Evaluation de la fonction autonome cardiaque chez un groupe de patients atteints d’épilepsie à l’Hôpital Central de Yaoundé.

José Raïssa Ntsama Ayissi (njoseraissa@yahoo.com)
Département de Médecine Interne et Spécialités, Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales, Université de Yaoundé 1
July, 2015
 

Abstract

Introduction et Objectifs
Outre les causes infectieuses, traumatiques et dégénératives, il existe des causes de mortalité d’origine cardiovasculaire chez les personnes vivant avec l’épilepsie s’exprimant par des troubles du rythme, des troubles de conduction, des infarctus du myocarde, et même la mort subite, dont la prévalence a été estimée à 18,9% dans les zones rurales du Cameroun. De ce fait, il est généralement admis que l’épilepsie en soi altère de façon directe la fonction cardiaque d’une part, mais aussi par le biais de certains médicaments antiépileptiques arythmogènes d’autre part. Les techniques d’exploration de la fonction cardiaque sur le plan électro physiologique les plus utilisées dans ces situations sont l’électrocardiogramme et l’analyse des indices de variabilité sinusale.
Cette étude avait pour objectif d’évaluer la fréquence de la dysfonction sympathovagale, et d’analyser sa relation avec le profil clinique et le traitement chez un groupe de patients atteints d’épilepsie du service de neurologie de l’Hôpital Central de Yaoundé. Et de façon plus spécifique, de comparer les indices de variabilité sinusale chez les patients et chez les contrôles, et de décrire le lien entre le profil clinique et thérapeutique et les altérations fonctionnelles cardiaques chez les patients.

Méthodologie
Nous avons mené une étude transversale prospective et analytique au service de Neurologie de l’Hôpital Central de Yaoundé et au laboratoire de Physiologie Humaines de la Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales. Nous avons procédé à un échantillonnage de convenance et des contrôles ont été appariés en fonction de l’âge et du sexe des patients afin d’avoir une base de comparaison pour les indices de variabilité sinusale. Nous avons réalisé chez les patients et les contrôles au repos un électrocardiogramme et enregistré en continu la fréquence cardiaque pendant 1 heure pour la mesure des indices de variabilité sinusale. Le traitement des données a été réalisé à l’aide des logiciels EPI data version 2 et Stata version 12. Les variables qualitatives ont été comparées à l’aide du test de Khi-carré et corrigées par le test de Fisher tandis que les variables quantitatives ont été comparées par le test de Student et corrigées par le test de kruskal wallis. Nous avons pris une valeur p < 0,05 comme valeur statistiquement significative.

Résultats
Nous avons recruté 21 patients et 21 contrôles. Les trouvailles électrocardiographiques les plus marquantes chez nos patients étaient la bradycardie sinusale (42,8%) et l’allongement du QTc (19%) devant les extrasystoles ventriculaires (4,8%), les blocs auriculoventriculaire (4,8%) et les blocs de branche (4,8%). Concernant l’analyse de la variabilité sinusale, la seule composante significativement influencée par l’épilepsie était la Standard Deviation Average of NN or RR intervals (SDANN) qui renseigne sur la variabilité sinusale globale (p=0,0077). Et cette modification était fortement corrélée à l’évolution de l’âge des patients. Le sexe, le profil clinique et thérapeutique des patients ne semblaient pas contribuer à l’altération de la SDANN (p=0,4).

Conclusion et Recommandations
L’épilepsie a une influence sur la fonction cardiaque par la modification de certains indices de variabilité sinusale (SDANN) et par la génération à l’électrocardiographie de bradycardies sinusales et d’allongements du QT, qui sont toutes deux des trouvailles électrocardiographiques potentiellement fatales pour le patient. Ainsi, nous recommandons d’initier d’avantages d’études longitudinales sur des échantillons plus grands et d’accorder plus d’importance à l’électrophysiologie, particulièrement à l’analyse des indices de variabilité sinusale dans la prise en charge de l’épilepsie et de sa caractérisation électroencéphalographique.


Introduction and Objectives
In addition to infectious, traumatic and degenerative causes, there are cardiovascular causes of morbidity in patients who lives with epilepsy, which can be express by arrhythmias, conduction disturbances, myocardial infarction and even sudden unexpected death in epilepsy, whose prevalence was estimate of about 18.9% in rural areas of Cameroon. Therefore, it is generally accept that epilepsy per se directly alters cardiac function firstly and on the other hand via arrhythmogenic antiepileptic drugs. The most used electro physiologic exploration techniques in these cases are electrocardiogram and heart rate variability analysis.
The broad objective was to evaluate the frequency of sympathetic and parasympathetic dysfunction, and to analyze his relationship between clinical profile and treatment on patients who lives with epilepsy of the neurological service of Central Hospital Yaoundé who lives with epilepsy. Specifically, to compare the indices of heart rate variability of patients and controls and to describe the relationship between clinical and therapeutic profile and cardiac functional alterations of patients.

Methodology
We carried out a prospective and analytical transversal study in neurology department of Central Hospital of Yaoundé and in human physiology laboratory of Faculty of Medicine and Biomedical Sciences. We recruited patients by a convenient sample rate, and controls depending upon age and sex of patients in order to have a basis of comparison of heart rate variability indices. Collected data were treat by EPI data version 2 and Stata version 12. The qualitative variables were compare by the Khi-square’s test and correct by the Fisher’s test while the quantitative variables were compare by the Student’s test, and correct by the Kruskal Wallis’s test. We took p<0.05 like statistically significant value.

Results
We recruited 21 patients and 21 controls. The most significant electrocardiographic findings of our patients were sinus bradycardia (42.8%) and QTc elongation (19%), before premature ventricular beats (4.8%), atrioventricular blocks (4.8%) and bundle branch blocks (4.8%). Concerning heart rate variability analysis, the only components significantly influenced by epilepsy was Standard Deviation Average of NN or RR intervals (SDANN) who provides information on the overall heart rate variability (p=0.0077). This change was strongly correlate to evolution in the patient's age. Sex, clinical and therapeutic profile of patients did not seem to contribute to the alteration of SDANN (p=0.4).

Conclusion and Recommendations
Epilepsy affects cardiac function by the modification of certain heart rate variability indices (SDANN) and by the generation of sinus bradycardia and QTc elongation, both of which are potentially fatal for the patient. Therefore, we recommend to conducted longitudinal studies in a bigger sample at the study electrophysiology, especially at the study of heart rate variability in the management of epilepsy and of his electroencephalographic characterization.


********************************************************************************************