Connaissances, attitudes et pratiques des PVVIH de l'hôpital du jour de l'Hôpital Central de Yaoundé sur la santé bucco-dentaire

Aoudou Bienvenu Hamadjam
Chirurgie buccale, chirurgie maxillo faciale, et parodontologie, Yaoundé 1
June, 2015
 

Abstract

Introduction :
Le virus d’immunodéficience humaine est devenu depuis sa découverte aux Etats-Unis en 1981 un fléau mondial et demeure pour les pays en développement un véritable problème de santé publique. Les lésions buccales sont fréquentes et variées chez les porteurs du virus et comptent parmi les premiers symptômes de l’infection à VIH.

Objectif général : Evaluer les connaissances, les attitudes et les pratiques des PVVIH sur la santé bucco-dentaire de l’Hôpital du jour de l’HCY. .
Méthodologie :
Nous avons mené une étude transversale descriptive de mars à mai 2015 à l’hôpital du jour de HCY. Pour cela, nous avons retenu 150 PVVIH pour la collecte des données. Etait inclus dans notre étude, toutes personnes vivant avec le VIH consultée à l’hôpital du jour de l’Hôpital Central de Yaoundé. L’outil a été conçu sur la base de nos objectifs et des études similaires retrouvées dans la littérature. Les informations portant sur le profil sociodémographique, le niveau de connaissances, les attitudes et les pratiques. Les participants ont été recrutés au service de l’hôpital du jour de l’Hôpital Central de Yaoundé. L’analyse statistique des données collectées a été faite par logiciel informatique Epi Info version 3.5.4, Microsoft Office Excel 2013 et CSPro version 20.0.

Résultats :
Dans notre étude, un total de 150 PVVIH ont participées. Ils étaient âgés en moyenne de 39,69 ans allant de 19 ans à 67 ans. L’échantillon était constitué de 96 femmes (64%) contre 54 hommes (36%).
Près de 63(42%) ont des connaissances insuffisantes, 81(54%) ont des attitudes justes et 57 (38%) ont des pratiques moyennes. Des PVVIH, 23,5% ont répondu connaitre les manifestations buccales liées au VIH.
De plus, 10% de l’échantillon affirme avoir reçu des informations ou un counseling par rapport à la santé bucco-dentaire. Dans notre échantillon, 40,7% pensent qu’on devrait se brosser les dents après chaque repas et 31,3% pensent que l’on devrait faire trois brossages par jour, 50% de l’échantillon pensent qu’il faut changer de brosse à dent tous les trois mois.
En effet, 60% de ceux qui ont reçu des conseils contre 19,4% de ceux qui n’ont pas reçu de conseil déclarent connaitre que le VIH/SIDA peut avoir des manifestations buccales (différence significative au seuil de 5%, P=0,00).
De plus 84 patients (56%) ont répondu ne pas avoir de moyen pour consulter un médecin bucco-dentaire et 47,3% des patients craignent d’être traités différemment. En outre 81,3% des sujets interrogés pensent qu’il est important d’améliorer les connaissances en hygiène bucco-dentaire afin de faire face aux problèmes dentaires liés au VIH et 74,8% de patients trouvent que les soins bucco-dentaires sont importants pour éviter les complications buccales liées au VIH.

Conclusion :
De cette étude, il ressort que les connaissances des PVVIH consultées à l’hôpital du jour vis-à-vis de la santé bucco-dentaire sont insuffisantes. Les PVVIH devront donc être informées et éduquées sur les méthodes d’hygiène et de prévention des complications liées à leur statut et ainsi améliorer leur qualité de vie.
Aussi suggérons-nous, la mise sur pied d’un programme de promotion de la santé orale manière générale. Intégrer les médecins bucco-dentaires dans les services de prise en charge des PVVIH.


********************************************************************************************