Facteurs de risque de la malnutrition acquise en milieu hospitalier au cours d'un épisode de maladie aiguë chez les enfants âgés de 06 à 59 mois à Yaoundé

Liliane MIASSE AMDJOURMA (amdjourma3@yahoo.fr)
Département de Pédiatrie, Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales - Université de Yaoundé I
June, 2015
 

Abstract

RESUME:
Introduction : La malnutrition acquise en milieu hospitalier touche aussi bien les enfants des pays industrialisés que ceux des pays pauvres. Plusieurs facteurs en sont à l’origine notamment : la diminution de la réponse immunitaire cellulaire et humorale, une augmentation du catabolisme et en même temps une restriction des apports en nutriments due surtout à la perte de l’appétit et à la perte d’autonomie dans la prise alimentaire.
Objectif : Cette étude visait à rechercher la malnutrition aiguë survenue en cours d’hospitalisation lors d’un épisode de maladie aigüe, ainsi que les facteurs y associés chez les enfants âgés de 06 à 59 mois dans 03 formations sanitaires tertiaires : le Centre Mère et Enfant de la Fondation Chantal Biya, le Centre Hospitalier Universitaire de Yaoundé et l’Hôpital Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé.
Méthodologie : Il s’agissait d’une étude de cohorte ouverte menée dans trois Hôpitaux de la ville de Yaoundé. Les patients ont été recrutés consécutivement. Leur état nutritionnel exprimé en z-score était évalué à l’admission et à la sortie. Pour chaque patient, nous avons suivi l’évolution du poids quotidiennement et la qualité de l’alimentation exprimée par le Score diversité Alimentaire (SDAI). Ce dernier permettait d’étudier les variétés de nutriments que consommait chaque patient la veille de l’admission et en cours d’hospitalisation. Les données étaient recueillies dans Epidata 3.1. La recherche des associations entre certains facteurs et la survenue de la malnutrition était faite grâce au logiciel Stata 12.0 au travers d’une analyse multivariée et bivariée. Nos résultats étaient exprimés en rapport de cote et en intervalle de confiance à 95%. La différence entre deux proportions était statistiquement significative pour une valeur P˂0,05. Grâce au logiciel Graph Pad Prism 5, nous avons estimé la probabilité cumulée d’atteindre la malnutrition en fonction des jours d’hospitalisation sous forme de la courbe de Kaplan Meier. Enfin, le logiciel WHO Anthro a permis de comparer les courbes de l’émaciation et de l’insuffisance pondérale par rapport aux valeurs de référence de l’OMS à l’admission et à la sortie.
Résultats : Sur 218 enfants enrôlés, 116 (53,21%) étaient sortis de l’hospitalisation avec un poids inférieur à celui qu’ils avaient à l‘inclusion. La classification selon le statut nutritionnel montre que la proportion de la malnutrition globale était de 11,01% et de 14,67% pour l’émaciation entre l‘admission et la sortie. Elle était de 8,72% et de 10,09% pour l’insuffisance pondérale à l’admission et à la sortie respectivement. En ce qui concerne l’alimentation des enfants, nos résultats montrent que la veille du recrutement et durant les deux premiers jours d’hospitalisation, le SDAI était faible ; il devenait moyen à partir du 3ème jour. D’après la courbe de Kaplan Meier, le jour le plus probable de survenue de la malnutrition était de 5 ± 2 jours. Les enfants chez qui survenait la malnutrition aiguë modérée avaient pour principaux motifs de consultation : l’inconscience (18,75%), la toux (18,64%), l’éruption cutanée (15,79%), la perte d’appétit (13,11%), les convulsions (10,71%). Chez ceux qui avaient la malnutrition aiguë sévère, nous avons noté essentiellement la diarrhée (12,5%) et l’éruption cutanée (10,53%). Les pathologies retrouvées chez les patients qui avaient l’émaciation modérée en fin d’hospitalisation étaient la méningite (25%), les infections respiratoires (22,22%), la rougeole (14,29%) et le paludisme (6,35%). Par contre, la rougeole (21,43%), les infections respiratoires (11,11%), l’infection urinaire (4,55%) et le paludisme (3,97%) étaient les pathologies retrouvées chez les émaciés sévères. Le fait d’avoir une pathologie respiratoire aiguë multipliait par 5 le risque de survenue de la malnutrition aiguë (P=0,006). La rougeole multipliait ce risque par 13 (P˂0,0001).
Conclusion : Au vu de nos résultats, nous pouvons conclure que, pour une durée de séjour médiane de 5 jours, plus de la moitié des patients était sortis avec leur poids en dessous de ceux qu’ils avaient à l’admission. La proportion de la malnutrition en fin de séjour à l’hôpital était plus élevée par rapport à celle de l’admission. D’après le SDAI, l’alimentation n’était pas équilibrée en quantité et en qualité. La survenue de la malnutrition en milieu hospitalier était influencée significativement par les pathologies infectieuses notamment la rougeole et les infections respiratoires. Il est impératif que le personnel de santé mette l’accent sur l’alimentation des enfants en général surtout ceux qui sont hospitalisés pour des maladies infectieuses. Une prise en charge nutritionnelle optimale durant les premiers jours d’hospitalisation aiderait à résoudre le problème de malnutrition acquise au cours d’un épisode de maladie aiguë. Nous recommandons Au personnel soignant des services de pédiatrie: D’insister sur l’alimentation des enfants hospitalisés en veillant sur la couverture en besoins aussi bien en qualité qu’en quantité. Cette diversification doit être mise en œuvre dès l’admission et couvrant au moins les trois premiers jours. Elle passerait par un fractionnement du nombre des repas. Ceux qui souffriraient de paludisme, des infections respiratoires, et de la rougeole doivent mériter une attention particulière. Que la mesure du poids serve à identifier la cassure de la croissance et à adapter les apports nutritionnels. Aux responsables des formations sanitaires: D’apporter des repas équilibrés aux enfants hospitalisés au moins deux fois par jour. Aux mères et gardiens de l’enfant: De diversifier l’alimentation de leurs enfants; de veiller en sorte que les apports lactées soient optimaux, plus spécifiquement celles qui portent les enfants de moins de deux ans; le meilleur étant le lait maternel


SUMMARY:
Introduction: Hospital-acquired malnutrition affects both children in industrialized countries than in poor countries. Several factors can be point out particularly: the decrease in cellular and humoral immune response, increased catabolism and simultaneously a restriction of nutrient intakes due mainly to loss of appetite, and loss of autonomy in food intake.
Objectives: This study aimed to investigate acute malnutrition that occurred during hospitalization during an episode of acute illness and the associated factors among children aged from 06 to 59 months in 03 tertiary health facilities including the Mother and Child Centre at the Chantal Biya Foundation, the University Hospital Center of Yaounde and Gynecology-Obstetrical and Pediatric Hospital Yaoundé.
Methods: It was an open cohort study in three hospitals of the city of Yaounde. Patients were recruited consecutively. Nutritional status, expressed in z-score was assessed at admission and at discharge. For each patient, we followed the evolution of weight daily and the food quality expressed by the Food diversity score (SDAI). Data were collected and analyzed by 3.1 Epidata Stata 12.0 software. This helped us identify factors associated with the occurrence of current hospitalization malnutrition through univariate and multivariate analysis expressed as odds ratio and confidence interval. The difference was statistically significant for P˂0,05 value. The figures showing the evolution of the weight, SDAI and the number of meals based on days of hospitalization, and one showing the cumulative probabilities of reaching malnutrition (Kaplan-Meier curve) depending on length of stay were created by the software Graph Pad Prism version 1115 WHO Anthro has been helpful in the interpretation of anthropometric parameters on adm11ission and exit.
Results: On the 218 children included, 116 children (53.21%) came out with a lower weight than they had at admission. Classification by nutritional status showed that overall malnutrition between admission and discharge was 11.01% and 14.67% for wasting, 8.72% and 10.09% for the failure by weight respectively to the inlet and the outlet. In terms of the child's diet, our results show that the eve of recruitment and during the first two days of hospitalization, the SDAI was low; it became means that from the 3rd day. The most likely day of occurrence of malnutrition was 5 ± 2 days. Children with acute malnutrition during hospitalization had as the main reasons for consultation: unconsciousness (18.75%), cough (18.64%), rash (15.79%), loss appetite (13.11%), seizures (10.71%) in moderate acute malnutrition, diarrhea (12.5%) and rash (3 children, 10.53%) in severe cases. The most encountered pathologies were meningitis (25%), respiratory infections (22.22%), measles (14.29%) and malaria (6.35%) referring to the moderate acute wasting. Measles (21.43%), respiratory infections (11.11%), urinary tract infection (4.55%) and malaria (3.97%) were found in patients with severe pathologies emaciated. Having an acute respiratory disease multiplied by 5 (P = 0.006) the risk of occurrence of acute malnutrition. Measles multiplied it by 13 (P˂0,0001).
Conclusion: According to our results, we can conclude that for a median length of stay of 5 days, more than half of patients were discharged with weights below that they had at admission. The prevalence of malnutrition at the exit of hospital stay was high compared to that of admission. According SDAI, diet was not balanced in quantity and quality. The occurrence of malnutrition in hospitals was significantly influenced by infectious diseases including measles and respiratory infections. It is imperative and crucial that health staff's emphasis on children's food in general especially those hospitalized for infectious diseases. A nutritional care the first days of hospitalization would help solve the problem of malnutrition in hospital-acquired during an episode of acute illness.


********************************************************************************************