Utilization of Traditional Healers Services for the Management of Fractures in the Town of Ngaoundere

David Ngaroua, Djibrilla Yaouba, Oumarou Bello, Dieudonné Dah’Ngwa, Joseph Eloundou N.

Abstract


RÉSUMÉ
Introduction. Dans les pays en voie de développement, particulièrement au Cameroun, la population utilise encore largement la médecine traditionnelle pour soigner les fractures. L’objectif de notre étude était d’étudier les facteurs favorisant les consultations chez les guérisseurs traditionnels et les conséquences de ce comportement sur la prise en charge. Méthodologie. Il s’agit d’une étude descriptive, transversale sur une période de six (6) mois. Nous avons colligé 102 patients. La collecte des données a éét faite au niveau des registres de consultation et des registres de compte rendu opératoire. Résultats. Le sexe masculin représentait 70,59%. Dans 35,30% il s’agissait des patients jeunes. Les accidents de la voie publique étaient la cause la plus fréquente (77,45%). Les conducteurs de motos étaient majoritaires (30,40%) et leurs jeunes passagers (étudiants et écoliers). Le manque des moyens financiers a été évoqué dans 53,92% des cas come facteur favorisant. En outre, 63,73% des enquêtés disaient être mal accueillis dans les formations sanitaires. Les complications les plus fréquentes étaient la nécrose cutanée (38,24%) et la gangrène (28,43%). Conclusion. L’importance de la prise en charge des fractures par les guérisseurs traditionnels est due à la fois à des raisons économiques et culturelles, et à la mauvaise qualité des soins dans les services de santé publics. Toutefois, cette prise en charge comporte des complications. L sensibilisation des usagers et des personnels de santé devrait contribuer à une meilleure fréquentation des formations sanitaires en cas de fractures.

ABSTRACT
Aim. In Cameroon, lots of people still refer to traditional medicine for the cure bone fractures. Our study aimed to identify the factors that lead people to consult traditional healers for fracture repairs. Methods. We carried out a cross descriptive study for a period of six months. We enrolled 102 patients. Data collection was done by direct interviews of participants and consultation of outpatients and inpatients records and the register of surgical procedures. Our data of interest were sociodemographic data, circumstances of trauma, type of lesions, alleged reasons for consulting the traditional healers. Results. 72 patients (70.59%) were men and 30 (29.41%) were female. 36 (35.30%) patients were aged 15-30. The fractures were mainly caused by road traffic accident (77.45%) and concerned mostly motor taxi-cycle drivers (30.40%) and their young passengers. Lack of financial resources was raised by 53.92% of patients while 63.73% of them complained of not being well received in the hospitals. Common complications in case of treatment of fractures by traditional healers were skin necrosis (38.24%) and gangrene (28.43%). Conclusion. Inhabitants of Ngaoundéré town usually choose to consult traditional healers in case of fracture because of economic constraints but equally because of their attachment to cultural values. The usage of their services is encouraged by the poor quality of the public health services. This occurs, despite the known complications that occur during the management of bone fractures by traditional healers. Actions to sensitize users and health personnel may contribute to improve frequentations of sanitary formation in case bone fractures.


Keywords


traditional healer, bone fracture, healthcare

Full Text:

PDF

References


Organisation Mondiale de la Santé, Bureau Régional pour l’Afrique, Promotion du rôle de la médecine traditionnelle dans le système de santé : stratégie de la Région Africaine, Harare (Zimbabwe), 2000

Organisation Mondiale de la Santé (2001), Legal Status of Traditional Medicine and Complementary/Alternative Medicine: A World wide Review, Genève:

Organisation Mondiale de la Santé, Médecine traditionnelle : besoins croissants et potentiel– Perspectives politiques sur les médicaments, n0 2, Genève, mai 2002, p15-21

Margie P. Rapport sur la prévention des risques liés aux de la circulation. OMS Genève. 2004 ; 73-154

SOUNA.B. S, SACKO. A, YACOUBA.I. D. Les limites du traitement traditionnel des fractures des membres à propos de 302 cas de complications traitées à l’hôpital national de

Niamey. SOMACOT Bamako premier congres 2010 P53-54.

SOUMAH. M.T, CAMARA. T, SOUMAH I, KEBE M, KANTE. T. Problématique de la prise en charge des fractures traitées en médecine traditionnelle. SOMACOT Bamako: 1er congrès 2004 P55.

MIEREY JEAN CLAUDE. Les amputations des membres suite au traitement traditionnel des fractures dans le service de chirurgie orthopédique traumatologique de l’hôpital Gabriel TOURE. Thèse médecine, Bamako, 2005 p50-61

SIDIKI Togo. Thèse de médecine, Les complications ischémiques aiguës suite au traitement traditionnel des traumatismes des membres dans les services de chirurgie orthopédique et traumatologique de l’hôpital de Kati et de l’hôpital Gabriel Touré, mali, FMPOS 2006-2007

www.peer-review-social-inclusion.net : CHRISTINA M., Hongrie 2007. Inégalités d’accès aux soins et l’état de santé dans un contexte de réforme du système de santé. Rapport de synthèse.

BAKO E. Traitement des traumatismes ostéo articulaires : les facteurs favorisant le recours à l'orthopédiste traditionnel dans la ville de Koudougou. ENSP DAS Ouagadougou, 2006 70p

Organisation Mondiale de la Santé Genève (2010): Traumatismes et violence : les faits. 20p

MANZAMBI KUWEKITA Joseph, MBADU KIVUIDI Véronique, BRUYERE Olivier, REGINSTER J Y. Le tradipraticien est un acteur crédible dans l’offre des soins en territoire périurbain. Résultats d’une étude menée dans la commune de KISENSO à KINSHASA, Congo. Colloque territoires périurbains : développement, enjeux et perspectives dans les pays du sud. PACODEL, Université de Liège Gembloux, 19/12/2013.


Refbacks

  • There are currently no refbacks.


Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License.

********************************************************************************************