Contribution of artificial dermis in the management of Post-burn scar contractures in Yaounde: A clinical case report.

Rudy Arnaud Nana (arnaud.nana90@yahoo.com)
Departement of SURGERY, Faculty of medicine and biomedical sciences -University of Yaounde 1
June, 2015
 

Abstract

ABSTRACT
Burns and other mechanical trauma cause a brutal destruction of the skin. It represents 6% of hospitalizations in resuscitation unit of the Yaounde central hospital. The mortality of this trauma has reduced but remains preoccupying. Depending on the depth of the burn, the epidermis and the dermis are completely destroyed. The anarchy created by the destruction of the corresponding extra cellular matrix (ECM) compels the cells to fill the gap by secreting masses of collagen during normal scaring processes. This scarring could evolve into contractures which have aesthetic and more importantly functional consequences.
Scar reconstruction techniques have evolved with time.Split thickness grafts and full grafts are being used with certain advantages and inconveniencies. In the last 10 years, new studies have been carried out in developed countries using artificial dermis which are biological biomaterials of collagen and glycosaminoglycan, made similar to normal ECM, with interesting perspectives.
The aim of this study was to contribute to the management of functional disabilities during post-burn contractures in Cameroon by showing the feasibility and the interest of using these biomaterials for reconstructive surgeries in our sanitary context.
Our specific objectives were to:
• Describe the results of the normal scarring process and its results in our patient.
• Observe the evolution of regeneration process occurring in the wound after application of the artificial dermis.
• Describe the cost of the whole procedure.
We did a pilot study. The study was undertakenfrom January 2015 to May 2015.The recruitment period was from January to March 2015, the operation was done in April and follow up was till the end of May. The Dermatology Unit of the Yaoundé Military hospital was chosen for the site study.
The target population was burned patients consulting for scar contractures in three dermatology services of Yaoundé: The University Teaching Hospital, Central Hospital and the Military Hospital. The inclusion criteria were:- aged between 6 and 65 years;- burned more than 2 months ago;- have been managed for more than 15 days (2nd degreedeep);- scar contracture with functional disability; scar causing functional impairment by hindering tendon mobility; no fracture in articulation concerned; region free from vascular and nervous bundle; a scar of around 25cm2.
Data were collected during the consultation with a questionnaire anda physical examination of the patient was donein pre-operative, operative and post-operative care, particularly forthe wound bed to check for: - the adherence of the dermis;the attachment to the edges; the color; the presence of an infection, thepresence of fluid accumulation;the presence of hematoma and check the appearance of Neodermis.
MrsD.A, 36years, was the only patient included. In the History of her present disease, the patient was victim of a road accident. During the accident she had traumatic wounds and the friction created, burned her left arm. She was admitted in the Yaoundé Central Hospital where she had a punch full thickness skin graft.
At inclusion, the scar resulting from the spontaneous healing of the left wrist was localized on the dorsal surface of the hand, distributed over the wrist, 3.7 cm to 2.5cm in size. The surface appearance was rough. It had a pink vascularity, medium pigmentation was seen on the borders. On palpation it had a hard texture and was adherent on deep palpation. The mobility of the wrist and fingers was evaluated. The wrist was immobile. The thumb opposition was not possible although she could do some lateral movements. The Q DASH score was evaluated at 900/1250 = 72% of function loss,the Vancouver scared skin score of the left wrist scar was evaluated at 9/13.
The graft of artificial dermis was carried out by one dermatologist surgeon following guidelines stated by the Integra notice and theimmediate follow up lasted for 41 days and will continue for two years. As a result: thesubcutaneous slicing planes were reconstructed, this was seen by the spontaneous movement of fingers from POD6, the functional gain at the level of the hand was 34% referring to the QDASH score. The scar had a Vancouver scar skin score of 6/13. The global cost of the artificial dermis grafting was estimated between 425 000-992 000Fcfa for a surface of 25cm2.
Therefore, we recommend that practitioners follow the spontaneous scaring of wounds carefully inorder to prevent functional and aesthetic complications; that researchers do a larger confirmatory study inorder to adapt this new technique to our environment.That scientists get more interested in the domain of regenerative medecine.

RESUME
Les brûlures et autres traumatismes causent une destruction brutale de la peau. Elles représentent 6% des hospitalisations au service de réanimation de l’Hôpital Central de Yaoundé. La mortalité suite à ce traumatisme bien qu’en voie de réduction reste inquiétante. En fonction de la profondeur de la brûlure, l’épiderme et le derme sont plus ou moins détruits. L’anarchie créée par la destruction de la matrice extracellulaire correspondante oblige les cellules à combler le vide en secrétant abondamment du collagène durant le processus de cicatrisation spontanée. Cette cicatrice peut évoluer en créant des brides rétractiles qui ont une conséquence esthétique et fonctionnelle.
Les techniques de reconstruction de cicatrices ont évolué avec le temps, les greffes de peau totale et lambeaux ont été utilisées avec des avantages et inconvénients. Durant les 10 dernières années, de nouvelles études testant le derme artificiel qui est un bio matériel constitué de collagène et de glycosaminoglycanssimilaires à la matrice extracellulaire saine ont été menées dans les pays développés avec des résultats prometteurs.
Le but de notre étude était de contribuer à la prise en charge des troubles fonctionnels liés à la cicatrisation après brûlure au Cameroun en montrant la faisabilité et l’intérêt d’utiliser ce biomateriel en vue de chirurgies reconstructrices dans notre contexte sanitaire.
Les objectifs spécifiques étaient de :
• Décrire les résultats du processus de cicatrisation spontanée chez notre patient;
• Observer l’évolution du processus de régénération lors de l’application du derme artificiel;
• Décrire le coût global de la procédure.
Nous avons mené une étude pilot durant la période allant de janvier 2015 à mai 2015. La période de recrutement allait de janvier à mars 2015. L’intervention chirurgicale a été effectuée en avril et le suivi s’est prolongé jusqu’en mai. Le service de dermatologie de l’Hôpital Militaire de Yaoundé était choisi comme site d’étude.
La population ciblée concernait les brulés consultant pour une bride rétractile dans 3 services de dermatologie de la ville de Yaoundé: le Centre Hospitalier et Universitaire, Hôpital Central et l’Hôpital Militaire. Les critères d’inclusion était : être âgé de 6 à 65 ans; être brulés depuis plus de 2 mois; avoir été pris en charge durant plus de 15 jours (ceci évoquant une brûlure du 2èmedégré, profonde); avoir une bride rétractile avec trouble fonctionnel limitant le glissement des tendons; pas de fracture au niveau de l’articulation concernée; cicatrice siégeant dans une région libre de paquets vasculo-nerveux; cicatrice d’environ 25cm2.
Les données étaient collectées durant la consultation à l’aide d’un questionnaire et un examen physique fait en pré et en post opératoire, particulièrement au niveau de la plaie pour évaluer: l’adhésion du derme au fond de la plaie; l’attachement au bord; la couleur; la présence d’une infection; l’accumulation de liquide; la présence d’hématome et l’apparition du Neoderme.
Mme D.A. 36 ans était la seule patiente incluse.L’histoire de sa maladie actuelle révélait qu’elle avait été victime d’un accident de la voie publique. Son bilan lésionnel révélait une plaie traumatique du tiers supérieur de son bras, une brûlure de son avant-bras et de son poignetgauche. Elle était admise à l’Hôpital Central de Yaoundé où elle a bénéficié d’une greffe de peau totale en pastille.
A l’inclusion, la cicatrice résultant du processus de cicatrisation spontanée au niveau de son poignet gauche mesurait 3,7 cm x 2,5 cm. La surface était rugueuse, selon les éléments du score cicatriciel de Vancouver, elle présentait une vascularisation rosâtre,les bords avaient une pigmentation moyenne (grade 2), à la palpation elle était ferme et adhérente au plan profond. Le poignet était immobile, l’adduction du pouce n’était pas possible malgré la présence de mouvements latéraux. Le score fonctionnel QDASH était évalué à 900/1250 soit 72% de perte fonctionnelle. Le score de cicatriciel de Vancouver était quotté à 9/13.
La greffe du derme artificiel a été effectuée par un dermatologue chirurgien suivant les indications de la notice Integra. La durée du suivi était de 41 jours. Les résultats du suivi étaient les suivants: les plans de glissement tendineux sous cutanés ont été reconstitués, ceci était objectivé par la mobilisation spontanée des doigts dès le POD6; le gain fonctionnel au niveau de la main était de 34% en se référent au score Q DASH; la cicatrice était plane, souple et présentait un score de Vancouver à 6/13. Le coût global de l’intervention de greffe du derme artificiel était estimé entre425 000-992 000 Fcfa pour une surface de 25 cm2.
De ce qui précède nous recommandons: aux praticiens de surveiller la cicatrisation des plaies afin de prévenir les complications esthétiques et fonctionnelles; aux chercheurs de mener une étude plus large afin d’adapter cette nouvelle technique à notre environnement pour une meilleure prise en charge des complications de la cicatrisation ; un intérêt grandissant dans le domaine de la médecine régénérative en générale.


********************************************************************************************