Corrélation entre protrusion oculaire et état réfractif chez l'adulte jeune camerounais de 20 à 40 ans

SANDRA LIETCHEU NANTCHOUANG (sandralietcheu@yahoo.com)
Ophtalmologie, Université de Yaoundé 1
July, 2015
 

Abstract

INTRODUCTION : Le pouvoir réfractif de l’œil résulte des relations entre les propriétés optiques des différents composants du système optique oculaire d’une part, et d’autre part de la longueur axiale. Il existe une corrélation forte, positive et significative entre la longueur axiale et la protrusion oculaire. Ainsi, les amétropies peuvent être liées à une modification de la protrusion oculaire ; par ailleurs, la protrusion elle-même dépend de l’âge, de l’origine ethnique et du sexe. Cependant, des études contradictoires stipulent qu’il n’existe aucune corrélation significative entre la protrusion oculaire et la réfraction. A ce jour, aucune étude n’a été faite au Cameroun ; et peu dans la race Noire. Les données disponibles sont limitées aux Caucasiens, aux Indiens et aux Chinois.

OBJECTIF : L’objectif général de cette étude était d’étudier les relations entre la protrusion oculaire et les amétropies de l’adulte jeune Camerounais de 20 à 40 ans. Plus spécifiquement, il était question de présenter les caractéristiques socio-démographiques, d’étudier les caractéristiques réfractives et exophtalmométriques, et enfin d’étudier les relations entre la protrusion oculaire et les amétropies.

METHODOLOGIE : Nous avons mené une étude prospective et descriptive à l’Hôpital Central de Yaoundé sur une période de deux mois. La première étape consistait en la prise de l’acuité visuelle de loin ; puis pendant la consultation du patient, nous procédions à la mesure de la protrusion oculaire et par la suite le patient bénéficiait d’une réfractométrie automatique sous cycloplégie.

RESULTATS : Nous avons examiné 200 patients, soit 400 yeux. Ils étaient âgés entre 20 et 40 ans avec une moyenne d’âge de 27,17 ± 5,96 ans. Le sex-ratio était de 2,17 en faveur du sexe féminin (n=137 ; 68,50%). La région la plus représentée était l’Ouest (n=79 ; 39,50%). L’hypermétropie était l’amétropie la plus fréquente (51%) suivie de l’astigmatisme hypermétropique (19,25%). Il n’y avait pas de différence significative de la répartition des amétropies selon la latéralité et l’âge. Les valeurs exophtalmométriques variaient entre 9 et 23 mm aux deux yeux avec une moyenne de 14,82 ± 2,50 mm à l’œil droit et de 14,97 ± 2,46 mm à l’œil gauche. Une différence de protrusion œil / droit œil gauche ≥ 2 mm a été retrouvée chez 16 patients (8%) parmi lesquels 8 avaient une anisométropie. Trois cent soixante-trois yeux (90,75%) avaient une protrusion comprise entre 12 et 20 mm. Dans 10 yeux (2,5%), la protrusion était > 20 mm ; nous y avons retrouvé 5 cas d’astigmatisme myopique, 4 cas de myopie et 1 cas d’hypermétropie. Vingt-sept yeux (6,75%) étaient < 12 mm : 55,5% (n=15) avaient une hypermétropie, 22,3% (n=6) un astigmatisme hypermétropique, 18,5% (n=5) un astigmatisme mixte et 3,7% (n=1) un astigmatisme myopique. La protrusion oculaire diminuait de façon significative avec l’âge. Il n’y avait pas de différence statistiquement de la protrusion oculaire selon le sexe, la région d’origine et la latéralité. La protrusion dans le groupe des myopes était de façon significative supérieure à celle de tous les autres groupes d’amétropie. Les patients porteurs d’hypermétropie et d’astigmatisme hypermétropique avaient les protrusions les plus basses. Nous avons retrouvé une corrélation négative et fortement significative entre la protrusion oculaire et la réfraction.

CONCLUSION : L’hypermétropie et l’astigmatisme hypermétropique sont caractéristiques de la réfraction du sujet noir Camerounais. Les yeux camerounais ont une protrusion faible par rapport à la littérature. La protrusion oculaire diminue avec l’âge. Ainsi, nous formulons les recommandations suivantes; aux ophtalmologues : de corréler systématiquement la protrusion oculaire aux amétropies; aux chercheurs : de mener une étude à échelle nationale afin d’établir nos normes exophtalmométriques selon les groupes ethniques, les groupes d’âge et le genre.


********************************************************************************************