Evaluation post-opératoire des patients ayant subi une décompression chirurgicale du canal carpien à l'Hôpital Central de Yaoundé

Augustine-Lysette MBENDA-NGANDO
Chirrugie, Université de Yaoundé I
July, 2015
 

Abstract

Introduction et objectifs
La décompression chirurgicale du canal carpien est le seul traitement définitif du syndrome du canal carpien. C’est une chirurgie fréquemment réalisée dans le monde. Cependant il existe très peu d'étude dans le monde qui évaluent les résultats à long terme de cette chirurgie. Nous ne disposons pas de données locales sur les patients ayant subi une décompression chirurgicale du canal carpien. Le but principal de cette étude était de décrire le devenir des patients ayant subi une décompression chirurgicale du canal carpien à l'Hôpital Central de Yaoundé.

Matériel et méthodologie
Il s'agissait d'une étude transversale descriptive. Pour la collecte des données, nous avons initialement recueilli les informations à partir des registres et des dossiers médicaux du service de neurochirurgie de l'Hôpital Central de Yaoundé. Par la suite, les patients ont été contactés par téléphone et nous les avons rencontrés pour l'évaluation de l'évolution post-opératoire. Toutes les données recueillies étaient consignées dans un questionnaire pré-établi. La période d'étude allait de janvier 2004 à décembre 2014. Les variables étudiées étaient pré-opératoires et post-opératoires. Les données ont été analysées dans les logiciels Epi Info version 3.5.4.et SPSS version 17.0. Le test de McNemar a été réalisé pour évaluer la différence entre des variables appariées.

Résultats
Durant la période de l'étude 14 patients ont été opérés pour syndrome du canal carpien. Parmi eux, l'évolution post-opératoire de 6 patients a pu être évaluée. L’âge moyen des patients était de 55,2 ans ± 11,15 ans. La prédominance était féminine avec 57% de femmes. Les facteurs prédisposant au syndrome du canal carpien retrouvés étaient principalement la ménopause (chez 85,7% des femmes) et le diabète (16,6% de la population). L’atteinte était bilatérale dans 71%. Les symptômes retrouvés étaient des douleurs surtout du poignet (72,2% de la population) et les acroparesthésies à type d’engourdissement (83,3% de la population). La majorité des sujets avait une atteinte sévère avant la chirurgie avec la présence d’amyotrophie chez 57,1% des patients. Le diagnostic paraclinique était fait essentiellement sur la base de l’électromyogramme. Tous les patients ont été opérés par la technique classique à ciel ouvert. L’anesthésie était générale dans 53,8% des cas et locorégionale dans 30,8% des cas. Les patients ont été revus après en moyenne 20 mois ± 17,9 mois de la chirurgie. La fréquence des signes et symptômes après la chirurgie était en régression chez ces patients. Cependant, au moins un signe clinique est présent après la chirurgie chez 63,7% des patients. L’amélioration des signes cliniques après la chirurgie est significative uniquement pour la douleur et les acroparesthésies. L’état fonctionnel des patients après la chirurgie est bon pour 90,9% des patients. Les moyennes des scores symptomatique et fonctionnel de Levine-Katz étaient bonnes avec des valeurs respectives 1,42 et 1,3.

Conclusion 
Au terme de cette étude nous avons constaté que la décompression chirurgicale du canal carpien est une intervention pratiquée dans le service de neurochirurgie de l’Hôpital Central de Yaoundé. Elle représente moins de 1% des interventions neurochirurgicales. Les sujets concernés sont essentiellement des sujets âgés de sexe féminin. Les patients opérés ont majoritairement une atteinte bilatérale qui se manifeste essentiellement par des douleurs du poignet, des engourdissements et une amyotrophie de la région thénar. L’électroneuromyographie est le seul examen à visée diagnostique réalisé. La technique chirurgicale est la section du ligament annulaire du carpe, à ciel ouvert. La chirurgie est réalisée sous anesthésie générale dans la plupart des cas. L’évolution post-opératoire est favorable dans la plupart des cas et sans complication.


********************************************************************************************