Urgences obstétricales en réanimation de l'hopital gynéco-obstétrique et pédiatrique de yaoundé: épidémiologie, clinique et pronostic

Lionel Loïc KAGO TCHEYANOU
Chirurgie et spécialités, université de Yaoundé I
July, 2015
 

Abstract

Introduction
L’un des objectifs du millénaire pour le développement est l’amélioration de la santé maternelle, celle-ci passant par la réduction de la mortalité maternelle. La prise en charge en Unité de Soins Intensifs (USI) de patientes enceintes ou en postpartum, est un moyen efficace de lutte contre les complications liées à la grossesse et au postpartum. Nous avions pour but de déterminer les caractéristiques sociodémographiques, le profil clinique et le pronostic materno-foetal des patientes admises en USI pour une urgence obstétricale.
Méthodologie
Nous avons mené une étude descriptive et rétrospective sur une période de 13 mois allant du 1er mars 2014 au 31 mars 2015. Le cadre était le service d’Anesthésie/Réanimation de l’Hôpital Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé (HGOPY). Etaient inclues, les patientes enceintes, en postpartum ou postabortum admises en USI pour urgence obstétricale. Nous avons exclu toute patiente admise pour surveillance postopératoire simple et celles dont le dossier était absent ou incomplet. Les données recherchées incluaient principalement l’âge, le statut matrimonial, la profession, la parité, la période gestationnelle à l’admission, le motif d’admission, le diagnostic à l’entrée, la durée d’hospitalisation, l’évolution, les complications survenues et les caractéristiques fœtales.
Résultats
Pendant la période d’étude, sur les 1142 admissions dans le service, 87 patientes ont été admises en USI pour urgence obstétricale, soit une fréquence d’admission de 7,6%. L’âge moyen était de 27 ans ± 7.2. Les diagnostics les plus fréquents étaient la préeclampsie sévère (44,83%, n=39), suivie par l’éclampsie (25,29%, n=22), puis les hémorragies obstétricales (13,79%, n=12). Le motif d’admission le plus récurent était l’hypertension artérielle gravidique (36,78%, n=32) ; suivie par le choc hypovolémique (20,68%, n=18). La durée moyenne d’hospitalisation était de 8,05 ± 5,8 jours. Le taux de mortalité maternelle était de 9,2% (n=8. Nous avions un effectif de 72 fœtus. La majorité étaient de sexe masculin (58,34%, n=42), 17 étaient mort-nés (23,61%) et 37,5% avaient un score d’Apgar inférieur à sept (n=27). Le poids fœtal moyen était de 2019 ± 869 g.
Conclusion
A l’issue de notre étude, il relève que la fréquence d’admission en USI était de 7,6%. L’âge moyen des patientes admises était de 27 ans, elles étaient principalement célibataires et sans emplois. . La cause la plus fréquente d’hospitalisation en USI était l’hypertension gravidique. La préeclampsie sévère et l’éclampsie étaient les urgences obstétricales majeures nécessitant l’admission en USI. Le taux de mortalité maternelle était de 9,2% chez ces patientes. L’accent devrait être mis sur la surveillance prénatale des grossesses, ainsi que sur la disponibilité de services d’USI dans les formations sanitaires ayant une maternité.


********************************************************************************************