Évaluation de la qualité du compte-rendu d’échographie abdominale dans les hépatopathies chroniques à Yaoundé

Rosine Elvige Laure MANTOT SOH (rosie_soh@yahoo.fr)
Medecine interne, Universite de Yaounde I
June, 2016
 

Abstract

INTRODUCTION. L'échographie est une modalité d'imagerie médicale qui utilise des ultrasons. Elle a été découverte en 1951 par deux britanniques, le médecin J, J Wild et l’électronicien J Reid. Cette technique d’imagerie est différente de la radiologie conventionnelle, de la tomodensitométrie et de l’IRM par sa simplicité et son innocuité. Elle permet de décrire la structure des organes pleins intra-abdominale et est pratiquée aussi bien par le médecin radiologue que par les médecins spécialistes entraînés. Très utile dans le diagnostic et la surveillance des hépatopathies chroniques, le compte-rendu d’échographie dans ce cas pour être utile doit obéir à certains critères. Des études Européenne récentes ont mis en évidence plusieurs dysfonctionnements dans la chaine de rédaction du compte rendu d’imagerie aussi bien dans le fond que dans la forme. Mais jusqu’ici il n’y a que très peu d’études menées sur la qualité du compte rendu d’imagerie en Afrique et aucune encore au Cameroun. Nous avons entrepris ce travail dans le but d’évaluer la qualité du compte-rendu afin de contribuer à l’amélioration de la pratique de l’échographie hépatique et de ce fait améliorer la prise en charge des patients atteints d’hépatopathie chronique.
OBJECTIF. L’objectif principal de notre étude était d’évaluer le niveau de conformité des comptes rendus d’échographie abdominale des patients atteints d’hépatopathie chronique à l’aide du référentiel de la Haute Autorité de Santé. Plus spécifiquement nous devions décrire les conditions de réalisation de cette examen, rechercher les écarts par rapport au référentiel, rechercher une influence du lieu de réalisation de l’examen, de la qualification du réalisateur et de la structuration sur la qualité du compte-rendu.
METHODOLOGIE. Nous avons mené sur une période de 6 mois une étude transversale analytique dans 03 hôpitaux universitaires de Yaoundé portant sur l’analyse des renseignements administratifs et cliniques de 783 comptes rendus d’échographie abdominale. Ces renseignements étaient catégorisés en critères de conformité globale et critères de conformité sémiologique puis confronté aux recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS). La conformité globale, la conformité sémiologique et le taux d’omission par critère de ces comptes rendus ont été évalués de même que l’influence de l’hôpital, de la qualité du réalisateur et de la structuration sur la conformité de ces derniers. La mention de chaque critère dans le compte-rendu était notée 1 et sa non mention 0. Chaque compte-rendu avait un score correspondant à la somme des notes obtenues par critère divisée par la somme des critères applicables et des scores globaux ont été calculés pour la totalité des comptes rendus d’échographie par catégorie de critère. La normalité de la distribution des données a été évaluée à l’aide du test de Kolmogorov-Smirnov, tandis que les médianes ont été comparées à l’aide de tests non paramétriques. Le seuil de significativité pour la différence des statistiques de test était fixé à p < 0,05.
RESULTATS. La conformité globale était de 82% et la conformité sémiologique de 62,5% (78% HAS 2015) Le type d’appareillage utilisé n’était jamais tracé avec 100% d’omission, suivi de la mesure de la vitesse maximale du flux portal (95,2% d’omission) et du sens du flux (80,5% d’omission). 56,32% des comptes rendus ne faisaient pas mention de la recherche d’une éventuelle lésion focale suspecte. Jusque 10,5% de compte rendu n’avait aucune indication.et 1,8% n’avait pas de conclusion. Le taux de conformité globale n’était pas le même dans les 03 hôpitaux impliqués dans l’étude avec un pourcentage de 91% pour l’Hôpital Général, 82% pour le Centre Hospitalier et universitaire et 82% pour l’Hôpital Central. La qualification du réalisateur influençait significativement la conformité globale des comptes rendus avec un pourcentage de 91% pour les comptes rendus faits par les radiologues et 82% pour ceux fait par les résidents (P=0.00). La structuration du compte-rendu n’influençait ni la conformité globale (82% pour les comptes rendus structuré versus 82% pour les non –structure, P=0.49) ni sémiologique (63% pour les comptes rendus structuré versus 63% pour les non-structurés, P=0.92).
CONCLUSION. Les comptes rendus d’échographie abdominale des patients atteints d’hépatopathie chronique ont un taux de conformité globale assez élevé mais sont insuffisant dans le diagnostic et la surveillance échographique de la maladie. Ceci est d’autant plus inquiétant que l’indication qui est le critère clé pour le déroulement de l’examen et la qualité du compte-rendu final, de même que la mention de l’absence ou de la présence d’une lésion focale suspecte ne sont pas toujours présente. La conformité globale est influencée par les habitudes du service hospitalier et par la qualification du réalisateur contrairement à la conformité sémiologique dont le problème se situe probablement plus en amont de la chaine de l’enseignement. Un changement des habitudes des médecins prescripteurs, des habitudes des services de radiologie et une meilleure technique d’enseignement sur les comptes rendus surtout en ce qui concerne le diagnostic et la surveillance échographique des hépatopathies chroniques contribuerait à améliorer la qualité des comptes rendus de ces patients et ainsi une meilleure prise en charge et suivi de leurs pathologies.


********************************************************************************************