,9% de nos patients. Les principales manifestations dermatologiques étaient la xérose cutanée (63,3%), le prurit (37,5%), la mélanodermie (34,8%), l’acné (12,5%) et les ongles équi-segmentés (10,7%). Il existait une association significative entre le prurit, la xérose cutanée et l’absence de diurèse résiduelle (valeur p < 0,001). On retrouvait des valeurs sériques élevées de parathormone intacte et de phosphate dans les cas de prurit, avec un seuil de significativité fortement positif (valeur p <0,0001 et <0,007 respectivement). Cependant, Il existait une faible corrélation entre l’intensité du prurit et le taux de parathormone (r = -0,06).

CONCLUSION
Les manifestations dermatologiques sont fréquentes chez les patients hémodialysés chroniques. Elles sont dominées par la xérose cutanée et le prurit, qui est associé à des troubles sévères du métabolisme phosphocalcique.

Mots clés :
manifestations dermatologiques, maladie rénale chronique terminale, hémodialyse, xérose cutanée, prurit, métabolisme phosphocalcique.


********************************************************************************************