Asphyxie néonatale au Centre Mère et Enfant de la Fondation Chantal Biya: aspects épidémiologiques,cliniques et évolutifs

Fabiola TCHOUANKEU KOUNGA
Département de pédiatrie, Faculté de médecine de l'université de Yaoundé I
June, 2015
 

Abstract

L’asphyxie néonatale représente environ 20% de la mortalité néonatale. Elle en est la troisième cause. Dans les pays développés, elle concerne 3 à 5 nouveau-nés pour 1000 naissances vivantes avec une morbidité élevée de l’ordre de 60% et un taux de mortalité de 25%. Au Cameroun, l’enquête démographique et de santé rapportait en 2011 une incidence de 31 pour 1000 naissances. A l’Hôpital Gynéco-obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé, une étude récente faite en 2013 montrait que l’asphyxie néonatale avait une prévalence de 80,5 pour 1000 naissances. Le constat de cette prévalence élevée à l’approche de la date butoir des objectifs du millénaire pour le développement, nous amène à nous interroger sur la sévérité de cette pathologie et à en donner les déterminants. Le Centre Mère et Enfant de la Fondation Chantal Biya de Yaoundé avec une clientèle cosmopolite, dispose de la plus grande capacité d’accueil en matière de néonatologie de cette ville. N’ayant pas rencontré de rapport récent concernant l’asphyxie néonatale dans ce centre, nous l’avons choisi comme cadre de notre étude.

Matériels et méthodes

Dans le cadre de ce travail, une étude rétrospective transversale descriptive et analytique a été réalisée. Elle couvrait une période de 5 ans allant du 1er janvier 2010 au 31décembre 2014. Notre population était constituée de 350 nouveau-nés répondant à nos critères d’inclusion ; dont 64 ont été revus en consultation. Les antécédents médicaux détaillés et le développement psychomoteur de nos patients ont été notés sur une fiche technique prévue à cet effet. Les enfants ont été examinés. Un accent particulier a été mis sur la détermination de l’âge de développement à l’aide du test de Denver, le calcul du quotient du développement, et la recherche des anomalies de postures, de motricités, des troubles cognitifs et neurosensoriels. Les données codées et saisies à l’aide du logiciel Epi info 3.5.3, ont été transférées dans le logiciel IBM-SPSS version 21 pour l’analyse statistique. Les variables ont été comparées avec un seuil de significativité défini pour p <0,05.


Résultats :

La prévalence de l’asphyxie néonatale (ANN) au Centre Mère et Enfant de la Fondation Chantal Biya (FCB) est de 86,9 pour 1000 et le stade le plus retrouvé est le stade modéré avec 144 cas (43.0%). Les nouveau-nés ayant un risque de faire une ANN sévère sont nés de mère d’âge supérieur à 34 ans (P=0,041), ayant eu un Apgar inférieur à 3 à la cinquième minute (p = 0,019), réanimés durant plus de 20 minutes (p = 0,041), transférés après 6 heures de naissance (OR = 1,43 (1,09 - 1,88 ; p = 0,008)), ou nés par césarienne (2,31 (1,30-4,09) ; p = 0,004). Ces nouveau-nés sont principalement transférés de la maternité pour convulsions (38,5%). Ces convulsions, comme l’hypotonie et l’ictère, sont les signes qui dès l’entrée nous prédisent fortement la survenue d’une ANN modérée ou sévère. Tandis que l’apnée (p = 0,035) et le coma (p = 0,002) de manière significative sont associés à un stade sévère de la pathologie. Les systèmes les plus atteints par ordre décroissant sont : le système nerveux (50%), l’atteinte hépatique (39,4%), le système respiratoire (27,4%) et l’atteinte rénale (16,0%). Le taux de décès de 14,0% est dû dans la majorité des cas à l’ANN sévère (59,2%). Des nouveau-nés qui survivent, 28,8% présenteront à 30 mois un retard du développement psychomoteur, la principale séquelle.
CONCLUSION
 L’incidence de L’ANN au CME de la FCB est élevée de 86,9 pour 1000 et le stade le plus retrouvé est l’ANN modérée.
Les nouveau-nés ayant un risque de faire une ANN sévère sont nés de mère d’âge supérieur à 34 ans, ayant eu un Apgar inférieur à 3 à la cinquième minute, réanimés durant plus de 20 minutes, transférés après 6 heures de naissance, ou nés par césarienne. Ces nouveau-nés sont généralement transférés de la maternité pour convulsion détresse respiratoire ou hypotonie. Les systèmes les plus atteints par ordre décroissant sont : le système nerveux, le système digestif (avec l’atteinte hépatique), le système respiratoire et le système urogénital (avec l’atteinte rénale)
Le taux de décès de 14,0% est dont plus de la moitié sont dus à l’ANN sévère et survient précocement ; et des nouveau-nés qui survivent présenteront des pathologies telles que le retard du développement psychomoteur, l’épilepsie infirmité motrice cérébrale ou les troubles associés


Nous recommandons devant ces résultats :
- la promotion et la pérennisation des séminaires de formation sur les soins néonataux d’urgence,
- le renforcement du plateau technique de réanimation des nouveau- nés
- la favorisation d’une bonne collaboration entre le couple obstétricien/ pédiatre ;
- le renforcement en néonatologie de l’éducation des parents sur l’importance du suivi post hospitalier et
- la mise en place des mesures de suivi des enfants après leur hospitalisation pour asphyxie néonatale.


SUMMARY



Birth asphyxia, is the third cause of neonatal mortality and accounts for approximately 20% of all causes. In developed countries, 3-5 infants per 1000 live births are concerned; it contributes to high morbidity about 60% and a mortality rate of 25% In Cameroon, the Demographic and Health Survey (DHS) reported an incidence of neonatal mortality of 31 per 1000 births in 2011. In the Gynecolo Obstetric and Pediatric Hospital in Yaoundé, a recent study done in 2013 showed that Birth asphyxia has a prevalence of 80.5 per 1000 births Considering this high prevalence, and at the approach of the deadline for the achievement of the Millnium Developmental Goals, we found it worthwhile to evaluate achievements in the neonatal field by assessing the prevalence of this condition, its severity and its determinants. The Mother and Child Center of the Chantal Biya Foundation in Yaounde was chosen as the setting of our study. In fact, it is a reference hospital, with the largest pediatric attendance, a cosmopolitan clientele, and the largest neonatology unit in Yaoundé city. Furthermore, no recent data has been reported on the topic there.

Materials and methods:

We performed a descriptive and analytic cross-sectional retrospective study. It covered a period of 5 years (from the 1st of January 2010 to the 31st of December 2014). The study lasted for 6 months (from the 1st of December 2014 to the 1st of May 2015), during which we recruited patients who met our inclusion criteria. Our sample population consisted of 350 infants amongst which, 64 were reviewed in outpatient consultation. The detailed medical history of our patients was recorded and their psychomotor development milestones were rated on a data sheet provided for this purpose. The children were examined, and particular emphasis was placed on determining their developmental age using the Denver II test, calculating the quotient of development, searching for abnormal postures, motor skills and sensorineural disorders. The coded data were entered using Epi Info 3.5.3 software. The data were transfered to the IBM-SPSS software for statistical analysis. Variables were compared with a significance level set at p < 0.05.

Results :

The incidence of birth asphyxia at the Mother and Child Center of Yaounde is about 86.9 per 1000 births and moderate asphyxia was the most frequently observed type with 144 cases (43%). Newborn with higher risk of severe birth asphyxia were mostly those born of mother older than 34 years (p = 0.041), those with Apgar score less than 3 at the fifth minute (p = 0.019), those resuscitated for more than 20 minutes, (p = 0.041), those transfered more than 6 hours after birth (OR = 1. 43 (1.09-1.88; p = 0,008)), or born by ceasarian section. Convulsion was the first reason for referral of the newborns by the maternities to the neonatalogy unit. Those convulsions, as well as hypotonia and jaundice, were predictive of moderate to severe asphyxia right from the admission of the patients. While apnea (p = 0.035) and coma (p = 0.002) were significantly associated to severe asphyxia. By decreasing order, the most affected systems or organs were : the nervous system (50%), the liver (39.4%), respiratory system (27.4%), and the kidneys (16.0%). The death rate was 14.0%; about 59.2% of which was due to severe birth asphyxia. These deaths occur precociously and, among the neonates who survive, around 28.8% of them will develop psychomotor delay after a 30 months’ follow up.

In the wake of the above results, we hereby humbly the following recommendations:
- ensure the promotion and sustainability of training seminars on emergency maternal
and neonatal care;
- strengthen the technical platform for the reanimation of newborn babies;
- encourage good collaboration between the obstetrician and pediatrician;
- reinforce parents’ education on the importance of regular follow-up of babies after
hospitalization for birth asphyxia;
- Put in place measures to ensure follow-up of newborn babies after hospitalization
for birth asphyxia .


********************************************************************************************