HIV and HTLV co-infection in Abang Minko'o area of the south region of Cameroon

Yvonne Ngoikuh Fonweban (fyvonnen@yahoo.co.uk)
Department of Microbiology and Infectious Diseases, Hematology, Immunology and Parasitology, faculty of medicine and biomedical sciences- University of Yaounde I
June, 2015
 

Abstract

Introduction
The human immunodeficiency virus (HIV) and human T-lymphotropic virus (HTLV) are two retroviruses which have gained global concern in the last decades. Infection with HIV is a major public health problem worldwide responsible for diverse clinical manifestations with increased morbidity and mortality in infected individuals. The emergence of several pathogens like HTLV in HIV carriers has aggravated the scenario especially since neither cure nor effective treatment is yet available for HTLV infection, making it difficult for clinicians to control the effects of the virus. The impact of co-infection of these two viruses on the immune system and disease progression remains to be clarified. These retroviruses share similar routes of transmission and as a result co-infection is not rare in areas where they both co-exist. Cameroon which is an endemic zone for HTLV, has one of the highest HIV prevalence rates in Central Africa. However, information on HIV and HTLV co-infection in Cameroon is sparse. As a result, we carried out this study in a border area of the South Region of Cameroon.
Objectives
This study was carried out with main aim to determine the prevalence of HIV and HTLV co-infection in the Abang Minko’o area of the South Region of Cameroon.
Methods
From October 2014 to May 2015, we carried out a cross-sectional analytic and descriptive study, during which pre-structured questionnaires were completed by the principal investigator and blood samples were collected from adults in the Abang Minko’o area of the South Region of Cameroon. Abang Minko’o is a border area located at about 220 km from the capital city, Yaounde and 1.5 km away from the border between Cameroon and Gabon. It is a commercial area with an international market, ‘Marché Mondial’ which attracts people from different regions in Cameroon, Gabon, Equatorial Guinea, Sao Tome and Principe, and Congo, and who all interact freely there. Hence, sexual promiscuity is high in this area. The blood specimens collected were screened for HIV using two rapid tests, Determine® HIV 1/2 test and ImmunoComb® II HIV 1&2 BiSpot test on the field site in Abang Minko’o, and the samples were transported to Yaounde, where in the Haematology Laboratory of the Yaounde University Teaching Hospital, they were further screened using an Enzyme-Linked ImmunoSorbent assay, Murex HIV Ag/Ab Combo. The samples were also screened for HTLV using the rapid test ImmunoComb® II HTLV 1&2 assay, which does not distinguish between the two types. Data was entered using Microsoft Excel 2013 and analysed using SPSS version 20.0. Where appropriate, the Chi Square test was used to establish risk ratio (RR), confidence intervals (CI) and p-values. All p-values less than 0.05 were considered statistically significant.
Results
Out of 157 participants’ blood specimens analysed, 10 were seropositive for HIV infection giving a prevalence rate of 6.4%. The prevalence was highest in the age group of 50-59 years (25% that is 3 participants out of 12) followed by in young adults of 30-39 years (9.5% that is 4 participants out of 42). Females were more infected (7.1%) than males (5.7%). The natives from Abang Minko’o called the Ntoumous, had the highest HIV prevalence rate (8.4%).
Infection with HTLV 1&2 was found in 35 out of the 157 participants included in our study, giving a prevalence rate of 22.3%. The prevalence of HTLV generally increased with age and was highest amongst the age group 50-59 years (41.7%). Males were more infected (26.4%) than females (17.1%) with a sex ratio of 1.92.
Co-infection with HIV and HTLV 1&2 was found in 4 out of the 157 participants, giving a prevalence rate of co-infection of 2.5%. The prevalence of HTLV 1&2 in HIV-1 positive participants was 40% which was 16 times more when compared to the co-infection rate in the general population. All the co-infected participants were natives from Abang Minko’o, the Ntoumous with males more infected than females (sex ratio 3:1). The trends of HIV and HTLV 1&2 infections in seropositive participants for each virus were almost similar.
Amongst the risk factors associated with sexual behaviour and HIV transmission identified, sex-money exchange (prostitution) and a history of sexually transmitted infections (STIs) were significantly associated with HIV infection. Those practising sex-money exchange were more infected (10.5%; p=0.039) and almost 2 times more at risk of HIV infection (RR 1.729; p=0.039), and those who did so regularly were 4 times more exposed (RR 4.450; p=0.075) even though this difference was not statistically significant. Participants with a history of STIs were more infected (12%; p=0.048) and were 2 times more exposed to HIV infection (RR 2.005; p=0.048). However, some other risk factors identified though not statistically significant, exposed more to HIV infection like alcohol consumption (RR 1.097; p=0.786), cigarette consumption (RR 1.838; p=0.381), visitation of night clubs or bars (RR 1.114; p=0.754) with 2 times more exposure in regular visitors (RR 2.066; p=0.506), sexual activity (RR 1.035; p=0.553), age at first sex ˂16 years (RR 1.216; p=0.260), having more than one sexual partner in the last 12 months (RR 1.421; p=0.206), cheating on partner (RR 1.452; p=0.124), homosexuality (RR 3.675; p=0.205) and having a history of induced abortion or unwanted pregnancy (RR 1.405; p=0.313). The use of condoms was found to be protective against HIV infection (RR 0.808; p=0.455) and consistent use was even more protective (RR 0.000; p=0.554) than inconsistent use (RR 0.854; p=0.554).
Conclusion
We can conclude that the prevalence of HIV and HTLV 1&2 are high in Abang Minko’o. Co-infection of HIV and HTLV 1&2 is not rare. The prevalence of HTLV 1&2 in HIV-1 infection is high. Sexual behaviours are less tempered by social norms and values in this border area. The Abang Minko’o population constitutes a potentially vulnerable group for HIV and HTLV transmission.
Recommendations
The Ministry of Public Health should emphasize on the need for regular and consistent use of condoms especially in mobile populations as a tool to prevent HIV transmission and co-infections, and also evaluate the cost-effectiveness of systematic screening for HTLV 1&2 on all blood donors before transfusion of collected samples in order to prevent transmission of the virus by blood transfusion through complementary studies on HTLV nationwide.
RESUME
Introduction
Le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et le virus T-lymphotrope humain (HTLV) sont deux rétrovirus qui préoccupent le monde scientifique durant ces dernières décennies. L’infection par le VIH est un problème majeur de santé publique dans le monde entier. Elle est responsable de diverses manifestations cliniques et de l’augmentation de la morbidité et de la mortalité chez les personnes infectées. L'émergence de plusieurs agents pathogènes comme le HTLV chez les porteurs du VIH complique leur prise en charge puisque aucun traitement efficace n’est encore disponible pour l'infection à HTLV. L'impact de la co-infection de ces deux virus sur le système immunitaire et la progression de la maladie restent encore mal connus. Ces rétrovirus ont des voies de transmission similaires, et par conséquent les co-infections ne sont pas rares dans les zones où tous les deux coexistent. Le Cameroun qui est une zone endémique pour le HTLV, possède l'un des taux de prévalence du VIH le plus élevé en Afrique Centrale. Cependant, les informations sur la co-infection VIH et HTLV sont peu nombreuses. C’est pour cela que cette étude a été réalisée dans une zone frontalière de la région du Sud Cameroun.
Objectifs
Cette étude avait pour objectif principal de déterminer la prévalence de la co-infection du VIH et HTLV dans la zone d’Abang Minko'o dans le Sud Cameroun.
Méthodes
D’octobre 2014 à mai 2015, nous avions mené une étude transversale analytique et descriptive au cours de laquelle des questionnaires pré-structurés étaient complétés par le chercheur principal et des échantillons de sang veineux prélevés des adultes dans la zone d’Abang Minko'o dans le Sud Cameroun. Abang Minko'o est une zone frontalière du Cameroun située à environ 220 km de Yaoundé et à 1,5 km de la frontière entre le Cameroun et le Gabon. C’est une zone commerciale avec un marché international, le Marché Mondial, qui attire des gens de différentes régions du Cameroun, du Gabon, de Guinée Equatoriale, de Sao Tomé et Principe, et du Congo. La promiscuité sexuelle y est élevée. Les échantillons de sang veineux prélevés étaient testés pour le VIH en utilisant deux tests rapides (Détermine® VIH 1/2 et ImmunoComb® II VIH 1&2 BiSpot test) sur le terrain à Abang Minko'o et puis transportés à Yaoundé, où dans le Laboratoire d'Hématologie du Centre Hospitalier et Universitaire de Yaoundé, ils étaient encore testés en utilisant un dosage Immuno-enzymatique, le Murex VIH Ag/Ac Combo. Les échantillons étaient aussi testés pour le HTLV 1&2 en utilisant le test rapide ImmunoComb® II HTLV 1&2 qui ne distingue pas entre les deux types. Les données étaient saisies à l'aide de Microsoft Excel 2013 et analysé à l'aide du logiciel SPSS version 20.0. Le test du Chi carré était utilisé pour établir le risque relatif (RR), les intervalles de confiance (IC) et les valeurs p. Les valeurs p˂0,05 étaient considérées comme statistiquement significatives.
Résultats
Parmi les 157 échantillons de sang des participants qui étaient analysés, 10 étaient séropositifs pour le VIH, soit une prévalence de 6,4%. La prévalence était la plus élevée dans le groupe d'âge de 50-59 ans (25% soit 3 personnes sur 12), suivie par les jeunes adultes de 30-39 ans (9,5% soit 4 personnes sur 42). Les femmes étaient plus infectées (7,1%) que les hommes (5,7%). Les natifs d’Abang Minko'o appelés les Ntoumous, avaient une prévalence du VIH la plus élevée (8,4%).
Le HTLV 1&2 était trouvé chez 35 des 157 participants inclus dans notre étude soit une prévalence de 22,3%. La prévalence de HTLV augmentait généralement avec l'âge et était la plus élevée au sein du groupe d'âge de 50-59 ans (41,7%). Les hommes étaient plus infectés (26,4%) que les femmes (17,1%) avec un sex ratio de 1,92.
La co-infection par le VIH et HTLV 1&2 était retrouvée chez 4 des 157 participants donnant une prévalence de co-infection de 2,5% dans la population étudiée. La prévalence de HTLV 1&2 chez les participants VIH-1 positifs était de 40%, ce qui était 16 fois plus élévé que dans la population générale. Tous les participants co-infectés étaient originaires d’Abang Minko'o, et les hommes étaient plus infectés que les femmes (sex ratio 3:1). La tendance des infections à VIH et HTLV chez les participants séropositifs pour chaque virus était presque similaire.
Parmi les facteurs de risque identifiés et associés aux comportements sexuels et à la transmission du VIH, la prostitution et les antécédents d'infections sexuellement transmissibles (IST) étaient significativement associés à l'infection VIH. Ceux qui pratiquaient la prostitution étaient plus atteints (10,5%, p = 0,039) et étaient près de 2 fois plus à risque d'infection par le VIH (RR 1,729) et ceux qui la pratiquaient régulièrement étaient 4 fois plus à risque (RR 4,450; p=0,075) mais cette différence n’était pas statistiquement significative. Les participants ayant des antécédents d'IST étaient plus infectés (12%, p=0,048) et étaient deux fois plus à risque d'infection par le VIH (RR 2,005; p=0,048). Cependant, certains autres facteurs de risque étaient identifiés, bienque non-statistiquement significatifs, qui augmentaient l’exposition au VIH comme la consommation d'alcool (RR 1,097; p=0,786), la consommation de cigarettes (RR 1,838; p=0,381), les visites de boîtes de nuit ou de bars (RR 1,114; p=0,754) avec 2 fois plus d'exposition chez les visiteurs réguliers (RR 2,066; p=0,506), l’activité sexuelle (RR 1,035; p=0,553), l’âge au premier rapport sexuel ˂16 ans (RR 1,126; p=0,206), plus d'un partenaire sexuel au cours des 12 derniers mois (RR 1,421; p=0,206), l’infidélité (RR 1,452; p=0,124), l’homosexualité (RR 3,675; p=0,205) et ayant une histoire d'avortement provoqué ou d’une grossesse non désirée (RR 1,405; p=0,313). L'utilisation du préservatif était jugée protectrice contre l'infection à VIH (RR 0,808; p=0,455) et l'utilisation régulière était encore plus protectrice (RR 0,000; p=0,554) que l'utilisation irrégulière (RR 0,854; p=0,554).
Conclusion
Nous pouvons conclure que, les prévalences du VIH et HTLV 1&2 sont élevées dans la zone d’Abang Minko'o. La co-infection par le VIH et HTLV 1&2 n’est pas rare. La prévalence de HTLV 1&2 dans l’infection VIH-1 est élevée. Les comportements sexuels sont peu influencés par les normes et valeurs sociales dans cette zone frontalière. La population d’Abang Minko'o constitue un groupe potentiellement vulnérable pour la transmission du VIH et HTLV.
Recommandations
Le Ministère de la santé publique devrait insister sur la nécessité d’une utilisation régulière et systématique du préservatif en particulier dans les populations mobiles, le préservatif étant un outil de prévention de la transmission du VIH et des co-infections, et aussi évaluer le rapport coût-efficacité du dépistage systématique de l'infection à HTLV 1&2 chez tous les donneurs de sang avant la transfusion sanguine à partir d’autres études complémentaires sur le HTLV.


********************************************************************************************