Facteurs prédictifs de la réponse thérapeutique du myélome multiple des os chez le sujet camerounais: étude multicentrique à Yaoundé

Pelagie Bertille DOUANLA MELACHIO
Département de médecine interne et spécialités, Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales - Université de Yaoundé 1
June, 2015
 

Abstract

Résumé
Introduction.- Le myélome multiple (ou maladie de Kahler) représente environ 10% des hémopathies malignes et est responsable d'environ 2% des décès de cause maligne dans le monde. L'évolution est le plus souvent insidieuse jusqu'à la survenue de complications. Ce qui entraîne un retard diagnostique et thérapeutique. Afin d'améliorer la qualité de vie des malades et de prolonger leur espérance de vie, la prise en charge de cette pathologie est primordiale. Cette dernière a bénéficié des avancées scientifiques avec l'introduction de nouvelles thérapies. Des études réalisées dans les pays développés ont mis en évidence une amélioration du pronostic des patients utilisant les nouvelles classes médicamenteuses. En raison de l'absence de données sur l'aspect thérapeutique de la maladie de Kahler dans notre milieu, nous avons entrepris ce travail.
Objectifs.- Etudier la réponse au traitement du myélome multiple chez le sujet camerounais et en déterminer les facteurs prédictifs
Méthodologie.- De février à avril 2015, nous avons mené, dans trois hôpitaux de la ville de Yaoundé, une étude rétrospective et prospective analytique couvrant une période de 11 ans. L'échantillonnage était consécutif incluant les patients de nationalité camerounaise, chez qui le diagnostic de maladie de Kahler a été posé selon les critères du "South West Oncology Group" et traités par chimiothérapie. Les données ont été collectées à l'aide d'une fiche technique à partir des dossiers médicaux. L'analyse a été réalisée par le logiciel Epi-Info version 3.5.4. L'association entre les variables a été évaluée par le test de Chi-carré ou le test exact de Fisher. Concernant les données de survies, la méthode de Kaplan Meier a été utilisée et elles ont été comparées par le test de log-rank. L'analyse multivariée a été faite à l'aide du modèle de régression de Cox. Une valeur-p < 0,05 était considérée comme statistiquement significative.
Résultats.- Au total, 48 patients ont été inclus dont 75% de sexe masculin (sex ratio = 3:1). La moyenne d'âge était de 56,23 ± 8 ans (extrêmes: 40 et 77 ans). La principale pathologie associée était l'hypertension artérielle (22,9%). Le tableau clinique était dominé par les douleurs osseuses (97,9%). Sur le plan paraclinique, le myélome à IgG était le plus fréquemment retrouvé (47,9%) et la plasmocytose médullaire moyenne était de 34,3%. La majorité des patients (72,9%) ont été diagnostiqués au stade 3 de Salmon et Durie. Les protocoles thérapeutiques utilisés étaient le protocole melphalan - prednisone (52,1%), le protocole vincristine - melphalan - cyclophosphamide - prednisone (18,8%), le protocole melphalan - prednisone - thalidomide (14,6%), le protocole Vincristine - Doxorubicine - Dexamethasone (8,3%), le protocole Cyclophosphamide - Doxorubicine - Vincristine - prednisone (6,3%). Le taux de bonne réponse était de 45,8% et la médiane de la survie sans progression était de 301 jours. L'association Melphalan - Prednisone - Thalidomide avait la meilleure réponse soit 71,4% de bonne réponse. Les facteurs associés à une bonne réponse thérapeutique étaient la CRP inférieure à 6 mg/l (p = 0,01) et le nombre de cures de chimiothérapie supérieur ou égal à 6 (p = 0,003). Les facteurs liés à une courte survie sans progression après le début du traitement étaient la CRP supérieure à 6 mg/l (p = 0,028), la vitesse de sédimentation supérieure à 50 mm à la 1ere heure (P=0,048), la protidémie supérieure à 80 mg/l (p = 0,028) et le taux de plaquettes inférieur à 150000 mm3 (p = 0,034). L'analyse multivariée, quant à elle, n'a retenue que la CRP comme facteur prédictif statistiquement significatif (p = 0,018).
Conclusion.- Les protocoles de prise en charge du myélome multiple sont variés dans notre étude. Cependant, la réponse au traitement est insatisfaisante avec plus de 50% de mauvaise réponse. La CRP, au diagnostic, est le seul facteur prédictif indépendant de ladite réponse dans notre cohorte.
Recommandations.- (a) Au Ministère de la Santé Publique: -Faciliter les autorisations de mise sur le marché des nouvelles classes médicamenteuses (immunomodulateurs, inhibiteurs de proteasome) au Cameroun et la réduction de leurs coûts - Envisager la création des services spécialisés de greffe de support hématopoïétique - Organiser des réunions de consensus pour la prise en charge du myélome multiple. (b) Aux médecins spécialistes (oncologues, hématologues, rhumatologues, néphrologues): Établir des recommandations consensuelles pour une prise en charge uniforme du myélome multiple dans notre pays. (c) Aux chercheurs: Mener une étude prospective sur un plus grand échantillon visant à identifier d’autres facteurs influençant la réponse thérapeutique dans la population camerounaise, notamment les anomalies génétiques


Abstract
Background.- Multiple myeloma represents 10% of hematologic cancers and is responsible for 2% of deaths related to cancer in the world. Generally, the disease remains silent until complications. This insidious evolution leads to delayed diagnosis. Treatment is essential to improve the quality of life and survival duration of the patients. The treatment of multiple myeloma has improved significantly in the last decade with the emergence of new drugs. Studies conducted in developed countries revealed that patients treated with new therapies had better prognosis. Due to lack of data on the therapeutic aspect of Kahler's disease in Cameroon, we decided to conduct this study.
Objectives.- Assess the response of multiple myeloma patients to treatment and determine predictive factors.
Methodology.- From february to april 2015, we conducted a retrospective, multicenter and analytical study, covering a period of 11 years. We did a consecutive sampling of Cameroonians patients with multiple myeloma (according to SWOG criteria) and on chemotherapy. Data were collected with a questionnaire. Data analysis was performed using Epi-info 3.5.4. Association between variables was assessed by Chi-square test and Fisher's exact test. For survival data, Kaplan Meier's method was used and survival curves were compared by log rank's test. Multivariate analysis was done with Cox proportional hazards régression model. A p-value less than 0,05 was considered statistically significant.
Results.- A total of 48 patients were recruited, 75% men with a sex ratio of 3:1. The average age was 56,23 ± 8 years (40-77 years). The most frequent disease associated with multiple myeloma was hypertension (22,9%). The most common clinical feature was bones pain (97,9%). At the level of paraclinical findings, the average percentage of bone marrow plasmocytes at diagnosis was 34,3% and Immunoglobulin G was found in 47,9% of patients. 72,9% of patients were diagnosed at stage III of the disease. The therapeutic regimens found in our study were melphalan - prednisone (52,1%), vincristine - melphalan - cyclophosphamide - prednisone (18,8%), melphalan - prednisone - thalidomide (14,6%), Vincristine - Doxorubicine - Dexamethasone (8,3%), Cyclophosphamide - Doxorubicine - Vincristine - prednisone (6,3%). The global therapeutic response rate was 45,8% and the median progression free survival was 301 days. The regimen who had the best response was MP-THAL (response rate of 71,4%). CRP less than 6 mg/l (p = 0,01) and more than 6 cures of chemotherapy (p = 0,003) were factors significantly associated with good response to therapy. Factors associated with shorter progression free survival after treatment were CRP higher than 6 mg/l (p = 0,028), ESR higher than 50 mm per hour (p = 0,048), protidemia higher than 80 mg/l (p = 0,0286) and platelets count less than 150000/mm3 (p = 0,034). The factor that remained significantly associated with progression free survival when assessed by multivariate analysis was CRP level (p = 0,018).
Conclusion.- There are many chemotherapy regimens used for treatment of multiple myeloma in our study. However, the response to therapy is unsatisfactory (more than 50% of bad response). CRP before treatment is the only predictive factor of response to therapy in our study.
Recommendations.- (a) To the Ministry of Public Health: - To facilitate the introduction of new therapies for management of this disease (immunomodulators, proteasome inhibitors) and the reduction of cost - To consider the creation of wards for bone marrow transplantation (b) To specialists (oncologist, hematologist, rhumatologist, nephrologist): To establish consensual guidelines of treatment of multiple myeloma in our country. (c) To researchers: A prospective study should be carried in a larger sample to identify others influencing factors such as cytogenetics anomalies


********************************************************************************************