Etude comparée de la mortalité maternelle entre un hôpital central et un hôpital régional

Elisabeth-Sylvie Medoua Koh Koh (kohkoh2@yahoo.fr)
Département de Gynécologie et obstétrique, Faculté de Medecine de l'Université de Yaoundé I
June, 2015
 

Abstract

RESUME

Introduction : Le cinquième objectif du millénaire pour le développement (OMD) vise la réduction de la mortalité maternelle de 75% de 1990 à 2015. Celle-ci est un problème de santé publique à l’échelle mondiale en général et au Cameroun en particulier, qui se trouve dans l’une des zones les plus touchées. Les facteurs dont dépend la mortalité maternelle comme les conditions de vie des populations, le recoursaux soins, l’accès aux soins, et la disponibilité des soins adéquats, varient d’une région à une autre. Les causes médicales responsables de la mortalité maternelle peuvent aussi varier suivant ces facteurs. Nous avons réalisé cette étude rétrospective de 5 ans, dans deux hôpitaux différents au Cameroun ; afin de proposer des interventions stratégiques pour remédier à la situation inquiétante de la santé publique que constitue la mortalité maternelle.
Objectif : Identifier les causes médicales de décès maternel dans un hôpital de niveau intermédiaire et dans un hôpital de niveau tertiaire.
Méthodes : Nous avons mené une étude rétrospective transversale dans les services de gynécologie et obstétrique de l’hôpital Central de Yaoundé, et de l’Hôpital Régional de Bamenda pour une période allant du 1ier janvier 2010 au 31 décembre 2014. Les données recueillies dans les dossiers des patientes décédées et dans les registres des services ont été analysées selon l’âge, la parité, la qualité de la consultation prénatale, le niveau d’instruction, le lieu de provenance de la patiente, la durée du séjour hospitalier, l’état général à l’arrivée et les causes de décès. L’analyse statistique des données a été faite à l’aide du logiciel Epi Info version 3.5.4 et le logiciel Microsoft Excel.
Résultats : Il y a eu 173 décès maternels et 17 943 naissances vivantes à l’Hôpital Central de Yaoundé soit un taux de mortalité de 964/100.000 naissances vivantes ; 41 décès maternels et 16 596 naissances vivantes à l’Hôpital Régional de Bamenda soit un taux de mortalité de 247/100.000 naissances vivantes. L’âge moyen des patientes décédées était de 28.2 ans et les tranches d’âges les plus atteintes étaient les 20-35 ans. 64.8% des patientes étaient dépourvues d’emploi mais très peu analphabètes ou avaient seulement une éducation primaire. Les paucipares et les multipares étaient plus représentées.
A l’Hôpital Central de Yaoundé, 70,7% des patientes décédées provenaient des formations sanitaires périphériques. Pourtant, seules 32,4% étaient référées à l’Hôpital Régional de Bamenda. Plus de la moitié des décès (57,6%) a eu lieu dans le postpartum suivi des moins de vingt et huit semaines d’âge gestationnel. Environ 30% des décès à l’HCY étaient dans les 3 heures qui ont suivi l’admission. .
Les principales causes directes de décès à l’Hôpital Central de Yaoundé étaient: l’hémorragie (43,4%), les maladies hypertensives en grossesse (15,2%) et les infections (8,1%) Les principales causes directes de décès à l’Hôpital Régional de Bamenda étaient: l’hémorragie (35,3%), les infections (17,6%) et les maladies hypertensives en grossesse (14,7%). Dans toute la population d’étude, la première cause indirecte était le Sida.
Les femmes sans emploi célibataires et vivant en union libre étaient plus retrouvées à Yaoundé. Les analphabètes étaient plus nombreuses à Bamenda. Il y avait plus de décès avant 28 semaines d’âge gestationnel à Bamenda qu’à Yaoundé.
Les patientes âgées de 30 à 34 ans et les multipares mourraient plus d’hémorragie, et leur décès se passait surtout dans les trois heures après l’admission.
Conclusion : Notre population a des caractéristiques sociodémographiques et obstétricales qui s’emboîtent avec celles retrouvées sur toute l’étendue du territoire. Le TMM reste très élevé à l’Hôpital Central de Yaoundé. Celui de l’Hôpital Régional de Bamenda n’est pas à négliger. Le suivi des grossesses et le déroulement de l’accouchement sont des phases importantes à gérer pour éviter l’hémorragieetle grand nombre de décès en post-partum. Les hôpitaux doivent bien fournir les soins obstétricaux d’urgence. Il faudra également renforcer les connaissances de la population pour une bonne préparation à l’accouchement.

ABSTRACT

Introduction: The fifth Millennium Development Goals (MDGs) aimed at reducing maternal mortality by 75% from 1990 to 2015.Materanl mortality is a public health problem in the world in general and particularly in Cameroon which is located in one of the most affected areas. The factors affecting maternal mortality such as the living conditions of the population, use of healthcare services, access to healthcare services, and the availability of adequate healthcare services vary from one region to another. The medical causes responsible for maternal mortality may also vary according to these factors. We therefore carried out this study so as to identify the causes of maternal mortality in central hospitals and middle-level hospitals and to propose strategic interventions to address the worrying situation of maternal mortality.

Objectives: To identify the medical causes of maternal death in a middle-level hospital and a central hospital.

Methods: A retrospective and descriptive study was carried out in the Gynecology-Obstetrics services of the Yaounde Central Hospital and Bamenda Regional Hospital. Data was collected from patients’ files received in these units from 1st January 2010 to 31 December 2014. These data collected were analyzed by age, gender, quality of prenatal care, level of education, place of origin of the patient, the time of arrival to the hospital and the causes of the death. The data was analyzed using Epi Info version 3.5.4 and Microsoft Excel 2007.

Results: There were 173 maternal deaths and 17,943 live births at the Yaoundé Central Hospital Maternity giving a maternal mortality rate of 964 / 100,000 live births; 41 maternal deaths and 16,596 live births in Bamenda Regional Hospital giving a maternal mortality rate of 247 / 100,000 live births. The average age of the deceased patients was 28.2 years and the most affected age groups were 20-35 years. 64.8% of the patients were jobless but very few were illiterate or had only primary education. Pauciparous and multiparous women were the most represented.
At the Yaounde Central Hospital, 70.7% of patients who died were referred from the peripheral health facilities meanwhile only 32.4% were referred to the Bamenda Regional Hospital. More than half of deaths (57.6%) occurred in the postpartum. With respect to the gestational ages, most of the deaths occurred in women with gestational age of 28weeks or more. About 30% of deaths in the HCY occurred within the first 3 hours after admission.
The main direct causes of death in the Yaounde Central Hospital were: hemorrhage (43.4%), hypertensive disease in pregnancy (15.2%) and infections (8.1%) The main direct causes of deaths in Bamenda Regional Hospital were: hemorrhage (35.3%), infections (17.6%), and hypertensive disease in pregnancy (14.7%). In both centres, the first indirect cause was HIV/AIDS.
Single unemployed women and women co-habiting were found more in Yaounde than Bamenda. Illiterate women were most represented in Bamenda than Yaounde. There were more deaths in women with gestational age less than 28 weeks in Bamenda than in Yaoundé.
Patients aged 30-34 years and multiparous women died mostly due to haemorrhage, which usually occur in the first 3 hours of admission.

Conclusions: The socio-demographic and obstetrical profile of our study population fits that of the Demographic and health survey in 2011. The maternal mortality rate remains very high at the Yaounde Central Hospital meanwhile that of the Bamenda Regional Hospital is not to be overlooked. Monitoring of pregnancy and the delivery process are very important in the prevention of bleeding and many postpartum deaths. Hospitals must provide good emergency obstetric care. The population should also be educated on the importance of adequate birth preparation.


********************************************************************************************