ETAT PARODONTAL DES PORTEURS DE PROTHÈSES FIXÉES (étude prospective réalisée dans quatre cabinets dentaires de la ville de Yaoundé)

Arielle Philomène ANDTOUNGOU SCHOUAME (arielle2schouame@gmail.com)
Chirurgie buccale , maxillo-faciale et parodontologie, Yaoundé I
June, 2015
 

Abstract

Introduction : la prothèse fixée présente un confort, des atouts fonctionnels et esthétiques qui font d’elle un artifice de choix pour la réhabilitation des édentements les suites des traitements conservateurs. Toutefois, elle n’est pas sans impact sur le parodonte. Etant donné la rareté des données permettant de faire le point sur cet impact dans notre milieu, cette étude se propose de ressortir les différentes altérations parodontales inhérentes au port de la prothèse fixée et à évaluer le niveau d’hygiène buccodentaire des porteurs de prothèses fixées.
Matériel et méthode : de Janvier 2015 à Mai 2015 nous avons mené une étude descriptive transversale dans quatre cabinets dentaires de la ville de Yaoundé. L’échantillon d’étude était composé de 45 patients dont 16 porteurs de prothèses fixées provisoires et 29 porteurs de prothèses fixées définitives. les données ont été recueillies au moyen d’un questionnaire standardisé qui recensait les données sur l’âge, le sexe, la profession, les connaissances des effets secondaires, la durée de port de la prothèse, le stade et le type de prothèse, le type de limite cervicale, le saignement au sondage, l’indice de plaque, l’indice de tartre, la présence de poches, les récessions gingivales, l’indice parodontale communautaire et les besoins de traitement. Ces données ont été saisies sur EXCEL 2010 et analysées par la version 17.0 du logiciel SPSS
Résultats : sur les quarante-cinq patients enquêtés, trente-quatre étaient des travailleurs couverts par une assurance maladie, suivi des élèves bénéficiant également d’une assurance maladie (sept patients) et des sans emploie (quatre). Chez les patients porteurs de prothèses fixées provisoires les signes parodontaux les plus récurrents étaient : le saignement au sondage, la plaque dentaire et les poches parodontales. Ces signes étaient plus sévères chez les huit patients porteurs de prothèses fixées provisoires en résine auto polymérisable (avec un saignement immédiat au sondage présent chez la totalité de ces patients et des poches parodontales présentes chez trois de ces patients). Par contre, chez les quatre patients porteurs de prothèses fixées provisoires préfabriquées ces signes parodontaux étaient moins sévère (avec un seul cas de saignement immédiat au sondage qui présentait également une poche parodontales). Toute fois l’ensemble des patients porteurs de prothèses fixées provisoires présentait de la plaque à l’exploration et avait besoin d’un renforcement de l’hygiène buccodentaire. Chez les vingt-neuf patients porteurs de prothèses fixées définitives, les signes parodontaux les plus récurrents étaient : les récessions gingivales (six cas) et le saignement immédiat (quatre cas). Toutefois, le tartre supra gingival, allant jusqu’au tiers inférieur de la couronne (score 2) a été mise en évidence chez vingt-huit de ces patients. Le besoin de détartrage et d’hygiène s’élevait à 31,9%. Ces signes parodontaux (saignement gingival, poches parodontales, récessions gingivales) étaient des facteurs d’accumulation de plaque et abaissaient le niveau d’hygiène buccodentaire.
Conclusion : En définitive l’utilisation de la prothèse fixée dans la réhabilitation des édentements et des suites de traitements conservateurs présente non seulement des avantages mais aussi des inconvénients qui doivent être évalués lors de son choix. Cet évaluation doit tenir compte du cout des soins, de leur durée mais aussi des éventuels effets secondaires inhérents à la pose et à la demeure de l’artifice, afin de les anticiper et de garantir la réussite et la pérennité de cette prise en charge.


********************************************************************************************