Aspects épidémiologiques et cliniques des parodontopathies sur cirrhose du foie au CHUY et HGY

Nicole Aurelie Mfoula Bisse
Médecine interne, Yaoundé I
July, 2015
 

Abstract

Introduction : La maladie parodontale est une pathologie multifactorielle. Un des facteurs y afférant est la cirrhose. Cette pathologie hépatique induit de nombreuses complications bucco-dentaires. Les interrelations entre les pathologies parodontales et la cirrhose étaientjusqu’à présent peu connuespar les professionnels de santé.
Notre étude avait pour buts de dresser les profils épidémiologique et clinique de la maladie parodontale chez les patients atteints de cirrhose du foie au Cameroun,de rechercher l’existence d’une corrélation entre la sévérité de la cirrhose, son étiologie et la sévérité de l’atteinte parodontale, ainsi que de déterminer les types de soins se rapportant à ces pathologies parodontales.
Matériels et méthode :De Décembre 2014 à Février 2015, nous avons mené une étude transversale descriptive et analytique au Centre Hospitalier et Universitaire et à l’Hôpital Général de Yaoundé. Cette étude incluait tous patients atteints de cirrhose chez qui le diagnostic avait été posé depuis quatre mois au moins. Les patients devaient être dentés avec au moins 11% de la denture normale et posséder des bilans biologiques datant de moins de six mois. Elle excluait tout individu de moins de 20 ans et de plus de 65 ans, ainsi que ceux ayant une autre pathologie pouvant influer sur le parodonte. Les logiciels Epi.info version 3.5.4. et SPPSS version 18.0 ont servi à l’analyse statistique. La comparaison des variables qualitatives et quantitatives s’est faite à l’aide des tests de Krustal-Willis et de Mann-Whitney pour analyser les facteurs associés à la comorbidité parodontale dans la cirrhose hépatique.
Résultats :Notre population était constituée de10 hommes et 05 femmes (sex ratio h/ f= 2 :1). L’âge moyen était de 43,88 ans. La durée moyenne de la cirrhose était de 1,93 an. La majorité (86,67%) des individus ignorait l’existence d’une relation entre les maladies parodontales et la cirrhose hépatique. Par ailleurs 80% de la population n’avaient jamais eu à consulter de médecin bucco-dentaire.
Nous avons trouvé une prévalence globale des parodontopathies de 93,33%. La parodontite était la forme clinique récurrente avec 80% pour la parodontite modérée et 6,67% pour la parodontite sévère. Les indicateurs cliniques de ces parodontopathies étaient la plaque dentaire, le tartre, le saignement gingival, des poches parodontales, une récession parodontale moyenne de 2,46 mm dont la classe III était la plus représentative (40%) et enfin un degré 3 de mobilité dentaire (60%). Nous n’avons trouvé aucune corrélation entre la sévérité de la cirrhose et la sévérité de la maladie parodontale. Néanmoins, l’étiologie VHB+VHD a présenté une association significative (p=0,035) avec la gravité de la maladie parodontale. L’indice de plaque donc la qualité de l’hygiène, a été le critère déterminant cette association (p=0,042). L’immunodépression et la mauvaise hygiène bucco-dentaire ont semblé être les facteurs responsables de l’apparition des parodontopathies chez les cirrhotiques. La mauvaise hygiène était due à des pratiques d’hygiène orale insuffisantes associées à une sous-consommation des prestations de soins bucco-dentaires et à une méconnaissance de l’existence de la relation entre les parodontopathies et la cirrhose hépatique.
La population d’étude a présenté un CPI de 2;3 à 80%. Cela nécessitait qu’un détartrage et un surfaçage radiculaire soient faits. Un patient sur les 15 avait besoin d’une chirurgie et d’une médication en plus.
Conclusion :les parodontopathies sont une complication fréquente de la cirrhose. Elles sont caractérisées par la présence de saignement gingivale, de plaque dentaire, de tartre, de poche parodontale, de récession parodontale et de mobilité dentaire. La forme clinique prépondérante est la parodontite modérée. Malgré cela, il ne se dégage aucunecorrélation entre la gravité de la cirrhose, son étiologie et la sévérité de la maladie parodontale. La mauvaise hygiène bucco-dentaire et l’immunodépression semblent être les facteursresponsables du développement de la maladie parodontale chez l’individu atteint de cirrhose hépatique.


********************************************************************************************