Profil audiométrique du sujet Camerounais diabétique de type 2 à Yaoundé

Irahali ALPHONSINE COLOMBE (irahacol@yahoo.fr)
ORL et Ophtalmologie, Université de Yaoundé I
July, 2015
 

Abstract

Introduction : Le diabète est pratiquement l’affection métabolique la plus répandue au monde. Elle peut affecter au cours de son évolution tous les organes du corps humain. L’OMS prévoit une croissance mondiale de la prévalence du diabète, aussi bien en Afrique Subsaharienne. Cette augmentation émanerait des changements des habitudes de vie, de l’espérance de vie plus longue. Etant donné le double fait de l’augmentation de la population diabétique au fil des années et des complications qui en sont des corollaires, cette affection est un problème majeur de santé publique. Plusieurs des complications du diabète ont fait l’objet de nombreuses études mais la perte auditive n’a pas encore reçu autant d’attention au sein de cette population.
Objectif : L’objectif principal de notre étude était d’étudier l’influence du diabète de type 2 sur l’audition. Spécifiquement, nous devions décrire le profil audiométrique des sujets diabétiques de type 2, de comparer les seuils auditifs des patients diabétiques de type 2 à ceux d’un groupe contrôle et enfin d’analyser les paramètres liés au diabète et autres facteurs associés ayant une influence sur le profil audiométrique.
Matériel et méthodes : Il s’agissait d’une étude de cohorte historique. La période de recrutement est allée de Février à Avril 2015 au Centre National d’Obésité de l’Hôpital Central de Yaoundé. Etaient éligibles les patients diabétiques de type 2 dont l’âge était compris entre 40 et 60 ans, n’exerçant pas de métier à risque pour l’audition, sans antécédents ORL connus à savoir : aucune intervention chirurgicale de la sphère ORL ou de consommation de médicaments ototoxiques ou d’infections aigues ORL dans les trois mois précédents l’inclusion du patient. Les sujets éligibles ayant donné leur consentement ont été examinés avec un accent sur l’examen ORL. Nous avons effectué le contrôle d’examens biologiques les plus récents dans les dossiers de suivi pour les relever sur la fiche technique. Nous avons pour terminer réalisé l’audiométrie tonale liminaire avec l’audiomètre du service ORL de l’Hôpital Central de Yaoundé modèle AD 629 de marque Interacoustics.
Les données brutes ont été codées et saisies dans le logiciel Epi Data® version 3.1 et extraites vers le logiciel Stata version 12.0 pour analyses. Les variables continues ont été exprimées en médianes avec intervalle interquartile et les variables catégorielles en fréquence ou en pourcentages en cas de nécessité. Les comparaisons intergroupes ont été faites avec le test non paramétrique de Mann Whitney Wilcoxon et la mesure des associations entre variables catégorielles effectuées avec le test de Fisher significatif quand p < 0,05.
La comparaison des deux oreilles chez un même individu a été faite par le test non paramétrique apparié de Wilcoxon.
Résultats : Nous avons recruté 50 patients diabétiques de manière consécutive, dont 20 femmes et 30 hommes ainsi que 30 personnes pour le groupe contrôle. L’âge moyen des patients était de 53,5ans contre 54 ans pour le groupe contrôle avec une prédominance de la tranche d’âge de plus de 55 ans dans les deux groupes.
Les seuils auditifs des diabétiques étaient plus altérés chez les diabétiques par rapport à ceux du groupe contrôle. La comparaison inter oreilles chez les diabétiques montrait que l’oreille droite présentait de meilleurs seuils que l’oreille gauche aussi bien en conduction aérienne qu’en conduction osseuse. Ces seuils n’apparaissaient significatifs qu’à la fréquence 2000 Hz (p=0,08 en aérien et 0,01 en osseux). Chez les non diabétiques, cette comparaison entre les 2 oreilles désignait l’oreille gauche comme étant la meilleure à plusieurs fréquences sans néanmoins être significatifs. En conduction osseuse toutefois, la comparaison était significative à 250 Hz (p=0,03). S’agissant des fréquences 250, 500,1000 Hz l’oreille droite semblait être la meilleure tandis que pour le reste des fréquences, l’oreille gauche paraissait être la meilleure.
Chez les diabétiques, 46% des oreilles gauches présentaient une audition normale, 36% une déficience légère, 12% une déficience modérée de 1er degré, 4% de déficience modérée 2è degré et 2% de déficience sévère du 1er degré. Par contre, les sujets du groupe contrôle, présentaient 70% d’oreilles gauches normales et 30% de déficience auditive. Toutes ces comparaisons n’étaient pas statistiquement significatives.
L’oreille droite semblait être la plus atteinte par le nombre total de déficiences auditives. Sur 50oreilles, 26 oreilles étaient touchées par les déficiences auditives à des degrés divers : 44% étaient atteintes de déficience légère ,6% de déficience modéré 1er degré et 2% de déficience sévère 2è degré. Ces pertes auditives comparées à celles du groupe contrôle étaient non statistiquement significatives.
Au terme de notre étude, nous pouvons conclure que le diabète, toutes oreilles confondues et tous types de conduction confondus, abaisse les seuils auditifs à toutes les fréquences. Ces seuils se rapprochaient de ceux du groupe contrôle dans les graves pour progressivement s’en éloigner dans les fréquences aigües.
Conclusion : Le diabète de type 2 affecte les seuils auditifs. En effet, les diabétiques avaient des seuils plus bas que ceux du groupe contrôle apparié. Les atteintes auditives s’amplifiaient à mesure que la fréquence augmentait et l’oreille droite semblait la plus touchée. Dans notre travail, nous avons retrouvé une corrélation entre les seuils auditifs moyens des patients et les variables âge, durée du diabète, créatinine sanguine, contrôle glycémique, nuisance sonore, consommation d’alcool et, dans une moindre mesure avec le HDL cholestérol puisque le seuil de significativité de cette variable n’était pas strictement inférieur à la valeur p (p=0,05). Aucun lien n’a été retrouvé avec le sexe, l’indice de masse corporelle, la présence de neuropathie périphérique et l’hypertension artérielle.


********************************************************************************************