Les Interactions Médicamenteuses chez les Personnes Vivant avec le VIH au Service des Maladies Infectieuses du CHU du Point G

Y Coulibaly, I Konate, F Daou, B Coulibaly, D Coulibaly, AA Oumar, S Dao

Abstract


ABSTRACT
Objectif. Il s’agissait d’évaluer la fréquence des interactions médicamenteuses décelables cliniquement et/ou biologiquement chez les patients suivis sous traitement antirétroviral au CHU du point G. Méthodes. Nous avons réalisé une étude transversale descriptive, à collecte prospective, étendue sur une période de huit mois, notamment  de mai 2015 à décembre 2015. Elle a concerné les patients sous traitement ARV dans le service des maladies infectieuses du CHU du Point G, qui prennent leurs médicaments dans le service de la pharmacie hospitalière du CHU du Point G. Un questionnaire a permis de remplir les différentes variables recherchées qui étaient les caractères sociodémographiques, les types d’interaction médicamenteuse (entre ARV, entre ARV et d’autres traitements), les manifestations cliniques et le grade des effets secondaires clinico-biologiques engendrés par ces interactions. L’échantillon était exhaustif et a été constitué à partir de tous les patients infectés par le VIH sous traitement ARV. Résultats. Au cours de notre période d’étude, nous avons colligé 231 patients répondant à nos critères d’inclusion. Le bilan pré-thérapeutique était sans particularité dans 94,8% des cas. Le VIH1 était largement dominant (95,7% des cas). Les patients sous le schéma 2INTI+1INNTI étaient les plus nombreux (86,1%à avec une prédominance du TDF/3TC/EFV (77,9%). Le cotrimoxazole 960mg CP était le médicament prédominant (73,58%). Les médicaments conventionnels étaient étaient utilisés dans 28,1% contre 26,4% pour les plantes traditionnelles. LPV/r et AZT représentaient 47,62% des cas. La seule possibilité d’interaction médicamenteuse de potentialisation était triméthoprime et 3TC ( 48 cas, 100%). Artéméther luméfantrine et LPV/r  étaient les seuls présents ( un cas, 100%) avec une possibilité d’interaction de l’inhibition sur le substrat  CYP3A4. Conclusion. Notre étude  a montré des chiffres appréciables d’observance des patients en termes de bilan pré thérapeutique et de bilan du suivi après trois mois de traitement. Il a aussi montré un pourcentage élevé de patients sous schéma 2INTI+1INNTI avec une prédominance du TDF/3TC/EFV. La seule possibilité d’interaction médicamenteuse de potentialisation relevée  était triméthoprime et 3TC.
RÉSUMÉ
Objective. To assess the frequency of clinically and / or biologically detectable drug interactions in patients undergoing antiretroviral therapy at the  Point G University Teaching Hospital. Methods. This was a cross-sectional descriptive study, that took place in the infectious diseases department of Point G University Teaching Hospital and extended over a period of eight months (May 2015 to December 2015). It concerned all patients on HAART who were takoing their medication in the hospital pharmacy. The sample was exhaustive. Our data of interest were the socio-demographic data, the types of drug interaction (between HAART, between HAART and other medications), the clinical manifestations and the severity of clinical and biological side effects caused by these interactions. Results. During our study period, 231 patients met our inclusion criteria and were recruited. The pre-therapeutic work up was unremarkable for 94.8% of patients. HIV1 was the leading subtype (95.7%). Patients taking  2INTI + 1NNNTI represented 86.1% of cases with a predominance of TDF / 3TC / EFV (77.9%). Cotrimoxazole 960 mg CP was used in 73.58% of cases. Conventional drugs were used in  28.1% while traditional plants were used in 26.4% of cases. LPV/ r and AZT were used in 47.62% of cases. The only possibility of potentiation drug interaction was between trimethoprim and 3TC ( 47 patients, 100%). Artemether lumefantrine and LPV / r were the only potential interaction with a possible inhibition on the CYP3A4 substrate. Conclusion. Our study found high patient compliance in terms of pre-treatment workup, and follow-up after three months of treatment. It also showed a high percentage patients taking the 2INTI + 1NNNTI regimen with a predominance of TDF / 3TC / EFV. The only possibility of potentiation drug interaction was between trimethoprim and 3TC.    

Keywords


Interactions médicamenteuses, Maladies infectieuses, Personnes vivant avec VIH, CHU PtG

Full Text:

PDF (Français)

References


Anonyme, Guide National sur le diagnostic biologique de l’infection à VIH/SIDA. mis en jour en 2013 ; consulter le 10/07/2015. Disponible à l’URL : http://www.sante.dz/jmsida2014/guide.nationalpdf

. Boffito MA, Costa E, Burger D. Current status and future prospects of therapeutic drug monitoring and applied clinical pharmacology in antiretroviral therapy. Antivir Ther, 2005, 10:375-92.

Aburet AM, Piketty C, Chazallon C. Interactions Between atazanavir/ritonavir and tenofovir in heavily pretreated HIV-infected patients. Antimicrob Agents Chemother, 2004, 48:2091-96

Boffito M, Maitland D, Samara Singhe Y. The Pharmacokinetic of HIV Protease inhibitor combinations. Curr Opin Infect Dis, 2005, 18:1-7.

Dogoni O. Les changements thérapeutiques pour les patients suivis sous antirétroviraux au centre d’écoute, de soins, d’Animation et de Conseil des personnes vivant avec le VIH/SIDA de Bamako [Thèse]. Pharmacie : Bamako ; 2008. 98p.

Schémas thérapeutiques antirétroviraux chez les patients atteints du VIH ne répondant pas au traitement antirétroviral de première intention

Effets indésirables des thérapies antirétrovirales observés chez les patients infectés par le VIH à Cotonou, Bénin

Diamouténé A. Evaluation de l’observance du traitement antirétroviral au centre hospitalier universitaire de Bamako [Thèse]. Pharmacie : Bamako ; 2006, 134p.

Berthe E. La dispensation des antirétroviraux au CHU du Point G [Thèse]. Pharmacie : Bamako ; 2011. 75p.

Some M. Etude de la rétention des patients sous ARV suivis au CESAC de Bamako [Thèse]. Médecine : Bamako ; 2010. 153p.

Manifestations neurologiques centrales au cours de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Revue générale.

Traoré M. Analyser le suivi par ESOPE de la file active des PVVIH sous ARV dans le Service d’Hépato-Gastro-Entérologie du CHU Gabriel TOURE [Thèse]. Pharmacie : Bamako ; 2011. 125p.

Saka B, Landoh D. Evaluation des traitements ARV. Lomé : étude de cohorte rétrospective des patients sous traitement antirétroviral au Togo, 2001 ; Janvier 2009.

Contributions des tradipraticiens de santé au traitement antirétroviral : Étude de cas à Nampula, Mozambique.

Temesgen Z, Feinberg J. Tipranavir: a new option for the treatment of drug-resistant HIV infection. Clin Infect Dis, 2007 45:761-69.

Wong A, Tseng A. VIH et oncologie guide thérapeutique. VIH Onc. 22 sept 2014; 80 : 65-71.


Refbacks

  • There are currently no refbacks.


Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License.

********************************************************************************************