Profils épidémiologiques et histopathologiques des kystes maxillo-mandibulaires au CHU de Yaoundé

ASSAMBA EMANE Pierre Noel Assamba Emane (assamba_noel@yahoo.com)
Département de Chirurgie maxillo-faciale,chirurgie buccale,prothèse,parodontologie, Yaoundé I
July, 2015
 

Abstract

INTRODUCTION
Un kyste est une cavité pathologique creusée au sein d’un tissu, au contenu liquide, semi-liquide et/ou gazeux bordée d’un épithélium et qui n’est pas causée par une accumulation de pus. Cette lésion a deux origines au niveau des mâchoires: odontogène et non odontogène. Les kystes sont rencontrés dans la région maxillo-faciale. Les kystes sont caractérisés par une évolution lente et des similitudes cliniques et radiologiques. Le recours à l’analyse histologique constitue donc le seul moyen de certitude diagnostique.
L’objectif de cette étude était de décrire les profils épidémiologique et histologique des kystes maxillo-mandibulaires au CHU de Yaoundé.
METHODOLOGIE
Il s’agissait d’une étude descriptive rétrospective et prospective basée sur la classification de Kramer de 1992, menée dans les services d’odontostomatologie et d’anatomopathologie du Centre Hospitalier Universitaire de Yaoundé. Elle concernait 28 patients recrutés dans lesdits services durant la période allant du 1er Janvier 2008 au 31 Mars 2015 chez qui le diagnostic de kyste des mâchoires avait été posé à l’examen histologique.
RESULTATS
Sur un total de 28 cas recrutés, une prédominance masculine a été retrouvée avec un sex- ratio de 1,15 :1. L’âge moyen était de 35,68 ans avec des extrêmes de 10 ans et 85 ans. Les groupes ethniques Bantou (53,57%) et Semi-bantou (42,85%) étaient majoritaires.
La mandibule était plus atteinte par rapport au maxillaire pour un ratio de 3,14 :1. A la mandibule, la région postérieure était la plus touchée (81,81%) avec atteinte préférentielle de la branche horizontale (61,90%). Au maxillaire, la région postérieure (71,42%) prédominait par rapport à la région antérieure (28,57%). Au maxillaire, les dents atteintes étaient les molaires avec 4 cas sur 7 (57,14%) puis les prémolaires avec 2 cas (28,57%) et l’incisive latérale avec 1 cas (14,28%). A la mandibule, les molaires étaient les plus atteintes (76,18%) suivies des dents antérieures (14,28%) et des prémolaires (9,52%).
Les types histologiques prédominants étaient le kyste radiculaire (50%), le kyste épidermoïde (31,09%) et le kyste folliculaire (10,31%). Le kyste radiculaire affectait les sujets des deux sexes de manière égale. Il était fréquent entre 20 et 39 ans. Le groupe ethnique Bantou était le plus atteint. La mandibule dans sa région postérieure était la plus concernée avec une atteinte prédominante des molaires. Le kyste épidermoïde était fréquent chez les hommes avant 39 ans. Le groupe ethnique Semi-bantou prédominait. L’atteinte mandibulaire était fréquente dans sa partie postérieure.

CONCLUSION
Les kystes des mâchoires sont peu rencontrés dans notre contexte. Ils sont l’apanage de l’adulte jeune Bantou. Leur localisation est majoritairement mandibulaire. Le type histologique prédominant est le kyste radiculaire. Les molaires sont les dents les plus atteintes.


********************************************************************************************