Aspects épidémiologiques et histopathologiques des pseudotumeurs et tumeurs bénignes des machoires dans les Hopitaux Laquintinie et Général de Douala

Lionel Berthold KEUBOU BOUKENG
Département de Chirurgie Buccale, maxillo-faciale et parodontologie, Université de Yaoundé I
June, 2015
 

Abstract

RESUME
Introduction
La sphère oro-faciale peut être le siège d’une multitude de lésions, parmi lesquelles les pseudotumeurs et tumeurs bénignes des mâchoires. Ces lésions rassemblent un spectre hétérogène de proliférations pathologiques. Leur présence au niveau des mâchoires ne donne pas toujours de tableau clinique spécifique à chacune d’elle, ce qui amène les praticiens à faire appel à l’examen d’anatomie pathologique pour déterminer leur nature exacte. L’Organisation Mondiale de la Santé les subdivise en tumeurs odontogènes, dérivant des tissus à l’origine des organes dentaires et en tumeurs non odontogènes identiques à celles du reste du squelette. Les études conduites dans diverses régions du monde montrent des différences significatives quant ‘à leur fréquence et leur distribution.
Objectifs
Nos objectifs étaient de déterminer le profil épidémiologique des patients atteints de pseudotumeurs et tumeurs bénignes de mâchoires, de ressortir les différents types histologiques de ces lésions et de décrire la distribution de ces types en fonction de l’âge, du sexe et de leur localisation anatomique.
Méthodologie
Nous avons mené une étude descriptive rétrospective et prospective. L’étude a couvert la période allant de Janvier 2003 à Avril 2015 dans les services d’anatomie pathologie des hôpitaux Laquintinie et Général de Douala. Cette étude a concerné tout patient chez qui le diagnostic de pseudotumeur et tumeur bénigne des mâchoires était posé par l’examen d’anatomie pathologie. Tout patient avec une lésion bénigne dont le type histologique n’était pas précisé à l’examen d’anatomie pathologie et ceux dont les données étaient jugées inexploitables ont été exclus de notre étude.
Résultats
Notre échantillon comportait 61 patients pour une incidence de 5 nouveaux cas par année. Le sexe féminin représentait 58,46% (n=35) et le sexe masculin 41,54% (n=26). Ces lésions étaient fréquentes entre 20-39 ans (52,46%) avec une moyenne d’âge de 32,19 années. Les élèves et étudiants (36,07%) étaient le groupe socioprofessionnel le plus atteint. La mandibule était l’os le plus touché (72,13%).
Nous avons identifié 33 tumeurs odontogènes (54,10%), 22 pseudotumeurs et tumeurs non odontogènes (31,15%) et de 9 kystes (14,76%). La lésion odontogène la plus retrouvée était l’améloblastome avec 26 cas (78,79%), elle-même dominée par ses variantes folliculaire (50%) et plexiforme (26,92%). De même, la dysplasie fibreuse (31,58%) a dominé la série des lésions non odontogènes et le kyste folliculaire (44,44%) celle des kystes.
L’améloblastome présentait une prédominance féminine et était fréquent entre 20-39 ans. Il touchait préférentiellement la partie postérieure de la mandibule (73,33%). La dysplasie fibreuse n’avait pas de prédilection pour un genre et était fréquent entre 20-39 ans et était localisée de manière égale au niveau des mâchoires. Le kyste folliculaire ne possédait pas de prédilection pour un genre et était fréquent entre 20-39 ans ; cette pathologie était localisée uniquement au niveau de la partie postérieure de la mandibule.
Conclusion
Les pseudotumeurs et tumeurs bénignes des mâchoires sont des pathologies rencontrées dans notre milieu. Ces lésions surviennent préférentiellement chez l’adolescent et l’adulte jeune avec une prédilection féminine. Par ailleurs, elles sont retrouvées majoritairement à la mandibule. L’améloblastome, la dysplasie fibreuse et le kyste folliculaire sont les types histologiques prédominants des lésions odontogènes, non odontogènes et des kystes respectivement. Au regard de tout ce qui précède, nous pouvons formuler les recommandations suivantes :
Aux chefs des services d’anatomie pathologie des Hôpitaux Laquintinie et Général de Douala
- D’améliorer l’archivage des dossiers des patients afin de faciliter les recherches sur ces pathologies.
A la communauté scientifique

- De conduire des études similaires dans d’autres régions du pays afin de constituer une banque nationale de données sur les profils histopathologique et épidémiologique de ces lésions.

SUMMARY

Introduction
The orofacial region including the jaw bones, maxilla and mandible can be site of multitude of neoplastic conditions among which, benign tumors and tumors-like lesions. Based on the clinical aspect, the differentiation of these entities is difficult, that is why the practitioners always need the paraclinical examinations and particularly histopathological examination to identify exactly each of them. The World Health Organization classifies these pathologies in odontogenic, derived from the tooth-forming apparatus or their remnants and non odontogenic tumors, similar to those seen in other parts of the skeleton. Data from different countries of the world have documented distinct geographic variations according to the relatives’ frequencies and histological types of these lesions.
Objectives
Our objectives were to analyze the characteristics of the population studied, to carry out the histological types of these lesions and to describe the distribution of these histological types according to the age, sex and to the anatomic location.
Methodology
We carried out a cross-sectional descriptive retrospective and prospective study between January 2003 and April 2015 at the Anatomopathogy units of Douala Laquintinie and General Hospitals. Our study concerned subjects with a diagnosis of benign jaw tumor and tumor-like lesion at the histological examination. We excluded patients with a benign lesion without a definite diagnosis and those who had incomplete data.
Results
We retained 61 patients with an incidence rate of 5 cases per year. There were 35 females (58,46%) and 26 males (41, 54%). The lesions were more frequent between the third and the fourth decade of the life (52,46%) with a mean age of 32,19 years. Pupils and students (36,07%), were more affected in regard to the profession. The mandible (72,13%) was mostly affected.
Our sample registered 33 odontogenic tumors (54,10%), 19 non odontogenic tumor and tumor-like (31,15%) and 9 cysts (14,76%). The most frequent odontogenic lesion was ameloblastoma (78,79%), dominated by the follicular and plexiform variants with 50% and 26,92% of cases respectively. Similarly, the fibrous dysplasia (31,58%) dominated the non odontogenic group and the follicular cyst (44,44%), the cysts group.
Ameloblastoma was frequent in female between 20-39 years; it was more encountered in the posterior portion of the mandible (73,33%). The fibrous dysplasia had no gender predilection and was more found between 20-39 years; besides it occurred equally in the jaw bones. The follicular cyst equally both gender with the peak between 20-39 years; this lesion was only located in the posterior region of the mandible.
Conclusion
Benign jaw tumors and tumor-like lesions are encountered in our context. These lesions are mostly found in young adults and occur more in females. They are located in majority in the mandible. Ameloblastoma, fibrous dysplasia and follicular cyst are the most frequent histological types encountered of the odontogenic, non odontogenic and cysts lesions respectively.
At the end of our study, we humbly recommend:
- To the anatomopathology units chiefs of Douala Laquintinie and General Hospitals.
to ameliorate patients’ files content.
- To the scientific communauty.
To carry out similar studies in others regions.


********************************************************************************************