Evaluation de la teneur en residu cyanogène dans le gari présent dans les marchés de Yaoundé: cas de "Mokolo et Mfoundi"

Benjamin NDAMB
Pharmacotoxicologie et Pharmacocinétique, Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales-Université de Yaoundé 1
June, 2015
 

Abstract

RESUME

Introduction : le goître endémique est une maladie thyroïdienne qui sévit dans plusieurs pays en Afrique parmi lesquels le Cameroun où sa prévalence selon l’Enquête Démographique et de Santé (EDS) en 2004 est passée de 29,5 % à moins de 5 %. Cette prévalence élevée, était influencée principalement par le comportement alimentaire des populations. Des mesures telles qu’un régime alimentaire varié et équilibré, ainsi que la supplémentation en iode dans le sel de cuisine ont permis de contrôler cette maladie. L’acide cyanhydrique (HCN) est impliqué dans la physiopathologie du goitre endémique et contenu dans le manioc, ce dernier étant le principal glucide consommé par la population camerounaise, nous nous sommes proposés d’évaluer la teneur en HCN en comparaison à la norme Codex Alimentarius dans un produit dérivé du manioc consommé dans les ménages au Cameroun. Le gari représentant 74 % des consommations des ménages en 2008 juste après le fufu, le bâton de manioc et le manioc frais respectivement a fait l’objet de notre étude
Objectif : Mener une enquête et évaluer la teneur en résidu cyanogène dans le gari retrouvé dans les marché de Yaoundé plus spécifiquement Mokolo et Mfoundi.

Matériel et Méthodes : pour mener à bien notre étude, nous avons fait une étude expérimentale associée à une enquête dans deux (02) marchés à savoir le marché de Mokolo et du Mfoundi. L’enquête effectuée nous a permi de déterminer la zone de provenance du gari retrouvé dans ces deux marchés et aussi d’explorer la méthode de fabrication du gari dans cette zone de provenance auprès des fabricants. Nous avons considéré deux (02) types de gari : jaune et blanc. Les échantillons de gari ont été prélévés dans les marchés et chez les fabricants. Ces échantillons ont été analysés par la méthode picrate de Howard Bradbury (Ecole de Botanique et Zoologie, Université Nationale d’Australie, Canberra, ACT 0200, Australie).

Résultats : Sur 39 grossistes et commerçants détaillants (GCD) ayant été recensés dans les deux marchés, 30 GDC ont accepté de coopérer. L’enquête menée auprès des marchés nous a orienté dans le Nord Ouest (Bamenda) plus précisément Baligham chez qui 64 % des GCD s’approvisionnent. Dans ce village, nous avons prélevé 30 échantillons de gari chez 06 fabricants. La méthode de fabrication employée par les fabricants était traditionnelle. Les échantillons de gari recueillis chez les fabricants avaient des concentrations moyennes variantes de 8,32 ± 1,08 mg/Kg d’HCN pour le fabricant 1 à 2,77 ± 0,18 mg/Kg d’HCN pour le fabricant 4. Avec une concentration moyenne en HCN dans le gari blanc (8,32 ± 1,08 mg/Kg d’HCN) plus élevée que dans le gari jaune (3,96 ± 0,25 mg/Kg d’HCN). Concernant les marchés, le marché Mokolo a eu une concentration moyenne en HCN dans le gari (jaune et blanc) plus élevée avec 6,35 ± 0,92 mg/Kg d’HCN contre 2,59 ± 0,43 mg/Kg d’HCN dans le gari (jaune et blanc) pour le marché du Mfoundi. Plus spécifiquement, le gari jaune de Mokolo a eu une concentration moyenne en HCN (5,82 ± 0,51 mg/Kg) supérieure à celle du gari jaune du Mfoundi (2,68 ± 0,7 mg/Kg d’HCN). Une observation presque identique avec le gari blanc du marché Mokolo de concentration moyenne en HCN égale 7,32 ± 2,32 mg/Kg supérieure à celle du gari blanc du marché Mfoundi de concentration moyenne 2,47 ± 0,52 mg/Kg d’HCN. Par ailleurs, les concentrations moyennes en HCN du gari (jaune et blanc) retrouvées dans les marchés ont été inférieures à celles retrouvées dans le gari (jaune et blanc) des fabricants.

Conclusion : nous avons conclu que les échantillons de gari récoltés dans les marchés de Mokolo et du Mfoundi ont eu des concentrations moyennes en HCN supérieures à la norme Codex Alimentarius sur le gari.

Recommendations:

Ministère de la Recherche Scientifique et de l’ Innovation
 Etablir un partenariat avec les fabricants des kits de dosage du cyanure dans le manioc et ses produits dérivés
 Améliorer la qualité nutritionnelle du gari pour combler le déficit en protéines soufrées ou en vitamine B12.
Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales
 Faire des recherches pour évaluer l’exposition au cyanure des fabricants et des consommateurs de manioc ou de produits dérivés
Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural
 Harmoniser les procédés de transformation des produits à base de manioc.

ABSTRACT:

Introduction :Endemic goiter is a thyroid disease plaguing several countries in Africa including Cameroon where prevalence according EDS in 2004 increased from 29.5 % to less than 5%. This high prevalence was mainly influenced by the dietary behavior of populations. Measures such as a varied and balanced diet, and iodine supplementation in table salt have helped to control the disease. Hydrogen cyanide (HCN ) is involved in the pathogenesis of endemic goitre and contained in cassava , the latter being the main carbohydrate consumed by the Cameroonian population , we proposed to evaluate the HCN content in comparison to the Codex Alimentarius Standard in a byproduct of cassava consumed in households in Cameroon.. Gari representing 74 % of household consumption in 2008 just after the fufu , cassava stick and fresh cassava respectively has been the subject of our study.

Objective: To investigate and evaluate the cyanogen content in gari found in Yaoundé markets especially Mokolo and Mfoundi.

Methodology:To carry out our study, we did an experimental study combined with a survey in two (02) markets namely the Mokolo and Mfoundi. The survey has allowed us to determine the area of origin gari found in these two markets and also to explore the gari manufacturing method in this area of origin from the manufacturers. We considered two (02) types of gari : yellow and white. Gari samples were collected in the markets and among manufacturers. These samples were analyzed by the picrate method Howard Bradbury (School of Botany and Zoology, Australian National University , Canberra , ACT 0200 , Australia).

Results: Just 30 sellers agreed to cooperate on 39 sellers who have been identified in both markets .The survey of market oriented us in the Northwest (Bamenda) specifically Baligham in which 64% of their suppliers came from. In this village, we collected 30 samples of gari from 06 manufacturers. The manufacturing method employed by the manufacturers was traditional. Gari samples collected from manufacturers had average concentrations variants 8.32 ± 1.08 mg/Kg of HCN to the manufacturer 1 to 2.77 ± 0.18 mg/Kg of HCN to the manufacturer 4. With an average concentration of HCN in the white gari (8.32 ± 1.08 mg/Kg HCN) than in the yellow gari (3.96 ± 0.25 mg/Kg of HCN). Regarding markets, the Mokolo market had an average concentration of HCN in the gari (yellow and white) higher with 6.35 ± 0.92 mg/Kg HCN against 2.59 ± 0.43 mg/Kg of HCN in the gari (yellow and white) for Mfoundi market. More specifically, the yellow type of gari found in Mokolo had an average concentration of HCN (5.82 ± 0.51 mg/Kg) than the yellow type of gari found in Mfoundi (2.68 ± 0.7 mg/Kg HCN). An almost identical observation with white gari average concentration of HCN Mokolo market equal 7.32 ± 2.32 mg/Kg higher than that of white gari in Mfoundi market with average concentration of 2.47 ± 0.52 mg/Kg of HCN. Furthermore, the average concentrations of HCN gari (yellow and white) found in the markets were lower than those found in the gari (yellow and white) manufacturers.

Conclusion:We concluded that the gari samples collected in Mokolo and Mfoundi markets had average concentrations of HCN above the Codex Alimentarius standard of gari.

Recommandations:

Ministry of Scientific Research and Innovation:
 To set a patnership with the manufacturers of cassava cyanide assay kits
 To improve the nutritional quality of gari in order to make up for the deficit in sulfur protein or vitamin B12
Faculty of Medicine and Biomedical Sciences:
 To carry out research in order to evaluate exposure of manufacturers and consumers of cassava or derived products to cyanide
Ministry of Agriculture and Rural Development:
 To harmonize the manufacturing process of cassava based products


********************************************************************************************