Pratique de l’HystéroSalpingoGraphie à l’Hôpital Régional de Ngaoundéré

Mathurin Neossi Guena, Jérémie Mbo Amvene, Boniface Moifo, B Nkeugoung, C Diallo, Samuel Nko'o Amvene, Joseph Gonsu Fotsin

Abstract


Abstract
PURPOSE / AIM
To describe the practice and the results of the hysterosalpingography (HSG) in the radiology department of the regional hospital of Ngaoundere.
METHODS
This was a cross sectional study. Data were collected from January to December 2012. All the 120 HSG that were performed during this period were included. They represented 72.8% of the specialized radiologic exams and 3% of all x-rays. The mean age of patients was 33 years. The patients with a gestity of 0 to 1 represented 80.5%; those with a parity value of 0 to 1 represented 90%. The past medical history included genital infections (75%), spontaneous abortion (10%) and induced abortion (8%).
RESULTS
The main indication of HSG was infertility (67.50%), followed by tubal permeability assessment after myomectomy (16.90%), recurrent abortion (5.83%), chronic pelvic pain (5%) and metrorragia (5%). We used water-soluble iodinated contrast media used and the mean volume was of 22 ml, and an average of six pictures was achieved per patient. In 65.83%, no reaction was observed. The adverse reactions were represented by pain in 26.3%, the vagal reaction in 2.6%, hemorrhage in 5.30%, and.
89.47% of the HSG were abnormal. The most frequent findings were tubal obstructions (36, 66%), uterine malformations (12.5%), hydrosalpinx (8.35%), suspicion of myoma in 6.70%, cervical incompetence (5.83%), uterine synechia (5,83%) and peritoneal adhesions (5,83%).
CONCLUSION
HSG is the most frequently performed radiological study tin the work up of female infertility in Ngaoundere; Practice and findings are similar to what is fund in other African countries. Pain is the most common side effect.

Résumé
OBJECTIFS
Décrire la pratique et les résultats de l’HSG dans le Service d’Imagerie Médicale de l’Hôpital régional de N’Gaoundéré.
MÉTHODES
Il s’agit d’une étude transversale descriptive. Les données ont été collectées de janvier à décembre 2012 au travers d’un questionnaire. Les 120 hystérosalpingographies effectuées durant la période d’étude ont été incluses. Elles représentaient 72,8% des examens radiologiques spécialisés et 3% de toutes les radiographies. L’âge moyen des patientes était de 33 ans. Les patientes avec une gestité de 0 à 1 représentaient 80,5% et celles avec une parité de 0 à 1 représentaient 90%. Les antécédents étaient dominés par les infections génitales (75%), puis les avortements spontanés (10%) et les avortements provoqués (8%).
RÉSULTATS
L’indication principale de l’HSG était l’infertilité (67,50%), suivie du bilan tubaire après myomectomie (16,90%), des avortements à répétition (5,83%), de la pelvialgie chronique (5%) et des métrorragies (5%). Le produit de contraste utilisé était iodé hydrosoluble, et le volume moyen administré était de 22 ml. En moyenne, six clichés ont été réalisés par patiente. Dans 65,83% aucun effet indésirable n’a été observé. Les effets indésirables observés étaient la douleur (26,3%), l’hémorragie (5,30%) et le malaise vagal (2,6%).
89,47% des HSG avaient une lésion. Les pathologies observées étaient les obstructions tubaires (36, 66%), les malformations utérines (12,5%), les hydrosalpinx (8,35%), les suspicions de myome (6,70%), les béances du col (5,83%), les synéchies utérines (5,83 %) et les adhérences péritonéales (5,83%).
CONCLUSION
L’HSG est l’examen radiologique spécialisé le plus pratiqué dans le bilan de l’infertilité féminine à Ngaoundéré. Ses résultats sont comparables aux autres séries africaines. La douleur est le principal effet indésirable.


Keywords


hystérosalpingographie, infertilité, trompes, cavité utérine, technique, évaluation, N’Gaoundéré.

Full Text:

PDF (Français)

References


Fournie. Enumérer les principales indications et les contre-indications d’une hystérographie (extrait du polycopié sémiologie gynécologique et obstétricale, Toulouse, Purpan 2000). Disponible sur WWW.umv.univ-nantes.fr/gynécologie-et-obstétrique/DES/hystérographie.

Benchimol. Hystérosalpingographie. Disponible sur WWW.docteur –benchimol.com/hystérosalpingographie.html

Bintou Z. Hystérosalpingographie et pathologie utero-annexielle au centre Hospitalier National Sanou Souro de Bobo Dioulasso (CHNSS) à propos de 408 cas. [Thèse de Doctorat d’Université] Université de Ouagadougou Faculté des Sciences de la Santé; juillet 1999.

Blanc B, Zarka V, Boubli L, Bautrant J. Apport des explorations de l’appareil génital féminin dans un bilan de stérilité. Contraception, fertilité, sexualité. 1992 ; 20(2) : 198-204.

Mvondo AE. Valeur de l’hystérosalpingographie dans l’évaluation de l’infertilité tubaire au Cameroun. [Thèse de Doctorat d’Université] Université de Yaoundé I Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales ; février 2000

N’dakena K, Adjamagbok, Hodonou K. Aspects radiologiques de la pathologie utero-tubaire dans la stérilité féminine. A propos de 1314 hystérosalpingographies au CHU de Lomé. Médecine d’Afrique noire. 1993 ; 40(10) : 580-582.

Sanogo M. Apport de l’hystérosalpingographie dans le diagnostic des affections gynécologiques à propos de 100 cas dans le Service de Radiologie de l’Hôpital Gabriel Toure Bamako. [Thèse de Doctorat d’Université] ; Université de Bamako Faculté de Médecine de Pharmacie et d’Odonto-Stomatologie ; 2006.

Belén Ú, Marta P, Enric A, Ramón AA. Hysterosalpingography Spectrum of Normal Variants and Nonpathologic Finding. American Journal of Roentgenology. 2001;177: 131-135.

Antoine JM, Salat BJ. Reste-t-il une place pour l'hystéro-salpingographie en 1992 ? . Contraception, fertilité, sexualité. 1992 ; 20(6) :637-639.

N’Gbesso RD, Tan B, Ould Beddi M, Quenum G. La pratique de l’antibiothérapie préventive systématique au cours de l’hystérosalpingographie en milieu tropical africain est-elle justifiée ? Cahiers d’études et de recherches francophones/santé. Janvier 2003 ; 13(1) :23 -7.

Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF). Examen gynécologique Disponible sur http://umvf.univ-nantes.fr/gynecologie-et-obstetrique/enseignement/gynecologie_examen/site/html/8.html

Karasick S. Hysterosalpingography. Urol Radiol. 1991; 13:67-73

Rasmussen F, Lindequist S, Larsen C, Justessen F. Therapeutic effect of hysterosalpingography: oil- versus water-soluble contrast media—a randomized prospective study. Radiology. 1991; 179:75-78

Alper MM, Garner PR, Spence JEH, Quarrington AM. Pregnancy rates after hysterosalpingography with oil- and water-soluble contrast media. Obstet Gynecol. 1986; 68:6-9

Yoder IC, Hall DA. Hysterosalpingography in the 1990s. AJR. 1991; 157:675-683

Thurmond AS. Hysterosalpingography: imaging and intervention—RSNA categorical course in genitourinary radiology. Chicago Radiological Society of North America. 1994: 221-228

Yoder IC. Hysterosalpingography and pelvic ultrasound: imaging in infertility and gynecology. Boston: Little, Brown. 1988: 23-28, 133-193

Stovall DW. The role of hysterosalpingography in the evaluation of infertility. Am Fam Physician. 1997 Feb 1;55(2):621-8.

Aubspin D, Galidie G, Neuville PC. Praticiens et produits de contraste iodé Médecine des armées. 1995 ; 8 : 703-5

N’goran K, N’goan-Domoua AM, Konan N, Alihonou S, Tra-Bi O, N’gbesso RD, Kéita AK. Apport de l’échographie transvaginale associée à l’hystérosalpingographie dans la recherche étiologique de l’infertilité féminine à Abidjan (Côte d’Ivoire). Afr J Reprod Health. 2012; 16(4): 43-49.


Refbacks

  • There are currently no refbacks.


Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License.

********************************************************************************************