Facteurs déterminants du pronostic vital et fonctionnel des accidents vasculaires cérébraux dans deux hôpitaux universitaires de Yaoundé

Guy WAFEU SADEU (wafeuguy@yahoo.fr)
Médecine Interne, Université de Yaoundé I
July, 2015
 

Abstract

Abstract
Introduction : L’accident vasculaire cérébral (AVC) est un problème de santé publique majeur dans le monde entier. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il touche 15 millions de personnes chaque année dans le monde. Il représente la deuxième cause de mortalité et la première cause de handicap moteur acquis. La plupart des décès surviennent dans les pays en voie de développement. Au Cameroun, il existe peu de données sur la mortalité des patients victimes d’AVC après l’hospitalisation et ses déterminants, de même que l’évaluation de l’autonomie de ceux-ci.

Objectifs : Identifier les facteurs déterminants le pronostic vital et fonctionnel des patients victimes d’AVC à court et moyen terme.

Matériel et méthodes : Il s’agissait d’une étude de cohorte prospective, qui s’est déroulée sur une durée de 08 mois allant d’Octobre 2014 à Juin 2015 à l’Hôpital Central de Yaoundé et à l’Hôpital Général de Yaoundé. Nous avons recruté les patients âgés de 15 révolus venant consulter pour déficit neurologique d’installation brutale, et chez qui le scanner a permis de caractériser l’AVC. Le consentement était obtenu du patient lorsque c’était possible et/ou de la famille de celui-ci. Les données cliniques, paracliniques, et thérapeutiques étaient collectées au premier contact. Ensuite, le patient et/ou la famille étaient contactés par téléphone 14, 30, 60 et 90 jours après l’AVC pour l’évaluation de l’autonomie grâce à l’index de Barthel. La durée de survie des patients décédés était notée. L’analyse statistique s’est faite grâce au logiciel SPSS pour Windows version 20. La survie a été représentée par une courbe de Kaplan Meier. Le seuil de significativité statistique était de 0,05.

Résultats : Nous avons recruté 66 patients parmi lesquels 58 ont été suivis sur 14 jours, 52 sur 30 jours, 31 sur 60 jours et 8 sur 90 jours, la médiane de suivi étant de 52 jours. Le sex ratio était de 1 :1. L’âge moyen au diagnostic était de 59,17 ± 13,74 ans. L’hypertension était le principal facteur de risque cérébrovasculaire retrouvé chez 62,1% des patients. Le délai médian d’arrivée dans l’hôpital d’étude après le début des symptômes était de 24 (7-72) heures. Le scanner cérébral était réalisé chez la moitié des patients 3 jours après le début des symptômes. L’AVC ischémique était le type le plus retrouvé avec 53% des patients. Nous avons eu un taux de mortalité de 16,7%, la moyenne de survie était de 75,9 (IC 95% = 68,4 – 84,5) jours. Les facteurs associés à cette mortalité étaient l’âge supérieur à 50 ans (p = 0,04), le score de Glasgow à l’admission inférieur à 8 (p=0,02), la présence d’une inondation ventriculaire pour les hématomes (OR=42 ; IC 95%=3,6 – 481 ; p<0,001) et le territoire sylvien pour les infarctus (p=0,04). L’autonomie complète était acquise chez 40% des patients après 2 mois. Les facteurs inversement corrélés à l’index de Barthel étaient l’âge (r = -0,4 ; p = 0,003), le délai d’arrivée à l’hôpital (r = - 0,3 ; p = 0,04), le score de NIHSS (r = - 0,5 ; p = 0,001). A l’inverse, le score de Glasgow (r = 0,4 ; p = 0,001) et la force musculaire du membre le plus faible (r = 0,5 ; p < 0,001) avaient une corrélation positive. La récupération rapide de l’autonomie était associée à la pratique de la physiothérapie (p=0,002).

Conclusion : La mortalité reste élevée (16,7%) et les facteurs associés au mauvais pronostic vital sont l’âge supérieur à 50 ans, la score de Glasgow inférieur à 8, l’inondation ventriculaire pour les hématomes et le territoire sylvien pour les ischémies. L’autonomie complète était acquise chez 40% des patients après 2 mois et les facteurs de mauvais pronostic fonctionnel sont l’âge élevé, le retard de consultation, le score de Glasgow bas et la force musculaire faible. La physiothérapie augmente la vitesse de récupération de l’autonomie. Nous recommandons la sensibilisation des populations pour une consultation précoce, la mise en place d’unités neurovasculaires pour une prise en charge rapide, et le début précoce de la kinésithérapie.

Mots clés : Accident vasculaire cérébral, facteurs pronostiques, mortalité, autonomie, Cameroun.


********************************************************************************************