Récessions gingivales : Aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques dans quatre hôpitaux de la ville de Yaoundé

GODJA GOCHEDE (godjago@yahoo.fr)
Médecine dentaire, Université de Yaoundé 1
June, 2016
 

Abstract

Introduction
La récession gingivale se caractérise par le déplacement de la gencive marginale apicalement à la jonction émail-cément, avec une exposition de la surface radiculaire à l’environnement buccal. Les récessions gingivales peuvent poser des problèmes esthétiques chez les patients en particulier lorsque ces lésions affectent les dents antérieures. La prévalence des récessions gingivales varie selon les populations étudiées. Au Cameroun, il existe peu de données relatives aux aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques des récessions gingivales.

Objectifs
Caractériser et analyser les récessions gingivales parmi les patients reçus en consultation dans quatre hôpitaux de la ville de Yaoundé.

Matériel et méthodes
Il s’agit d’une étude transversale analytique, qui s’est déroulée sur une durée de six mois allant de novembre 2015 à avril 2016. Nous avons mené l’étude dans les services d’odontostomatologie du Centre Hospitalier et Universitaire de Yaoundé, de l’Hôpital Central de Yaoundé, de l’Hôpital Protestant de Djoungolo et de l’Hôpital de District de Biyem-Assi. Les patients sans distinction de sexe et d’âge étaient inclus dans cette étude. Les données sociodémographiques, cliniques et thérapeutiques pour chaque patient ont été consignées sur une fiche technique. Les différents indices parodontaux et les récessions gingivales étaient mesurés au cours de l’examen parodontal. L’analyse statistique était effectuée à l’aide du logiciel SPSS version 20.0. Le test t de Student et celui de Mann-Whitney nous ont permis de comparer les moyennes et les médianes respectivement. Nous avons comparé les proportions à l’aide du test de Chi-carré. Les modèles de régression linéaire ont été utilisés pour analyser les facteurs associés aux récessions gingivales. Les valeurs p<0,05 étaient considérées comme statistiquement significatives.

Résultats
Notre population d’étude était constituée de 173 patients âgés en moyenne de 31,5 ± 16,24 ans. Le sexe féminin représentait 50,3% de la population. Nous avons trouvé une prévalence élevée de 46,8% des récessions gingivales au sein de la population d’étude, avec une profondeur moyenne de 2,7 ±1,2 mm. Les formes localisées représentaient 82,7% des atteintes. La mandibule révélait une prévalence de 76,5 % de dents atteintes par les récessions gingivales. Les incisives centrales mandibulaires représentaient le groupe de dents le plus affecté (50,6%). Les dents présentant la Classe I de Miller était de 76,2%. Le symptôme le plus fréquemment associé aux récessions gingivales était l’hypersensibilité à hauteur de 47,1%. Tous les patients ayant des récessions gingivales ont bénéficié de l’enseignement d’une bonne hygiène orale. Bien qu’avec l’analyse bivariée l’âge avancé était un facteur significativement associé aux récessions gingivales, avec l’analyse multivariée, la relation exacte entre l’âge et les récessions n’a pas été établie. Au final, le type dur de soie de la brosse à dents utilisée, la présence des sites d’extractions dentaires et l’indice de tartre représentaient les facteurs statistiquement associés aux récessions gingivales.

Conclusion
La prévalence élevée de récessions gingivales au sein de l’échantillon était associée de manière significative au type dur de soie de la brosse à dents utilisée, à la présence des sites d’extractions dentaires et de l’indice de tartre. Des études longitudinales sont nécessaires afin d’identifier les facteurs étiologiques des récessions.


********************************************************************************************