Identifications des complications associées à la myomectomie par laparotomie à l'HGY

Jimmy Martin MOUTHE A NGAE (mouthejimmy@gmail.com)
Gynécologie Obstétrique, Université de Yaounde I
July, 2015
 

Abstract

Introduction et objectifs :
Les myomes utérins (MU) sont les tumeurs bénignes les plus fréquentes chez la femme en âge de procréer. La myomectomie est l’une des modalités thérapeutiques préférentielles des myomes utérins symptomatiques chez les patientes désirant conserver leur fertilité. La myomectomie par laparotomie est une des chirurgies gynécologiques les plus pratiquées dans notre contexte et elle est associée à un risque de complications. A notre connaissance, les études portant sur les complications de cette intervention chirurgicale sont rares dans notre contexte. Nous nous sommes proposés d’identifier les complications peropératoires et postopératoires de la myomectomie par laparotomie à l’HGY. De façon plus spécifique, il s’agissait d’établir le profil sociodémographique et clinique de notre population d’étude, d’identifier les complications de la myomectomie par laparotomie et les facteurs qui leur sont associés.
Méthodologie :
Nous avons mené une étude rétrospective descriptive et analytique au service de Gynécologie et Obstétrique de l’HGY du 1er janvier 2000 au 31 décembre 2014. Les sujets ayant été opérés des myomes utérins par myomectomie par laparotomie et ayant un dossier médical disponible et exploitable étaient inclus. Nous avons procédé à un échantillonnage consécutif et les données ont été recueillies à partir de fiches techniques préalablement établies. L’analyse statistique a été réalisée à l’aide du logiciel Epi info. Notre travail a consisté dans un premier temps à décrire les caractéristiques sociodémographiques et le profil clinique de notre population d’étude. Ensuite, nous avons identifié les complications peropératoires et postopératoires associées à la myomectomie par laparotomie. Puis, nous avons déterminé les facteurs associés à la survenue des complications de la myomectomie par des analyses univariée et multivariée. Pour comparer les différentes variables, nous avons appliqué le test de Chi2. Le seuil de significativité était considéré pour une valeur p inférieure à 0,05.
Résultats :
Durant notre période d’étude, la myomectomie représentait 11,70% des chirurgies gynécologiques effectuées dans le service de Gynécologie B de l’HGY. Après l’application de nos critères d’inclusion, 149 patientes ont été retenues. La moyenne d’âge des patientes était de 36,2 ±5,3 ans. La tranche d’âge de 30-39 ans était la plus représentée soit 60,40%. La majorité des patientes (68,50%) étaient des nullipares. Les principaux motifs de consultations retrouvés étaient l’infertilité (92,0%), les ménorragies (42,30%) et les douleurs pelviennes (38,90%). La fréquence globale des complications de la myomectomie par laparotomie était de 37,60 %. Les complications peropératoires retrouvées étaient les hémorragies chez six patientes (4,00%). Cinquante-quatre (36,20%) patientes ont présenté des complications postopératoires au cours de l’hospitalisation ; l’anémie (35,60%) était la principale suivie de la fièvre (14,80%).Cent vingt-trois patientes présentaient des adhérences pelviennes. Aux analyses univariée et multivariée, les pertes sanguines supérieures à 500 cm3 au cours de la myomectomie (p<0,01), un nombre de noyaux myomateux supérieur à 10 (p<0,01) et une histoire de ménorragies avant l’opération (p<0,01) étaient significativement associés à la survenue d’une anémie postopératoire. A l’analyse univariée, la présence d’un myome de plus de 100 mm était significativement associée à la survenue d’une hémorragie peropératoire. Par ailleurs, à l’analyse univariée, des pertes sanguines supérieures à 500 cm3 au cours de la myomectomie (p<0,01), un nombre de noyaux myomateux supérieur à 10 (p<0,01) et un myome de plus de 100 mm (p<0,01) étaient significativement associés à la transfusion sanguine postopératoire. Cependant, à l’analyse multivariée, les pertes sanguines supérieures à 500 cm3 (p<0,05) étaient le seul facteur de risque indépendant de transfusion sanguine postopératoire.
Conclusion :
Les complications de la myomectomie étaient fréquentes dans notre étude. La principale complication dans notre étude était l’anémie postopératoire. Les ménorragies, un nombre de myome supérieur à 10, des pertes sanguines supérieures à 500 cm3 au cours de la myomectomie et une taille du plus gros myome supérieur à 100 mm étaient les facteurs associés à la survenue des principales complications de la myomectomie.
Recommandations :
A la lumière de nos résultats, nous recommandons l’amélioration des mesures préventives de l’hémorragie, la correction systématique de l’anémie avant la chirurgie, la réalisation d’études portant sur l’efficacité des mesures préventives de l'hémorragie et les complications à long terme de la myomectomie par laparotomie. De plus, nous recommandons l’informatisation des dossiers médicaux à l’HGY.
Mots clés : Myomes utérins, myomectomie, complications, anémie, HGY.


********************************************************************************************