Méningites bactériennes néonatales: aspects épidémiologiques, cliniques, bactériologiques et pronostiques au Centre Mère et Enfant de la Fondation Chantal Biya

SAIDOU Modibo (saidoumodibo@yahoo.fr)
Pédiatrie, Yaoundé I
June, 2014
 

Abstract

Introduction
Les méningites bactériennes néonatales (MBN) sont des infections relativement rares mais graves. Malgré les progrès réalisés dans leur prise en charge, leur mortalité et leur morbidité restent élevées. Elles posent encore des problèmes diagnostiques et thérapeutiques en raison de leur sémiologie peu spécifique et de la variation de l’écologie bactérienne. La nécessité de réactualiser les données nous conduit à mener cette étude.

But
L’objectif principal est de déterminer les aspects épidémiologiques, cliniques, bactériologiques et pronostiques des MBN.

Méthode
Nous avons mené une étude rétrospective et descriptive couvrant une période de 05 ans allant du 1er Novembre 2008 au 31 Octobre 2013 dans le service de néonatologie du Centre Mère et Enfant (CME) de la Fondation Chantal Biya (FCB).

Résultats
Pendant cette période, nous avons recruté 52 nouveau-nés présentant les MBN. Ces cas ont constitué 0,75% des admissions en néonatologie. Le principal facteur de risque infectieux materno-foetal était la rupture prolongée des membranes (34,6%). L’hyperthermie était le principal signe clinique (94,20%). Elle était suivie des signes neurologiques tels que, l’irritabilité (46,15%), les convulsions (30,77%) et l’hypotonie (30,77%). Le signe en vedette à savoir le bombement de la fontanelle était présent seulement chez 10 nouveau-nés sur 52 ; soit 19,23% des cas. S’agissant de l’écologie bactérienne, nous avons identifié une fréquence élevée de cocci Gram positifs à 51,8% des cas avec en tête de file le StreptocoqueB (19,2%). Les bacilles Gram négatifs avaient été identifiés chez 17,3% des cas. Nous avonségalement identifié les bacilles Gram positifs chez 5,77% des cas. Sur le plan évolutif, 10,42% des nouveaux nés sont décédés et 4,17% ont eu des complications immédiates.

Conclusion et recommandations :
La fréquence et la mortalité des MBN ont baissé de façon importante par rapport aux 20 dernières années. Le personnel prenant en charge les grossesses et l’accouchement, doit être capable de reconnaître les parturientes présentant une rupture des membranes longtemps avant le travail et de transférer les nouveau-nés à temps dans les services spécialisés.
Mots clés : méningite bactérienne, nouveau-nés, Centre Mère et Enfant, Fondation Chantal Biya


********************************************************************************************