Pronostic comparé des approches conservatrice et radicale dans la prise en charge chirurgicale de l'hémorragie du post-partum

Dominique Christelle KAMOUKO OGOLONG (kamoukodominik@yahoo.fr)
GYNECOLOGIE ET OBSTETRIQUE, UNIVERSITE DE YAOUNDE I
July, 2015
 

Abstract

INTRODUCTION
L’hémorragie du post-partum est la première cause de mortalité maternelle au Cameroun. Sa prise en charge fait souvent appel à la chirurgie en dernier recours. L’objectif de cette étude était de comparer le devenir des patientes après une prise en charge chirurgicale conservatrice de l’hémorragie du post-partum, à celui des patientes ayant eu une prise en charge chirurgicale radicale.
METHODOLOGIE
Cette étude concernait la période du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2014 et intéressait les femmes opérées pour hémorragie du post-partum dans les services de maternité du Centre Hospitalier Universitaire de Yaoundé et de l’Hôpital Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé. L’échantillonnage était de type consécutif et exhaustif. Les données recueillies ont été enregistrées tout au long du suivi sur une fiche technique pré-testée ; puis ont été analysées par le logiciel SPSS 20.0. Les tests du Khi carré et Exact de Fisher ont été utilisés pour comparer les variables qualitatives. Une liaison a été considérée comme statistiquement significative pour les valeurs de P‹0,05. Les facteurs de risque de la prise en charge chirurgicale conservatrice ont été exprimés en terme de rapport de côtes avec intervalles de confiance à 95%; les complications liées aux traitements chirurgicaux de l’HPP ont été exprimées au moyen des risques relatifs avec leurs intervalles de confiance à 95%.
RESULTATS
Nous avons suivi 60 patientes réparties en 2 groupes : le groupe exposé constitué des femmes ayant reçu la prise en charge chirurgicale conservatrice qui était au nombre de 24 (40%) ; le groupe non exposé constitué des femmes ayant bénéficié de la prise en charge chirurgicale radicale au nombre de 36 (60%). Ainsi, la fréquence du traitement chirurgical de l’hémorragie du post-partum était de 0,3%. La prise en charge conservatrice était pratiquée chez les femmes âgée de 30 à 35 ans (P=0,03) et dont la parité était comprise entre 1 et 2 (OR=13,5 ; P=0,00). Les facteurs protecteurs de la prise en charge chirurgicale conservatrice étaient une parité supérieure ou égale à 5 (OR=0,2 ; P=0,00) et un nombre d’enfant vivants supérieur ou égal à 4 (OR=0,2 ; P=0,03). La prise en charge chirurgicale conservatrice multipliait par 5 le risque de décès maternel (RR=5,4 ; P=0,00) par 8 était les complications per ou postopératoires (RR=8,2 ; P=0,00) et par 4 la survenue d’infections postopératoires.

CONCLUSION
La prise en charge chirurgicale conservatrice expose aux décès maternels et aux complications per ou postopératoires lorsqu’elle est comparée à la prise en charge chirurgicale radicale.
D’après nos résultats, l’approche chirurgicale radicale est à recommander autant que possible eu égard au meilleur pronostic auquel elle est associée dans notre contexte.


********************************************************************************************