Les vertiges à l'Hôpital Général de Douala

Patrice Mendel Nzogang Koudjou (nzogangmendel@gmail.com)
Otorhinolaryngologie et ophtalmologie, Yaoundé I
July, 2015
 

Abstract

Introduction : Le vertige est un symptôme invalidant et anxiogène altérant de façon
considérable la vie des personnes atteintes, tant sur le plan professionnel que social. En plus
d’être aussi grave, le vertige est un symptôme fréquent. En effet, Neuhauser et al ont trouvé
qu’en Allemagne sa prévalence annuelle est de 4,9% et son incidence annuelle de 1,4%. Tous
cela justifient toutes les études portant sur les vertiges que l’on retrouve dans la littérature
mondiale. Cependant, au Cameroun, on ne trouve aucune étude récente portant sur les
vertiges. C’est ainsi que nous avons entrepris cette étude dont l’objectif général était de
décrire le profil épidémiologique, clinique, et évolutif des vertiges à l’Hôpital Général de
Douala.
Méthodologie : Nous avons réalisé une étude longitudinale, rétrospective et prospective. Au
cours de laquelle un entretien par interview téléphonique a été mené avec les participants afin
de décrire leur évolution. Cette étude s’est déroulée au service d’ORL de l’Hôpital Général de
Douala sur une période de cinq ans, allant du 01-01-2010 au 31-12-2014. Tous les patients
venues consulter durant cette période pour des vertiges ont été systématiquement inclus dans
l’étude. Le vertige étant défini dans cette étude comme une illusion de mouvement associée à
un nystagmus et/ou à des signes neurovégétatifs. Pour les analyses statistiques l’intervalle de
confiance pour les rapports de cote a été fixé à 95% et le seuil de significativité pour les tests
utilisés a été fixé à P < 0,05.
Résultats : Cent quatre-vingt-un (181) patients ont été recrutés dans cette étude. L’incidence
annuelle des vertiges à l’Hôpital Général de Douala est 1,11%. Soixante-onze virgule trois
pour cent (71,3%) des participants sont des femmes et 28,7% sont des hommes ; soit un sex
ratio de 1/2,5. La moyenne d’âge est 50,35 ± 14,17 ans. Dans 97,8% des cas, le vertige était
rotatoire, et durait moins de 60 secondes dans 65,7% des cas et dans 74,59% des cas il était
déclenché par un changement de position de la tête. Les étiologies retrouvées sont : le VPPB
(55,2%), la névrite vestibulaire (4,4%), et la maladie de Ménière (2,2%). Quatre-vingt-dixneuf
(99) participants ont répondus aux appels téléphoniques ; et de ces participants, 52,5%
avaient eu au moins une récurrence. Cette récurrence est survenue au cours de la première
année qui a suivi le traitement dans 69,23% des cas. Et 65,38% des participants ayant fait au
moins une récurrence, en avaient fait plus de trois. Le risque de faire une récurrence diminue
au fur et à mesure que la période d’évolution sans symptôme augmente.
Conclusion : L’épidémiologie du vertige est dans notre contexte similaire à celle décrite
ailleurs dans le monde. Son incidence annuelle est 1,11%. Les vertiges sont plus fréquents
chez les femmes avec un sex ratio de 1/2,5. Ils touchent toutes les tranches d’âges avec un pic
de fréquence entre 50 et 69 ans. Les vertiges sont principalement rotatoires, de durée brève, et
déclenchés par un changement de position de la tête. Les étiologies retrouvées sont le VPPB,
la névrite vestibulaire, et la maladie de Ménière. L’évolution à long terme du vertige, se fait
vers les récurrences dans 52,5% des cas. Cependant, le risque de faire une récurrence diminue
au fur et à mesure que la période d’évolution sans symptôme augmente.


********************************************************************************************