Motifs de consultation en odontologie pédiatrique dans la ville de Yaounde

Lucie Noelle DJEUPKEU NANKAM (lucienankam@yahoo.fr)
Chiurgie buccale, Maxillo-faciale et Parodontologie, Université de Yaoundé I
June, 2016
 

Abstract

INTRODUCTION
L’odontologie pédiatrique est une discipline médico-chirurgicale qui s’attache à étudier le développement bucco-dentaire de l’enfant et les maladies qui s’y associent. Elle est réservée à un spécialiste appelé pédodontiste. Les maladies bucco-dentaires chez l’enfant représentent un réel problème de santé publique dans le monde. Un nombre important d’enfants sont reçus dans les services d’odontostomatologie de la ville de Yaoundé. Cependant les données épidémiologiques sur la santé bucco-dentaire de ces enfants sont rares et les informations sur les raisons des consultations dans les cliniques bucco-dentaires font défaut. Ce travail se propose à cet effet d’étudier les différents motifs pour lesquels les enfants sollicitent les services de médecine bucco-dentaire de la ville de Yaoundé et de ressortir la prise en charge thérapeutique.

METHODOLOGIE
Il s’agissait d’une étude descriptive, transversale auprès des enfants âgés de zéro à 15 ans ayant consulté les services de médecine bucco-dentaires des cinq hôpitaux publics et cinq cabinets dentaires privés choisis dans la ville de Yaoundé, durant la période du neuf décembre au 31 mars 2016. Une technique de sondage stratifiée a été employée. La sélection des formations sanitaires s’est faite de manière aléatoire. Pour chaque enfant sélectionné, une fiche d’enquête était remplie après consentement éclairé de l’accompagnateur. Elle comprenait les caractéristiques sociodémographiques, le motif de consultation, hygiène bucco-dentaire, le diagnostic, le type d’urgence et le traitement proposé par le praticien. Les données ont été saisies et codées dans le logiciel CSPro 6.0.1 et analysées à l’aide de SPSS version 20. Les résultats ont été résumés et présentés sous forme de tableaux, histogrammes, et des camemberts, ceci en utilisant la version 2010 de Microsoft Excel.

RESULTATS

Des 336 enfants sollicités, 332 (98,8%) ont été inclus dans l’étude. Nous avons noté une prédominance féminine un effectif de 168 (50,6%). Les patients étaient âgés de un jour à 15 ans avec un âge moyen de 8,7 ans (± 3,4 ans). La tranche d’âge de 7 à 9 ans était la plus représentée, soit 32,5%.
Dans notre série, les élèves du primaire et du secondaire étaient les plus nombreux et constituaient respectivement 55,4% et 31,3%. Sur le plan clinique les principaux motifs de consultation relevés ont été : la douleur (55,1%), suivie des tuméfactions liées à l’infection (23,5%), puis des traumatismes dentaires (12,3%), l’esthétique (9,3%), les mobilités dentaires (6,9%), les troubles de l’éruption dentaire (5,7%), saignement (2,1%); Très peu d’enfants sont venus pour des visites de routine (1,8%). Dans l’échantillon, 62,0% venaient en urgence. La mauvaise hygiène bucco-dentaire était présente chez 82 patients (24,7%). Les diagnostics étaient dominés par la carie et ses complications avec un effectif de 208 enfants (65,5%), puis les traumatismes alvéolodentaire avec 41 cas (12,3%), et 32 cas d’anomalie orthodontique (9,3%) seulement 16 enfants (4,2%) souffraient de pathologie de la muqueuse orale. En ce qui concerne les traitements on avait les exodonties (41,9%), les traitements conservateurs (39,8%), le traitement parodontal (31,6 %), les soins de prophylaxie orale (8,7%), le traitement orthodontique (2,7%), traitement prothétique (0,3%).

CONCLUSION

Au terme de ce travail, nous pouvons dire que la proportion des enfants en consultation bucco- dentaire est non-négligeable (15,6%). Le motif de consultation le plus rencontré est la douleur, suivie des tuméfactions et des traumatismes ; les visites de routine sont rares. Le principal diagnostic est la carie et ses complications, tandis que les pathologies muco-gingivales sont rares. Peu d’enfants ont une bonne hygiène bucco-dentaire (24,7%). Les traitements les plus réalisés étaient les exodonties suivi des soins conservateurs, alors que les soins de prophylaxie orale sont peu réalisés. Peu de références ont été effectuées. Nombre de ces pathologies pourraient être évitées grâce à une hygiène rigoureuse et des soins de prophylaxie orale.
Ainsi, nous recommandons :
- La promotion de l’éducation des élèves dans le cadre de la médecine scolaire sur les mesures préventives et le dépistage précoce des maladies bucco-dentaires.
- La formation continue des praticiens sur la prise en charge efficace et préventive des pathologies bucco-dentaires chez les enfants.
- création et opérationnalisation des services d’odontologie pédiatrique dans les hôpitaux.


********************************************************************************************